Chroniques Archives - Page 145 sur 151 - Le Canal Auditif

Test Icicles – For Screening Purposes Only

TestIcicles - For Screening Purposes OnlyTest Icicles est un groupe qui nous provient de l’Angleterre. Il affiche un indice d’octane très élevé. L’énergie contenue sur l’album For Screening Purposes Only pourrait propulser un Boeing 747 sur la distance Montréal-Londres assez facilement.

Parue en octobre 2005, cette galette donne dans le dance-punk. À cela, le trio de jeunes hommes y greffe des éléments d’indie-rock, de hardcore et même de hip-hop crasseux. Quelques claviers dissonants combinés à divers tempos électroniques confirment la présence à la réalisation de James Ellis Ford. Ce M. Ford constitue la moitié du groupe anglais baptisé Simian Mobile Disco. Un groupe qui donne dans la musique électronique (groupe j’aime bien d’ailleurs). Il a aussi participé à la réalisation de Humbug du groupe Arctic Monkeys.

L’album de Test Icicles s’ouvre sur l’explosive Your Biggest Mistake qui laisse présager que le vol Montréal-Londres se déroulera dans un temps record! Les pièces énergiques se succèdent à un bon rythme et on en redemande. Plusieurs morceaux sur ce disque sont franchement réussies. On n’a qu`à penser à l’accrocheuse Pull The Lever, aux quasi dansantes Sharks et Dancing On Pegs et à l’angoissante What’s Michelle Like?. Pour ma part, ma préférée se retrouve à la toute fin du disque et se nomme What’s In The Box. Elle a un refrain à tonalité mineure hyper accrocheur qui me fait apprécier la chance que j’ai d’avoir deux belles oreilles.

Que dire du jeu de guitare assez particulier de Devonte Hynes, à part qu’il est sublime. Son jeu est imprévisible et noisy à souhait. Il adore utiliser les hautes fréquences pour provoquer le tympan de l’auditeur. Probablement qu’une baleine mâle, qui émet des sons aigus afin de trouver l’âme sœur, ne pourrait être plus élégante et précise dans les notes hautes que Hynes avec son instrument! Il joue aussi des claviers sur l’album.

Ce Devonte Hynes, qui aujourd’hui donne dans la musique nettement moins agressive, est bourré de talent. Son plus récent projet musical ayant pour nom Lightspeed Champion le confirme. Ce projet donne dans le rock alternatif assez doux comportant des éléments de folk, de country et de funk. Tout ceci avec des arrangements musicaux brillants comportant souvent plusieurs instruments. Ce jeune homme a de plus collaboré avec plusieurs artistes aux styles très différents tels que The Chemical Brothers, Solange Knowles, Florence + The Machine et plusieurs autres.

Mais bon, revenons à nos boules d’énergie que sont ces Test Icicles. Le trio est complété par Rory Attwell et Sam Mehran. Deux autres jeunes hommes avec un talent certain. Aujourd’hui, ces deux musiciens semblent vaguer d’un groupe à l’autre sans trouver véritablement leur voie. Plutôt dommage…

Ce groupe n’aura malheureusement duré que l’instant d’un seul album. Ils auront eu le temps de nous livrer un disque énergique, fougueux, intense, qui bien qu’abrasif, pourrait plaire à plusieurs.

Ah pis tiens! À bien y penser, l’énergie contenue sur l’album pourrait probablement nous propulser plus loin que Londres. J’imagine que l’Australie c’est pas si loin que ça …

Test Icicles
For Screening Purpose Only
Domino Records
Paru en 2005

Liste des chansons:

1. Your Biggest Mistakes
2. Pull The Lever
3. Interlude
4. Boa vs.Python
5. Circle. Square. Triangle.
6. Catch It
7. Maintain The Focus
8. Snowball
9. What’s Your Damage?
10. All You Need Is Blood
11. Sharks
12. Dancing On Pegs
13. Party On Dudes (Get Hype)

www.dominorecordco.com/artists/test-icicles/

Le Festival de Musique Émergente en Abitibi-Témiscamingue

Mister Vallaire 29aout2013 00129La fin de semaine de la Fête du Travail rime depuis un bon bout de temps avec le Festival de Musique Émergente présenté dans la sympathique ville de Rouyn-Noranda. C’est un moment privilégié dans l’année musicale où professionnels de la musique, groupes émergents et émergés se rencontrent. Une réelle effervescence prend la ville pour quatre journées de musique qui en offre pour tous les goûts. Que vous soyez du type métal, hip-hop ou pop, vous y trouverez votre compte. J’ai eu la chance d’aller me rincer les oreilles à Rouyn la fin de semaine dernière. Chronique d’une fête folle.

Dès mon arrivée, après une longue traversée du Parc de La Vérenderye, je me suis empressé de courir au spectacle d’ouverture du festival. Arrivé tout juste après le groupe Mauves qui était sur place pour présenter les créations qui peupleront leur prochain opus dû en novembre, Karim Ouellet était sur scène et offrit une prestation honnête. Ce fut ensuite au tour de Misteur Valaire de présenter les créations de leur nouvel album: Bellevue. Fidèles à leur habitude, les garçons ont cassé la baraque affichant une forme exceptionnelle. La foule a dansé amplement, mes hanches y comprises, sur les nouveaux tubes livrés avec une assurance impressionnante. En prime, nous avons eu droit à une fin déjantée d’Ave Mucho et une apparition d’Eman qui est venu faire un bout de Ton cou, ton dos d’Alaclair Ensemble.

Groenland31aout2013_-94Parmi les groupes qu’il m’a été de donné de voir, certains ont livré de solides performances. Groenland y est allé d’une prestation envoûtante qui a su conquérir le cœur de tous dans la salle. Plusieurs fois, Jean-Vivier Lévesque y est allé de pitreries qui ont fait rire toute la galerie. Les suivants, la formation Suuns a présenté un monstre de concert qui s’est entonné sur une lente progression de dix à quinze minutes débutant avec un chant dans ce qui semblait être en arabe. Ils ont ensuite livré les pièces d’Images Du Futur sans jamais laisser le silence se pointer le bout du nez. Solids, de son côté, nous a offert une solide performance qui rend l’attente de la sortie de leur premier disque, prévu pour le 8 octobre prochain, encore plus pénible.

De son côté, le groupe ontarien Indian Handcrafts y est allé d’une performance survoltée où les pièces de Civil Disobedience For Losers étaient à l’honneur. Ils nous ont envoyé aussi des reprises de Negative Creep de Nirvana, Ace Of Spades de Mötorhead et Detroit Rock City de Kiss. Dans un autre registre, Le Couleur y est allé d’une excellente prestation énergique à souhait qui avait tout pour charmer les oreilles. Et parmi les spectacles qui n’étaient pas à manquer au festival, la bande de Dead Obies a complètement survolté la Scène Paramount avec une prestation à couper le souffle. Ils ont par le fait même annoncé qu’ils avaient signé avec la maison de disque Bonsound et que leur premier album sortirait d’ici la fin de l’année. Ce sera un titre à ne pas manquer.

Dead Obies31aout2013_-47On a eu droit aussi à des lancements d’albums: Alex Nevsky avec son Himalaya mon amour, El Motor et son Monstre et l’hilarante Klô Pelgag qui faisait paraître une édition vinyle de son opus qui est à paraître le 24 septembre. Celle-ci a offert sa poésie absurde et noire avec toute la joie que l’on y connaît. Elle nous a présenté les pièces de son prochain album jumelé à un spectacle de magie hilarante de la part du contrebassiste, en plus d’une performance de «lightsaber» durant Rayon-X, ainsi qu’une présentation des musiciens absolument loufoque.

En contrepartie, un spectacle fut légèrement décevant: la prestation correcte, sans plus, des vétérans Blonde Redhead. Ceux-ci ont commencé avec une énergie de feu, entamant avec Falling Man suivit de deux autres pièces à la guitare pour ensuite tomber dans une suite laconique de chansons légèrement trop introspectives. Un résultat qui manquait de variété et d’entrain. L’autre déception est la soirée métal. Bien que la présence de Voivod était géniale (ceux-ci étant un groupe québécois qui a su s’établir sur la scène mondiale et qui a donné un spectacle lourd, bruyant et inspiré). Origin et Dying Fetus sont des groupes eux aussi établis. Il me semble qu’il ne manque pas de groupes métal de la relève. On peut facilement penser à The Ocean, Eight Bells, Pallbearer, All Else Fails, Sanktuary et bien d’autres!

Suuns30aout2013_-99Le spectacle de clôture a donné droit aussi à de beaux moments. Fire/Works, qui s’est vu décerner une ovation monstre, a ouvert le bal. La formation était dans une forme splendide et a su conquérir le cœur de tous ceux qui étaient présents. Le groupe a offert en prime deux nouvelles pièces qui n’étaient pas piquées des vers. C’est Yann Perreau qui a fermé la marche du FME avec les pièces de son dernier album, À genoux dans le désir, accompagné de deux musiciens. Il était inspiré et a annoncé dès le début qu’il ne savait qu’une chose… Il voulait terminer rapidement, avant Voivod, afin d’avoir la chance de les voir en direct pour une première fois. Le trio s’est donc mis en route pour un spectacle d’un peu plus de deux heures qui s’est terminé comme toujours avec les shows de Perreau, dans l’amour. Tous sont sortis, un grand sourire aux lèvres, signe d’un festival réussi.

Et si vous croyez que le festival se limite à ça, vous vous trompez. C’est aussi des concerts de danse impromptue dans la rue, des performances de reprises de vieux punk, le groupe français Fordamage qui présente son rock devant Chez Morasse (l’équivalent de la Banquise montréalaise, mais à Rouyn… que j’ai à peine fréquenté pendant la fin de semaine à trois heures du mat… pfff), les Abdigradationnistes qui nous offrent leur poésie surréaliste dans une ruelle, les fêtes qui se terminent au petites heures, les improvisations au piano en public, la nuit électro avec Boundary (Dj Poirier), Rich Aucoin et Kenlo Craqnuques qui ne se termine jamais, un spectacle intime et acoustique de Random Recipe et bien plus.

Yann Perreault 01sept.2013 00117C’est aussi une rencontre, une fête qui clôt la saison des festivals en région. C’est aussi un privilège de voir ces artistes dans un endroit plus intime que les grandes scènes normales de la plupart des festivals. Il se crée une telle proximité entre le public et les artistes, qu’une complicité unique s’installe. Il ne faudrait pas oublier non plus, l’accueil chaleureux des gens de l’Abitibi qui reçoivent les artistes à bras ouvert… et les journalistes aussi. Merci Rouyn-Noranda, t’as été bonne pour moi, on se revoit l’an prochain!

Les EP du mois d’août

FUTURE OF THE LEFT – LOVE SONGS FOR OUR HUSBANDS

Love+Songs+For+Our+Husbands+fotllovesongsepAprès avoir lancé une campagne de financement pour leur prochain album, la bande à Andy Falkous déploie quatre nouvelles pièces pour notre plus grand plaisir. Que ce soit le gros riff quasiment rock’n’roll de The Male Gaze ou l’excellente et énervée The Bisexuality Of Distance, FOTL nous fait déjà saliver pour le prochain album.

futureoftheleft.net/

RAINBOW CHAN – LONG VACATION

Rainbow-Chan-Long-VacationRainbow Chan est une jeune auteure-compositrice-interprète de Sydney en Australie. Sur Long Vacation, elle glisse sa voix aiguë mais jamais déplaisante sur un électro-pop éclectique meublé de sonorités empruntées un peu partout. Il y a quelque chose d’enfantin dans ses mélodies qui virevoltent tout autour, touchant rarement le sol. Elle mélange habilement les sons traditionnels et les synthétiseurs ce qui donne un maxi qui vaut le détour.

www.rainbowchan.com.au/

MAISON BRUME – LA VIE SABBATIQUE

a2503523161_2Maison Brume est le projet folk de Florian Seraul. Alliant des sonorités folk traditionnelles à des ambiances aériennes, une nostalgie planante se dégage sur ce deuxième maxi. Le solipsisme, dernier extrait du EP vaut le détour avec son mélange sonore particulièrement réussit. Impressions d’automnes vaut aussi le détour avec son violoncelle voluptueux. Bref, pour les amoureux de folk tout en douceur, vous serez servi avec La Vie Sabbatique!

maisonbrume.com/

ALL ELSE FAILS – FUCKTROPOLIS

Fucktropolis_Cover_for_webAll Else Fails est un groupe de métal qui vient directement d’Edmonton en Alberta. Faisant dans un métal aux sonorités sombres, vous y trouverez tous les éléments traditionnels: des grosses guitares, quelques bons riffs, une grosse voix et une batterie plutôt active. Sans être des innovateurs, le groupe canadien offre un son caractéristique, pigeant allègrement dans As I Lay Dying, Cancer Bats, Alexisonfire et autres groupes du genre. Si vous aimez les formations que j’ai nommées, vous devriez y poser vos oreilles.

allelsefails.ca/

WAKE ISLAND – USE IT AS A WEAPON // UNCOMFORTABLE B-SIDES

a4181840946_2Regroupant une nouvelle pièce en plus de celles qui n’ont pas atterri sur leur dernier album, le groupe Wake Island originaire de Montréal offre un nouveau maxi. Pour décrire le son de la formation, une seule chose me vient en tête: ça sonne! Ces quatre jeunes hommes savent écrire de la musique et possèdent un talent bien à eux. C’est un indie rock intéressant et ce n’est pas étranger à la présence de Jace Lasek derrière la console.

www.wakeislandmusic.com/

BLOC PARTY – THE NEXTWAVE SESSIONS

Bloc-Party-The-Next-Wave-Sessions-300x300Un an après la sortie de Four, Bloc Party riche d’une tournée mondiale, laisse paraître The Nextwave Sessions tout juste avant de retomber en pause d’une durée indéterminée. C’est peut-être aussi la dernière fois que la formation créera de la musique ensemble alors ce n’est pas à négliger. Le tout commence par une pièce au rythme cadencé avec Ratchet. Et vous serez surpris de trouver une pièce tout en émotion intitulée Montreal. Ce n’est pas la meilleure musique que la formation anglaise ait créée… mais ce n’est pas la pire non plus!

blocparty.com/

THE BUG – FILTHY

5021392812199Kevin Martin, l’homme derrière The Bug, possède plusieurs identités. Celle plus connue est sans doute King Midas Sound. Celui-ci lançait au mois d’août Filthy, un nouveau maxi plutôt intéressant. On y retrouve entre autres Freakshow sur laquelle Danny Brown et Kiki Hitomi ont collaboré. On peut y déceler une légère influence de TNGHT. Kill Them (une collaboration avec Daddy Freddy) représente un autre des bons moments de la petite galette. Ceux qui aiment l’électro hyperactif seront réjouis.

ninjatune.net/us/artist/the-bug

Young Widows – Old Wounds

1773-old woundsUn chêne, c’est reconnu pour être fort et solide. Cet arbre est aussi reconnu pour être dense et dur. Ce sont de bien belles qualités qui définissent ce bois utilisé à outrance par les menuisiers et travailleurs de la construction. C’est pourquoi je m’imagine facilement que le chêne le plus costaud, le plus fort, et le plus solide provenant de l’état du Kentucky aux États-Unis est un trio de musiciens. En effet, cette formation porte le nom de Young Widows.

Formé en 2006, ce groupe nous garroche (hommage au collabo Fabien) en pleine face, et ce très habilement, un mélange de noise rock et de hardcore-punk. Les musiciens sont d’abord et avant tout des musiciens solides qui prennent un plaisir évident à jouer ensemble… et ça, c’est une indéniable qualité.

La discographie de la formation comporte trois albums. Le premier album (Settle Down City paru en 2006) était plus brouillon que les deux suivants, mais laissait transparaître de bien belles choses pour l’avenir du groupe. Le deuxième album, sorti en 2008, est sans aucun doute mon préféré, et il se nomme Old Wounds. Un disque intense, solide et puissant. En ce qui concerne leur troisième galette en carrière, elle nous a été proposée en 2011 et s’intitule In And Out Of Youth And Lightness; un album plus calme, mais extrêmement réussi. Un album sombre et dense à souhait qui mérite amplement d’y porter attention.

Revenons donc à Old Wounds! L’album s’ouvre sur un puissant riff de basse décapant sur lequel la batterie viendra s’y greffer de manière remarquable. Par la suite, c’est l’explosion avec l’arrivée de la guitare électrique. Quel bon début d’album qui nous laisse supposer que les trente-trois prochaines minutes seront fort agréables. Dès la deuxième piste, ça se confirme avec une Old Skin lourde et bien ficelée. À mon avis, les chansons les plus opérantes se situent en milieu d’album. Cinquième et sixième morceaux à paraître, Lucky And Hardheaded ainsi que 21st Century Invention sont de véritables perles. Ces morceaux, débordant d’énergie et de fureur, sont carrément jouissifs. Ma folie d’adolescence, bien camouflée dans mon beau corps d’adulte, réapparaît à chaque fois que je les entends.

Savamment dispersées sur l’offrande, The Guitar et The Heat Is Here servent à mettre un baume sur l’album de par leur côté plus tranquille et mélodique. Malgré tout, disons qu’on est encore très loin de ce que nous propose Lara Fabian!

L’album se conclut sur l’excellente Swamped And Agitated… pis on est bien content que ça se termine; non pas parce que le disque est mauvais ou simplement trop long, mais bien parce que nos oreilles sont rouges d’un surplus d’afflux sanguin. Le tout nous est offert avec une belle pochette. En tout cas, sur un disque vinyle c’est très joli!

En terminant, disons que les amateurs de groupes tels Metz, Jesus Lizard, Melvins et Helmet devraient être rassasiés.

Young Widows
Old Wounds
Temporary Residence
33 minutes
Paru en 2008

01. Took A Turn
02. Old Skin
03. Mr. No Harm
04. The Guitar
05. Lucky And Hardheaded
06. 21st Century Invention
07. The Heat Is Here
08. Delay Your Pleasure
09. Let Him Be
10. Feelers
11. Swamped And Agitated

myspace.com/youngwidows

Botch – We Are The Romans

botchOriginaire de Tacoma aux États-Unis, Botch est un groupe qui donne dans le métal, le mathcore et le hardcore brut. Et ici, brute ne signifie pas nécessairement épais… Quoiqu’une Brute du Rock comme moi peut à l’occasion être épaisse… En revanche, La Brute du Rock peut aussi être adorable, aimable et parfois brillante! Tout compte fait, la musique de Botch aussi.

Ayant quelques albums, maxis et autres compilations en carrière, Botch a su se tailler une place de choix à travers les grands noms pratiquant ce style. On n’a qu’à penser a des groupes tels que Converge, Dillinger Escape Plan, Hatebreed et Coalesce.

Si vous me permettez, j’aimerais m’attarder principalement sur leur album intitulé We Are The Romans. Celui-ci est paru vers la fin de l’année 1999. Vous savez, cette période de psychose générale où tous les systèmes bancaires et informatiques de la planète entière devaient flancher. Au final, la seule chose qui a flanché à l’arrivée de la nouvelle année est mon solde bancaire suite à la longue nuit survoltée du 31 décembre 1999.

L’album We Are The Romans est livré le pied au tapis. En fait, on dirait qu’ils ont mis une lourde brique sur l’accélérateur pour vous enfoncer les omoplates à votre siège tant l’intelligente sauvagerie sonore proposée est presque sans temps mort. À n’en point douter, derrière cette brutalité sonore se camoufle une finesse assez rare. Cet album est constitué de musique agressive certes, mais exécuté de façon méticuleuse, concise, précise et brillante. Ce quatuor nous offre de multiples mélodies bruyantes qui se fraient un chemin assez rapidement vers notre cortex cérébral et y laissent une empreinte forte et durable pour notre plus grand bonheur. Leur musique est assurément dense et très puissante. À côté de leur musique féroce, Al-Qaïda ressemble à une portée de jeunes chatons devant un miroir, s’amusant follement avec un bout de ficelle.

Plusieurs morceaux se retrouvant sur la galette me font un effet bœuf. Que ce soit la première pièce To Our Friends In The Great White North qui ouvre admirablement bien l’album ou alors la superbement construite Transitions From Persona To Object. Je pense aussi à Saint Matthew Returns To The Womb; un morceau qui est composé de riffs que vos oncles et vos tantes considéreraient comme absolument inécoutables à la Messe de Minuit. Il me vient aussi à l’esprit l’immense et brillante Man The Ramparts qui nous propulse vers la dernière piste du disque We Are The Romans qui elle, est à saveur électronique.

Botch est composé de Brian Cook, Tim Latone, David Verellen et David Knudson. Ces messieurs sont tous d’une dextérité supérieure à la moyenne et leur cohésion est sublime. Ce groupe est malheureusement séparé depuis 2002. Heureusement, ils ont eu le temps de nous offrir ce superbe We Are The Romans qui traverse le temps assez bien merci.

Botch
We Are The Romans
Hydra Head Records
Paru en 1999

01. To Our Friends In The Great White North
02. Mondrian Was A Liar
03. Transitions From Persona To Object
04. Swimming The Channel Vs. Driving The Chunnel
05. C.Thomas Howell As The “Soul Man”
06. Saint Matthew Returns To The Womb
07. Frequency Ass Bandit
08. I Wanna Be A Sex Symbol On My Own Terms
09. Man The Remparts

myspace.com/botch