Chroniques

Le « crossfitcore »

Le crossfitcore comme son nom l’indique est une musique jouée avec par desbuddés qui aiment s’entraîner. Ils aiment aussi les gilets de métal avec les manches coupées pour qu’on voie bien leurs biceps ben en shape.

Musicalement, par contre, c’est un plus que ça. Au début des années 2000, quand le style a émergé avec Terror notamment, le crossfitcore s’est institué comme un genre hybride entre le métal de Pantera et des influences plus punks, provenant des premières et secondes vagues de hardcore. C’est notamment dans ce courant que le crossfitcore tirera son style de chant jappé, mais appuyé par tout le groupe au moment opportun.

Et pour que ce soit véritablement du crossfitcore, il faut que ce soit des groupes de gars blancs, qui en choeur, célèbrent la force du groupe, l’amour fraternel et la bataille réparatrice, ent’ chums. Bref, ça sonne vraiment comme si des white trash se montaient un « posse » ou un « crew », avec 6-7 de leur chums de gym et qu’entre deux séries de squats ils se partaient un band de hardcore.

On reconnaît le crossfitcore par ses gros riffs pesants, joués la plupart du temps en down strokes, ses syncopes inattendues et ses gros breakdowns qui permettent à tout le groupe de serrer les dents et de faire des faces fâchées ! Y’a aussi du double bass-drum joué en style mitraillette et des licks de guitare assez catchy en pentatoniques.

Parce qu’il y a une bonne dose de démonstrativité nécessaire au crossfitcore. Comme quand t’es au gym pis que tu repousses ta limite devant deux ou trois de tes spoters. Ça vaut bien un cri viril, des fist bumps et des claques sur le chest.

Killswitch Engage et Hatebreed sont avec Terror les pionniers du genre, même si les deux premiers sont aujourd’hui moins associés au genre. Des épigones d’un peu partout au Canada et aux États-Unis ont maintenant repris le flambeau.

Bref, le crossfitcore, c’est solide comme un dumbbell, motivant comme une Spartan Race et entraînant comme un pep talk de ta gang de chums.

Pis au final, c’est ça leur genre, pis anyway, ils benchent pas mal plus que toé, le pic.

Nom : crossfitcore, brocore, metalcore.

Artistes : Killswitch Engage, Hatebreed, Every Time I Die, Walls Of Jericho, August Burns Red, Bring Me The Horizon, Architects, Polaris, As I Lay Dying, Beartooth, Obey The Brave, This Is Hell.

Origines : Massachussetts, Connecticut, Long Island, côte est américaine et tous les gyms des États-Unis.

Influences : Pantera, Black Flag, Cro-Mags, Sick Of It All, Terror, Bruins de Boston.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.