Évènements spéciaux Archives - Le Canal Auditif

Écoute exclusive : Stevenson – Letters

Stevenson s’apprête à lancer son premier album, Sadboyz, le 7 avril prochain. Le trio est composé de Vincent Ford à la guitare et la voix, de Francis Oligny ainsi que de Fred Le Tourneux-Gagnon à la batterie. La bande décrit sa musique comme de la downer pop, on pourrait aussi dire de l’indie rock avec une bonne dose de mélancolie dans les mélodies. Letters est une chanson qui rentre au poste avec aplomb sans jamais nous faire violence. Ça donne envie de se dandiner le popotin et de danser de la poitrine comme dans les années 80. Ça donne aussi envie d’entendre le reste de l’album. En attendant, on peut se faire plaisir avec ce premier simple.

Le spectacle de lancement de Sadboyz aura lieu le 13 avril à l’Esco (momentanément déménagé au Cactus). Tous les renseignements par ici.

La Nuit émergente de Sudbury

La 5e édition de la Nuit émergente sera présentée vendredi le 24 mars, et arbore nulles autres pour têtes d’affiche que Yann Perreau et Céleste Lévis. L’évènement musical veut présenter des artistes émergents franco-ontariens et aura lieu au Collège Boréal à Sudbury.

Yann Perreau n’en est pas à son premier spectacle à la Nuit émergente. On peut même dire qu’il entretient une histoire d’amour avec le festival. Il débarque encore une fois à Sudbury pour faire vibrer la scène avec son sixième album Le fantastique des astres. La chanson J’aime les oiseaux à saveur rock électro a de quoi faire danser les plus introvertis des spectateurs. La chanteuse franco-ontarienne Céleste Lévis offrira aussi une performance lors de cette nuit qui célèbre les jeunes talents. Depuis son passage à l’émission « La Voix », l’artiste cumule les succès. Elle a notamment assuré la première partie de Francis Cabrel lors de sa tournée québécoise en 2016 ainsi que récoltée une nomination au Gala de l’ADISQ la même année.

La Nuit émergente est une formule tout-en-un composée de dix concerts. La soirée est organisée par la Slague, qui y présente des talents locaux de la scène francophone. La Slague s’est adonnée à une recherche d’envergure parmi les festivals, les vitrines professionnelles et les concours à travers le Canada. C’est leurs coups de cœur que le public de la Nuit émergente auront la chance d’apprécier en spectacle. Ces heureux choisis sont issus de styles de musique variés. Huu Bac Quintet, un quintette de jazz qui se distingue par ses accents orientaux, fait partie de la programmation. Lydia Képinski livrera ses textes intrigants accompagnés de sa fabuleuse voix et de ses arrangements musicaux soignés. Joëlle Saint-Pierre s’amènera avec son vibraphone à quatre baguettes pour ses chansons jazz chaleureux. SoucyPatrick Wright et les Gauchistes et le groupe Lavabo livreront aussi des performances lors de la Nuit émergente.

Les artistes se donneront en spectacle dans les différents locaux du Collège avant de s’installer pour le spectacle de Yann Perreau dans la grande salle. La soirée se termine sur une note rock à la Townehouse Tavern avec les groupes Telecor, Ponteix et Rouge Pompier. Le Nuit de l’étang débarque au Collège Boréal le lendemain de la Nuit émergente pour compléter cette fin de semaine culturelle à Sudbury. Le thème de la Nuit de l’étang cette année est «La Grande veillée» où Yves Lambert Trio sera en spectacle. C’est un rendez-vous le 24 mars à Subury!

http://www.laslague.ca/spectacles/la-nuit-emergente/

Les Francouvertes : soirée #5

Nous étions conviés, après la tempête de la dernière semaine, dans le confort du Lion d’Or, oasis des mélomanes aventureux tous les lundis soir. Cette semaine, le menu était non négligeable : MCC, Lydia Képinski et Étienne Fletcher. Mais avant que les jeunots se fassent aller les instruments, c’était Maritza qui était à l’honneur en tant qu’ex de la soirée.

La participante à la 18e édition des Francouvertes nous a servi des chansons tirées de son album paru en février dernier, intitulé Libérons-nous. Accompagnée des capables José Major à la batterie et André Papanicolaou à la guitare, elle nous a offert une prestation honnête. C’était bien, mais on sentait qu’il manquait quelque chose, peut-être un claviériste ou un bassiste pour offrir toute la richesse de ses chansons. Sa nouvelle composition intitulée Qui était intéressante puis elle a terminé sa prestation avec l’agréable et lugubre Le diable à mes trousses.

La programmation officielle s’ouvrait sur MCC, de son vrai non Marie-Claudel Chénard. Elle a expliqué son pseudonyme en raison des nombreuses personnes qui massacrait son nom. Malgré toute sa bonne volonté, Mellissa Larivière elle-même l’a baptisé Marie-Claude. Comme quoi la jeune femme a judicieusement abrégé son nom. Elle était accompagnée du très capable Jean-Philippe Levac (Pandaléon, Rosie Valland). Le duo nous a offert une prestation très efficace. Chénard possède une voix intéressante, du charisme à revendre et des textes bien poétiques et habilement écrits. Sa recette marche et même si elle ne révolutionne pas le genre, c’est solide et totalement convaincant.

Puis, c’était au tour de Lydia Képinski de prendre la scène du Lion d’Or. À son habitude, Képinski est arrivée avec une verve déliée et un presto bien plein de confiance. Si la nervosité l’assaillait, nous n’en avons rien su. Elle a enchaîné les pièces de son dernier EP, Apprendre à mentir et Andromaque avec panache. Pour l’occasion, elle était entourée de Blaise Borboën (Hôtel Morphée, Unexpect) et Stéphane Lemieux (Hôtel Morphée). Tout marche et Képinski se permet même de nous envoyer un : « Paraît que les Francouvertes c’est un concours de folk » avant de se mettre à faire plus de bruit avec ses pédales. Les longs moments de jams, son aisance sur scène et ses chansons de qualités ont tôt fait de conquérir la foule.

Finalement, c’est Étienne Fletcher, en provenance de Saskatchewan, qui prenait la scène. Le jeune homme possède une belle aisance sur scène et un talent certain autant au micro qu’au clavier qu’à la guitare. Il s’est rendu en finale du Festival en chanson de Granby et l’on comprend pourquoi. Par contre, dans un concours comme les Francouvertes, ses compositions pop tombaient un peu à plat. Tout y est, mais ça manque un peu de folie dans le mix pour vraiment épater la galerie. N’empêche qu’il était bien sympathique avec sa rock Colibri ou sa Plan b bien tissée.

Au terme de cette nouvelle étape, nous savions que le palmarès allait être changé. Et il l’a été. Voici le nouvel ordre :

1 – Vulvets
2 – Lydia Képinski
3 – Les Louanges
4 – Valery Vaughn
5 – Van Carton
6 – Shawn Jobin
7 – MCC
8 – Antoine Lachance
9 – Mélanie Venditti

On se revoit la semaine prochaine pour Laurence-Anne, Ariane Vaillancourt et Joey Robin Haché et Samuele qui sera l’ex de la soirée.

http://francouvertes.com/

https://maritza.bandcamp.com/

https://marieclaudelchenard.bandcamp.com/

https://lydiakepinski.bandcamp.com/

http://www.etiennefletcher.com/fr/

Les artistes de la cinquième soirée des Francouvertes

Je ne sais pas pour vous, mais chaque fois que j’ai une date, l’une des premières questions que je pose est : « t’écoutes quoi comme musique? » Non que les goûts musicaux d’une personne sont garants dans l’infini de sa valeur ou de sa personnalité. N’empêche que ça donne de bons indices. Je ne vous raconterai pas comment on a déjà fait fondre mon cœur avec du Father John Misty ou encore comment on m’a surpris avec A Tribe Called Red. Bref, la musique, ça nous donne une petite idée d’où vient la personne et souvent où elle s’en va. On a donc demandé à nos trois prochains participants de nous envoyer trois chansons qui les font triper. Voyage dans les goûts musicaux surprenants et variés des trois interprètes de lundi prochain.

MCC

Originaire de Salaberry-De-Valleyfield, Marie-Claudel Chénard possède un projet musical intéressant sur lequel ont joué les frères Levac (Pandaléon). Lundi prochain, nous découvrirons son folk, mais en attendant, la jeune femme a fait des choix pour le moins surprenants. Corcoran, Leloup et Blue Oyster Cult : Jim Corcoran dans son époque hippie (a-t-elle un jour vraiment fini?), une des plus touchantes chansons de Leloup et de la musique psychédélique américaine.

Lydia Képinski

Lydia Képinski fait jaser d’elle depuis un bon bout de temps pour ses chansons poétiques et ses univers particuliers. La jeune femme a bien fait à Granby et s’amène aux Francouvertes pour présenter les pièces de son EP. Du côté des choix musicaux, Képinski nous surprend en choisissant un des participants de l’édition actuelle, Les Louanges, des participants de l’an dernier, Fuudge et les rockeurs groovy de Suuns.

Pages : 1 2

Une programmation riche pour le Festival Jazz et Blues de Saguenay

Le Festival Jazz et Blues de Saguenay revient en force cette année pour une 22e édition avec de grands noms de la musique. L’évènement qui se tient du 4 au 8 avril 2017 a pour têtes d’affiche Martha Wainwright, Stacey Kent et Jack Broadbent.

Cette année la programmation haute en couleurs offre aux amateurs de Jazz et de Blues de quoi se mettre sous la dent. On parle d’artistes tels que Gabriella, Betty Bonifassi, Jesse Mac Cormack et Misses Satchmo. C’était une grande nouvelle pour le festival lorsque la présence de Martha Wainwright avait été confirmée en septembre 2016. L’artiste canadienne de renommée internationale reviendra tout juste d’une tournée en Australie. Elle s’est d’ailleurs donnée en spectacle au prestigieux Opéra de Sydney. Elle offrira une performance le 5 avril 2017 au Théâtre Banque Nationale à Chicoutimi. De Sydney à Saguenay, en voilà tout un parcourt!


 

La talentueuse Safia Nolin sera aussi au rendez-vous le 7 avril au Théâtre Banque Nationale. La chanteuse connue maintenant pour admirer Gerry pourra-t-elle peut-être nous rechanter «Ayoye, tu m’fais mal, À mon cœur d’animaaaaal!», comme dans son album sorti en novembre dernier, Reprises Vol. 1.


 

Le bluesman britannique Jack Broadbent qui n’en ai pas à ses premiers balbutiements risque de faire monter la température à l’Hotel Chicoutimi le 5 avril. Celui qui s’est fait surnommé par le Montreux Jazz Festival «The new master of slide guitar» va littéralement faire bouger la salle. En sus, la jazzwoman new-yorkaise Stacey Kent apportera réconfort et chaleur au printemps timide qu’il est dans nos régions avec une musique jazz typique des films des années 90 qui se déroulent à Manhattan.

Parmi les nombreux spectacles gratuits, on retrouve Ben Caplan, Gypsy Kumbia Orchestra, Papagroove et Masson Stomp. Les performances se donneront dans les divers lieux aménagés de la région connue pour son majestueux fjord. À Chicoutimi, les spectacles auront lieu entre autres, au Dôme La Capitale, au Théâtre Banque Nationale, et à l’Hôtel Chicoutimi. Dans la ville de Jonquière, les prestations se feront à la salle Pierrette-Gaudreault et à l’Espace Côté-Cour.

Du talent local, national et international se pointe le bout du nez au Saguenay en 2017. Le festival Jazz et Blues donne raison au popularisé slogan touristique «Le Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est GÉANT!»