Chroniques Archives - Page 133 sur 143 - Le Canal Auditif

Les EP d’avril

ABOUT – MARGA

a1415424812_10On vous a déjà parlé d’About quelques fois au cours la dernière année. Voici que le duo féminin présente le dernier chapitre de sa tétralogie: Marga. Barbara Finck-Beccafico et Michèle Bernier-Martin ont parcouru tout un chemin à travers ces quatre maxis qui se termine sur une note franchement positive. Plus lumineux, Marga voit le duo s’aventurer sur de nouveaux sentiers aux sonorités plus urbaines. Les voix aussi sont à l’honneur sur ce dernier maxi, Build It en étant un bon exemple. Même lorsqu’elles reviennent à une esthétique plus expérimentale lors de la pièce Control, on est tout de même dans quelque chose qui est plus accessible, ou à tout le moins plus mélodieux de prime abord. Un EP qui captive plus rapidement, et qui honnêtement, n’est pas piqué des vers! À écouter.

www.aboutband.com/

WHITEHORSE – ÉPHÉMÈRE SANS REPÈRE

WH_ESP_EPWhitehorse s’est forgé une solide réputation au Canada anglais au cours des trois dernières années. Le duo formé de Luke Doucet et Melissa McClelland, arrive avec un premier maxi en français composé de reprises de pièces de leurs albums précédents, une nouvelle pièce rock (Le cadeau) ainsi qu’une version d’Un canadien errant. Cette dernière, directement dans les cordes de Doucet, offre un beau moment de la part du couple. Gageons que les tourtereaux, résidents d’Hamilton, sauront charmer encore plus les adeptes francophones.

whitehorsemusic.ca/

 

CHANTAL ARCHAMBAULT – L’AMOUR OU LA SOIF

a1081113490_10Chantal Archambault, artiste folk de Montréal, a fait paraître Les Élans l’année dernière. Avant de partir pour la Chine en mars, elle a fait paraître un maxi de cinq pièces qui s’inscrit dans la continuité de l’album précédent. Les relents de country sont bien présents sur L’Amour ou la soif; pièce qui a été enregistrée dans un chalet à l’automne passé. D’ailleurs, le maxi goûte le mois d’octobre avec sa légère mélancolie. Amour asphalte se présente comme la pièce la plus entraînante sur la galette alors qu’Archambault chante «de payer les bills du mois passé». Si vous avez le tympan qui affectionne le country, la demoiselle est taillée sur mesure pour vous.

chantalarchambault.com/

THE HIGH DIALS – YESTERGRAVES

a1978911576_10Depuis plus de dix ans, la formation The High Dials est active sur la scène montréalaise. Après avoir vu quelques membres partir et de nouveau joindre la formation, dont l’ancien batteur de The Dears, Georges Donoso III, le groupe se prépare à enregistrer un nouvel album. Pour ce faire, ils ont lancé une campagne de financement et prévoient faire paraître un deuxième maxi au courant de l’année 2014 (www.pledgemusic.com/projects/thehighdials). Pour leur nouvelle galette, le groupe travaille avec Marc Bell (Bran Van 3000, Lauryn Hill). Fidèle à son habitude The High Dials livre une pop qui incorpore des éléments psychédéliques, électros et folks. La pièce-titre offre de beaux moments alors que Trevor Anderson s’implique un peu plus vocalement parlant.

thehighdials.net/

 

DEAR CRIMINALS – CRAVE

a1600944220_10L’automne dernier, on vous avait déjà parlé de la formation composée de Frannie Holder et Vincent Legault de Random Recipe avec Charles Lavoie de B.e.t.a.l.o.v.e.r.s. Dear Criminals rapplique avec un deuxième maxi concocté pendant l’hiver. On voit de nouvelles influences poindre le bout du nez sur Crave. On peut entre autres penser à la pièce-titre qui goûte le James Blake et Storm qui suinte le The XX. Dear Criminals commence à affûter le son qui sera le sien, mais on sent que la formation est toujours dans l’expérimentation et dans la recherche. Est-ce que c’est une raison pour bouder notre plaisir? Absolument pas, puisque Crave offre six titres qui flattent les oreilles et offrent de beaux moments musicaux.

www.dearcriminals.com/

MYËLLE – CHÉRIE

timthumbAprès avoir accompagné Chantal Archambault, Galaxie, Mark Bérubé et Amylie, Myëlle en est maintenant à s’affirmer avec ses propres compositions. Aidé par Francis Faubert aux textes et Antoine Gratton à la réalisation, la multi-instrumentiste y va de quatre titres résolument pop. Sa voix est mise à l’avant-plan et son interprétation se fait particulièrement juste sur La robe noire où l’on reconnaît dans son timbre un petit quelque chose de France D’Amour. Le violoncelle est omniprésent sur cette galette qui détient une facture qui saura rejoindre un grand public.

www.myelle.ca/

ARNOLD FISH – FUZZY BEATS & CHEEZY TUNES

a0002589074_10Arnold Fish est un auteur-compositeur-interprète français, qui à lui seul, a su accoucher d’un premier maxi intitulé Fuzzy Beats & Cheezy Tunes. D’ailleurs, ce nom colle à merveille aux six pièces qui sont d’une excentricité très appréciable. Il y a une absence de prétention et une joie de vivre contagieuse sur l’album de Fish. C’est entraînant, ensoleillé et franchement plaisant à l’oreille. Éclectique, le maxi offre parfois une version plus beatlesque de sa musique (The Amazing Chemical Man) et parfois plus rock (Boogie With Mister Fish). Lady Harrington qui ouvre la marche est franchement accrocheuse. Honnêtement, c’est sans prétention, captivant, et ça vous redonnera une certaine joie de vivre.

www.facebook.com/pages/Arnold-FISH/667585753309144

Pterodactyl – Pterodactyl

a1627344771_10Vous êtes fatigué? Vous vous sentez amorphe? Vous avez besoin d’un petit remontant qui saura vous botter le derrière? Alors j’ai une proposition pour vous. Non, ce n’est pas de la drogue qui vous empêche de dormir pendant deux jours. C’est plutôt un remontant musical qui saura vous réveiller presque autant.

L’album s’ouvre sur un court chant d’oiseau qui semble vouloir indiquer que vous pourriez vous envoler à la suite de l’audition du disque tellement l’énergie qu’on y retrouve est puissante et contagieuse. Je sais, je sais, là vous me dites: «Veux-tu bien arrêter de déblatérer et me dire de quoi tu parles La Brute du Rock?». C’est que je vous parle du premier disque en carrière du groupe Pterodactyl. L’album en question s’appelle aussi Pterodactyl. Quoique certaines personnes l’ont rebaptisé Blue Jay.

Cette offrande, parue en 2007, est à éviter pour les hyperactifs ou ceux qui souffrent d’épilepsie, car ils pourraient ne pas se rendre jusqu’à la fin du disque sans problème ou douleur intense. Leur corps ne leur pardonnerait assurément pas.

Quels sont les mots qui décrivent le mieux ce disque? Fougue, énergie, furie, éclaté et zélé. Heureusement, plusieurs mélodies très opérantes s’y greffent ici et là pour rendre le tout un tantinet plus accessible. Je dis bien un tantinet. Répétez après moi: un tantinet. C’est un drôle de mot quand on y pense un tantinet. Bon je m’égare, revenons à nos moutons. Je devrais plutôt dire à notre oiseau parce que c’est bien de ça qu’il s’agit.

Ce trio américain, de la région de New York plus précisément, nous salit les oreilles de son rock déjanté et hyperactif de façon remarquable.

Il est vrai de penser que le chanteur-guitariste semble avoir un problème de consommation d’hélium tant son chant est souvent aigu, mais cela passe très bien à travers leur musique; du moins, en ce qui concerne mes oreilles usées. Quant à son jeu de guitare, il est souvent très strident, dissonant et criard, mais exécuté sans failles. Le bassiste, qui chante lui aussi, comprend très bien son rôle dans cet univers tapageur. Il dose sa présence savamment. Quant au batteur, il est carrément phénoménal. Il est clair que malgré le nom du groupe, il ne se nourrit pas uniquement d’insectes et d’herbes pour matraquer ses tambours comme ça. Il est extrêmement rapide, défini et clairement résolu à nous faire sentir sa présence. Il s’occupe aussi de la portion synthétiseurs et échantillonnages.

Malgré tout ce chaos et tapage sonore offert, ils ont un instinct pour la musique pop et c’est ce qui les rend si efficaces. Plusieurs mélodies se retrouvant sur l’album sont opérantes. Un groupe avec beaucoup de talent qui n’a malheureusement pas su reproduire cela sur les deux albums qu’ils ont lancés par la suite. Deux albums décevants qui, fort heureusement, ne diminuent en rien le plaisir que j’ai à écouter celui dont je vous parle aujourd’hui. Bon, c’est assez et c’est ici que je vous quitte pour aujourd’hui. Je m’en vais prendre mes calmants…

Pterodactyl
Pterodactyl
Brah/Jagjaguwar
39 minutes
Paru en 2007

Liste des chansons:

1. .
2. Polio
3. Safe Like A Train
4. Three Succeed
5. Ask Me Nicely
6. Rampage 1
7. ..
8. Rampage 2
9. Blue Jay
10. …
11. Astros
12. Chx Bx
13. Esses

www.jagjaguwar.com/artist.php?name=pterodactyl

Top 10 Nirvana

178701_papel-de-parede-nirvana--178701_1600x1200Au moment où j’écris ces lignes, la légendaire formation Nivarna est maintenant intronisée au Temple de la renommée du rock’n roll. Leader incontesté de la dernière révolution rock à ce jour, le groupe, mené par l’un des songwriters les plus sensibles et doués de l’histoire, Kurt Cobain détient encore aujourd’hui une influence notable sur bons nombres de jeunes musiciens. Il m’arrive parfois de me demander ce que Cobain serait devenu, lui qui serait âgé aujourd’hui de 47 ans. Serait-il devenu une diva du rock dont le cerveau ne fonctionnerait plus très bien dû à l’abus de substances illicites ou un compositeur éloquent vieillissant admirablement bien?

Bien entendu, il n’y a aucune réponse possible. Par contre, l’artiste doit se retourner dans sa tombe, lorsqu’on évoque la probabilité d’une comédie musicale, qui serait présentée sur Broadway, portant sur sa vie et sa carrière… Bref, la bande du Canal Auditif aimerait offrir un hommage humble et sincère à la musique du trio formé en 1987 à Aberdeen, Washington. Voici nos dix chansons préférées de Nirvana. Merci infiniment Kurt Cobain!

1. Aneurysm

 

2. Smells Like Teen Spirit

 

3. Scentless Apprentice

 

4. All Apologies

 

5. Negative Creep

 

Pages : 1 2

Les EP de mars

LAURA BABIN – TRANQUILLEMENT

a2633581056_10Laura Babin est une nouvelle voix sur la scène montréalaise. Près d’un an après avoir terminé l’École nationale de la chanson, elle lance un maxi de cinq pièces proposant un folk poétique qui est doux à l’oreille. Pour ce premier pas, elle s’est bien entourée, faisant appel aux deux gars de Fire/Works, David Lagacé et Jonathan Peters ainsi que Jean Bruno Pinard qui a travaillé avec Dear Criminals et Caltâr-Bateau. Bref, la jeune femme, à la voix envoûtante, s’est donné des conditions gagnantes et le résultat est définitivement charmant. Sans sommeil offre une version plus rythmée de la demoiselle alors que la pièce-titre ouvre une brèche dans son intimité. De quoi vous charmer à l’approche du printemps.

laurababin.bandcamp.com/

 

QUEEN KA – LES ÉCLATS

LesEclatspxLa famille Talbi nous a déjà offert beaucoup de créations de qualité. Voici que c’est Elkahna Talbi qui nous livre ses mots puissants sous le pseudonyme de Queen Ka. C’est une parole impliquée et sans compromis que la jeune femme livre doublée d’une interprétation nuancée et intelligente. On sent le plaisir qui nappe Solitude ou encore la hargne sourde qui gronde sous Héros Silencieux. Épaulés avec justesse par Blaise Borboën-Léonard (Hôtel Morphée, Unexpect) et Stéphane Leclerc, les mots de Talbi prennent leur envol dans un slam/poésie soutenu par une trame sonore efficace. Un must pour les amoureux des mots.

queenka.ca/

 

LE WINSTON BAND – CANAJUN

folderLe premier maxi de la bande du Winston Band porte très bien son nom. On est dans un trad québécois qui se frôle au cajun louisianais tout en s’acoquinant avec un peu de rock’n’roll. Ça fait groover, ça te donne envie de te shaker le popotin avec une grosse 50 dans les mains. Dans la lignée des Canailles et du groupe suisse Mama Rosin, le sextuor offre quelques chansons à boire qui appellent le soleil et le bayou. Alors qu’ils se font plus énergiques sur J’ai fait la fête et La courte-paille, ils nous balancent aussi des ritournelles bonnes à empoigner les épaules de notre voisin de table avec Qu’est-ce que je vais faire ce soir? et Hey Madeleine. Les amoureux de cajun et de country nouveau genre risquent de tomber amoureux de la formation.

lewinstonband.bandcamp.com/

 

JESSE MAC CORMACK – MUSIC FOR THE SOUL

a3486802010_10C’est en tant que chanteur et guitariste de la formation Mak qu’on a découvert Jesse Mac Cormack. Le voici qui fait paraître un maxi intimiste où toute la place est donnée à l’émotion. Dans la lignée des Xavier Rudd et du folk américain livré avec âme, le montréalais offre quatre pièces réconfortantes et touchantes. Where We Meet installe rapidement l’univers dans lequel navigue le compositeur alors qu’il est en solo. On est charmé par la beauté de la voix de Mac Cormack qui vibre sur Story Board. Bref, pour les amoureux de folk à saveur soul, voilà un maxi à se mettre dans les oreilles.

jessemaccormack.bandcamp.com/

 

KILL MATILDA – #PUNK#ZOMBIE#ROCKNROLL

punkzombierocknroll-ep-cover-high-resÀ entendre Dusty Exner crier: «I Want Revenge» sur le nouveau maxi de Kill Matilda, vous vous direz sans doute que de contrarier la jeune femme est une très mauvaise idée. Fidèle au son qui a fait leur réputation, la formation originaire de Colombie-Britannique lâche un nouveau maxi coulé dans le même punk-rock, aux touches parfois hardcore et parfois psychobilly. Le trio ne lésine pas sur l’agressivité tout en accouchant de quelques bonnes mélodies dont la pièce qui ouvre la galette: Pomegranata. Bref, ça rock et si vous aimez le punk-rock canadien, vous serez servi.

killmatilda.com/

 

MAN WITH A MISSION – DON’T FEEL THE DISTANCE EP

10168355_10153952171975065_1406881570_nTrès peu connu de ce côté-ci de l’Océan… Pacifique, car oui, Man With A Mission est une formation nipponne qui du côté de la plus imposante flaque d’eau sur Terre fait accourir les foules. Mais ça sonne comment LP? Le groupe fait dans l’alternatif influencé par le dance-punk et l’électro tout en portant une attention particulière à la mélodie qui est assurément leur cheval de bataille. Oui, c’est parfois un peu kitsch, mais faut se le dire, leurs maudites mélodies sont contagieuses et entraînantes. Pis man… ils portent des têtes de loups… come on!

www.mwamofficial.com

 

FOURMI – SUPER PLASTRON

a4123970696_10Fourmi est un réalisateur français qui s’amuse à livrer un électro-bizarre-qui-semble-venu-de-l’espace. Voilà qu’il accouche de Super Plastron, un maxi de quatre courtes pièces qui sont à la fois attirantes et hors normes. On n’est pas très loin du Piu-Piu montréalais. L’hyperactivité est la règle, mais Fourmi sait aussi se faire plus détendu. Entre autres sur Dog, où les synthétiseurs chauds vous bercent tranquillement. Un producteur à découvrir.

www.ffourmi.com/Fourmi/home.html

 

THE SCRAP DEALERS – RED LIKE BLOOD

a3302087830_10Mon histoire d’amour avec les Belges n’est pas neuve. Ce terreau fertile en musique marginale de tout genre est venu une fois de plus me charmer les tympans. Cette fois-ci, c’est la formation The Scrap Dealers qui lance son maxi Red Like Blood. Le quintette fait dans un rock’n’roll à l’attitude punk bien sentie. La pièce-titre est particulièrement accrocheuse alors que Get Out Of My City est garrochée au max comme le dirait si bien l’ami Fabien. Pour les amoureux de rock’n’roll et de punk, c’est un groupe qui pourrait très bien vous intéresser.

thescrapdealers.bandcamp.com/

10 chansons printanières

782f07381c57b0ebe906694d0011f825_largeHier, précisément à 11h57, avait lieu l’équinoxe du printemps. Plusieurs de mes compatriotes en ont assez du froid, de la neige et de l’isolement qu’impose tout naturellement l’hiver. Je suis aux antipodes de mes concitoyens. J’adore l’hiver. Ce qui me réjouit au plus haut point c’est de voir à quel point l’Homo Québecus (dans son énorme prétention) adore combattre de front la saison hivernale, au lieu de bien sagement accepter cet indéniable fait: l’être humain ne gagnera jamais contre l’hiver!

Ceci dit, le printemps (tardif) est à nos portes et qui dit printemps, dit quelques bonnes bières sur une terrasse ensoleillée en compagnie de gens joyeux et hilares. Les collaborateurs du Canal Auditif dans leur grande bienveillance vous ont concocté une liste de leurs ritournelles printanières préférées, afin de vous remonter le moral et peut-être ainsi, accélérer l’arrivée du printemps.

Bon visionnement! Bonne écoute!

1. Here Comes The Sun – The Beatles

http://www.youtube.com/watch?v=C5E_zXbmrlM

 

2. Printemps-Été – Jean Leloup

http://www.youtube.com/watch?v=8Eyf-LPMxqc

 

3. Tropicalia – Beck

 

4. Bittersweet Symphony – The Verve

 

5. Happy – Best Coast

 

6. Sun Hits The Sky – Supergrass

 

7. Gobbledigook – Sigur Ros

 

8. Sun It Rises – Fleet Foxes

 

9. My God Is The Sun – Queens Of The Stone Age

 

10. Fous N’importe Où – Daniel Bélanger