Chroniques Archives - Page 116 sur 120 - Le Canal Auditif

Raconte-moi ton disque :
Éric Goulet – Volume 1

eric3Bon vendredi à tous et à toutes! Pour ce mois de juillet en démarrage, j’ai eu le privilège de rencontrer un vétéran respecté de notre scène musicale : Éric Goulet. En effet, le meneur de la formation Les Chiens et le pourvoyeur de mélancolie au sein de son projet solo nommé Monsieur Mono, est venu me rencontrer au Lab Mastering, afin qu’on puisse réentendre ensemble son album country titré Volume 1.

Pour avoir visionné quelques entrevues d’Éric Goulet, j’avais véritablement envie de jaser musique avec lui, car vraisemblablement, nos goûts musicaux convergent dans la même direction. Cette fois-ci, nous avons spécifiquement causé country tout en écoutant son album dans ce qui constitue l’une des meilleures écoutes studio du moment. Après les présentations d’usage, nous nous sommes bien calés confortablement dans nos chaises respectives afin de prêter l’oreille attentivement à ce Volume 1. Je vous offre un périple, piste par piste, des petites énigmes sonores révélées par notre invité, Éric Goulet.

Tu sais bien

D’entrée de jeu, Éric m’entretient au sujet de sa solide section rythmique (une véritable locomotive) composée du bassiste Mark Hébert et du batteur Vincent Carré, tous deux rencontrés dans le cadre d’un jam session à St-Siméon. Duo qui constitue l’épine dorsale de ce Volume 1. En écrivant cette pièce, Éric a voulu composer une chanson sur les ouï-dire; sujet de prédilection de plusieurs chansons country.

Ce n’est pas mon jour

Deuxième ritournelle spécifiquement conçue pour ce disque. Particularité de ce morceau? C’est que ce sont les trois mêmes accords joués tout au long de la chanson, mais dont la combinaison change au refrain. Rien n’y paraît tant l’ensemble coule de source.

La dernière marche

Je fais la remarque à Éric que la pièce fait penser à The Wayfaring Stranger, ce classique de la chanson country. Texte rédigé par Alexandre Belliard, cette ritournelle est probablement le premier chapitre d’une trilogie qui fera assurément son chemin sur les prochaines offrandes country à venir… car Éric nous confirme que le Volume 2 est déjà en chantier!

Quand nos cœurs seront unis

Marcel Martel est le créateur de cette chanson. Éric adopte une approche vocale plus musclée et assurée que sur la plupart des pièces meublant cet album. Pour Éric, reprendre les compositions de ces grandes pointures du country constitue un coup de chapeau absolument mérité. De plus, le musicien considère comme étant primordial de transmettre la musique de ces monuments country à une autre génération.

Chacun dans son espace

Une importante chanson offerte à Vincent Vallières par Éric. Morceau qui sonne admirablement bien en version country. Petit aveu/secret : la progression d’accord du pont est un repiquage du bridge de Comme un cave de Possession Simple, groupe dans lequel Éric a fait ses premiers pas dans le métier.

Je ferme grand les yeux

En fouillant dans ses maquettes, cette chanson aux ascendants très Gram Parsons/Ryan Adams, offerte à Renée Martel, semblait parfaitement destiné pour ce disque. Selon Éric, un choix facile à faire… et le seul « fade-out » de l’opus.

L’hôtel des cœurs brisés

Grande chanson de Stephen Faulkner. Faulkner est un important songwriter de la chanson québécoise et la version offerte par Éric constitue un vibrant hommage au compositeur; que dire de ce frissonnant orgue Hammond B3 qui apparaît à une minute quarante secondes pile-poil.

Ton amour va me rendre fou

L’histoire de cette pièce? Alexandre Belliard devait se présenter chez Éric afin de travailler en sa compagnie une nouvelle création chansonnière, mais Belliard a eu un contretemps imprévu et n’a pu se montrer le bout du nez; ce qui a contraint Éric à composer cette chanson en quelques heures seulement.

Salut les amoureux

Chanson popularisée par Joe Dassin et Arlo Guthrie mais écrite par Steve Goodman dont le titre intégral est City Of New Orelans. On discute de Joe Dassin en prenant conscience que nous avons tous deux grandi au son de sa musique.

Danse avec moi

Composé pour un film qui n’a jamais vu le jour et offert une fois de plus à Renée Martel, ce morceau dont le texte fait appel à une interprétation toute féminine est éloquemment renouvelé par son auteur. Grâce à cette écoute dans un studio haut de gamme, on entend « l’overdub » d’une guitare douze cordes dans le mix.

Mauvaise vie

Classique d’Alex Jones (WD 40), coécrite avec Éric, ici accompagné de Corinne de la formation Camionnette. Éric me confesse qu’un de ses meilleurs albums country de tous les temps est sans contredit Must’ve Been High de la légendaire formation Supersuckers.

Souviens-toi de moi

Adaptation d’une ritournelle de Rodney Crowell et Will Jennings interprétée par Paul Brunelle. Encore une fois, Éric a voulu rendre un salut bien senti à ce grand de la chanson country québécoise.

L’âme à la tendresse

Enregistrée, il y de cela trois ou quatre ans, avec Mara Tremblay et sans section rythmique. Avec l’aide d’un métronome, les compétents Mark Hébert et Vincent Carré se sont ajoutés à la mouture finale. Superbe version de cette chanson signée François Dompierre.

Ce Volume 1, colligé majoritairement en version live en studio (les voix se sont annexées ultérieurement), est un disque authentique, intègre et vrai comme l’est son auteur. En plus de l’apport indéniable de Mark Hébert et Vincent Carré à la section rythmique, il serait bon de souligner les performances de Rick Haworth (pedal steel), Carl Prévost (guitare) et Ariane Ouellet (violon) qui viennent bonifier de leur talent ce très bon album country.

En plus de faire office de génuflexion sincère à l’endroit de nos précurseurs et créateurs country bien de chez nous, cette création sonore permet à Éric Goulet de faire connaître ses propres compositions à un public différent. Le musicien se fait un cadeau en réinterprétant son corpus chansonnier dans un format plus accessible, ce qui permettra sans aucun doute au musicien d’atteindre un auditoire plus large. Ce répertoire le mérite amplement!

www.lelabmastering.com/fr/

ericgoulet.disquesnomade.com

Les Ep du mois de juin

THE PEOPLE – WE ARE THE PEOPLE

a2516403776_2The People est un groupe de Montréal naviguant entre rock, blues et alternatif. Le quatuor est formé de Johny Mercho (voix et guitare), Elie Karmouche (guitare), Philippe Gagné (basse) et Alexandre Mercho (batterie). Il ya quelque chose dans la voix de Mercho qui rappelle vaguement Liam Gallagher. On y retrouve la plutôt rock Sabiha, l’acoustique Shine A Light On Me et la plutôt punk Devil In Disguise.

thepeoplearehere.bandcamp.com/

MAC GUFFIN – MAC GUFFIN E.P.

26271Un Mac Guffin est un prétexte au développement d’un scénario. Dans le cas présent, le Mac Guffin est la rencontre entre Barbara, jeune chanteuse et Damny, le réalisateur qui s’occupe de la musique. Avec sa voix ensorcelante Barbara nous attire dans un univers de chansons qui possèdent une esthétique «gramophone» mais qui demeure quand même très contemporaine. On y retrouve certains éléments d’électro-swing même si on n’est jamais dans des rythmes très rapides et que l’atmosphère générale évoque des décors de films noirs.

ELL V GORE – SEX STATIC

247492_465494656858776_1726872873_nOscillant entre post-rock et no wave dans une atmosphère glauque à souhait, Ell V Gore sonne comme une fin de nuit mouvementée. D’abord le projet de Ell V, un jeune homme de 24 ans, natif de Toronto, ce maxi nous fait découvrir ce musicien méconnu. Sex Static sonne crasseux et déluré avec la voix du chanteur toujours noyé dans une réverbération qui donne l’impression qu’elle est plus grande que nature. Parmi tout ce qui sonne eighties actuellement, c’est l’un des groupes les plus intéressants sans contredit.

ellvgore.tumblr.com/

FAUVE – BLIZZARD

Fauve-Blizzard-CD-tt-width-360-height-342-attachment_id-398594-crop-1Fauve est un collectif français composé de cinq membres, quatre musiciens et un vidéaste… mais un collectif ouvert à tout ajout qui vaille la peine. C’est du rock planant sur lequel vient se coucher du spoken word doublé d’une urgence non-négligeable. C’est puissant et accrocheur. C’est la sortie la plus intéressante du mois de juin en version maxi. Les mots sont forts et suscitent des images limpides et imposantes tandis que la musique est intelligente, ingénieuse et intoxicante. À mettre dans vos oreilles impérativement.

fauvecorp.com/

ABOUT: – NIRODHA

a3117165055_10about: est un duo féminin de Montréal composé de Barbara Finck-Beccafico (voix, paroles et vidéos) et Michèle Bernier-Martin (claviers, boîte à rythmes et voix) qui lançait le troisième maxi d’une série de quatre paru en moins d’un an. Plus qu’une expérience musicale, les deux demoiselles font de leur performance scénique des happenings et cela s’entend sur ce maxi où se glisse une théâtralité assumée. Difficile de classifier ce style musical mais on pourrait situer la musique entre psychédélisme, électro, dream-pop et shoegaze. Un heureux mélange qui donne un son original et dense.

www.aboutband.com/

UNVEIL – CODEX NOCTEM

unveil2Vous pensiez que le goth-rock était mort? Et bien vous vous trompiez, Unveil est là pour vous prouver tout le contraire. Le groupe sherbrookois est composé d’Alain Robitaille (guitare, voix et réalisation), Mr.Lee (basse et voix), Pom (batterie) et depuis environ un an, Jow (de son vrai nom Joëlle Nolin à la voix). L’addition de la demoiselle amène un côté Nightwish au groupe et ce n’est pas déplaisant du tout. Du gros rock noir concocté par une bande bien de chez nous.

unveil.bandcamp.com/album/codex-noctem-ep

BRAIDS – IN KIND // AMENDS

braids-flourish-perish-608x607Pour préparer la sortie de leur nouvel album à la fin du mois d’août et pour faire patienter leurs fans, le groupe montréalais Braids faisait paraître au début du mois ce nouveau maxi contenant quatre chansons. Fière d’une reconnaissance internationale pour leur album précédent : Native Speaker, la formation arrive avec encore plus d’assurance et une esthétique sonore plus fouillée. Loin de s’être écrasé sur cette reconnaissance, Braids revient avec plus de conviction et on a encore plus hâte à la sortie de l’album!

//braidsmusic.com/

YOUNG FATHERS – TAPE 2

Injustement méconnu de ce côté-ci de l’Atlantique, Young Fathers est un groupe de hip-hop alternatif tout droit sorti de la riche communauté musicale écossaise d’Édimbourg. Composé de deux rejetons d’immigrants africains, Alloysious Massaquoi et Kayus Bankole et d’un troisième membre nommé G, lui aussi originaire d’un quartier défavorisé de la capitale écossaise, le trio s’amuse à mélanger les rythmes traditionnels africains avec de l’électro contemporain en allant piger dans les sonorités asiatiques à l’occasion. La formation faisait paraître leur deuxième maxi simplement intitulé simplement Tape 2. C’est à mettre ça aussi dans vos oreilles!

www.young-fathers.com/

Queens Of The Stone Age – Rated R

cd-coverVous souvenez-vous où vous étiez le 6 juin de l’an 2000 vers 9 heures du matin ? Si votre réponse est non, ne vous en faites pas, c’est tout à fait normal! Pour ma part, je me rappelle que j’attendais impatiemment devant la porte d’un disquaire afin de me procurer l’excellent Rated R du groupe Queens Of The Stone Age; le deuxième album du groupe mené par un des mes idoles, Joshua Homme.

Leur premier album paru quelques années plus tôt m’avait conquis; quoiqu’assez différent de son ancien groupe Kyuss. Joshua Homme m’avait étonné par ses qualités de compositeur, sa réalisation moins lourde, et le fait qu’il soit dorénavant le chanteur du groupe. Cette fois-ci, avec Rated R, il s’est assuré de me jeter par terre!

Pratiquement tout s’y retrouve: ambiances psychédéliques, rythmes accrocheurs, mélodies vocales jouissives, réalisation impeccable, virtuosité, simplicité, diversité, panoplie d’invités intéressants, pochette simple, mais efficace et j’en passe!

L’album s’ouvre sur Feel Good Hit Of The Summer, une pièce où Homme semble nous chanter son mode de vie et, croyez- moi, ce n’est pas vraiment recommandé par docteur maman! Ensuite, c’est l’incroyablement captivante The Lost Art Of Keeping A Secret, qui vient se coller dans nos têtes pour de nombreuses années! Viennent ensuite Leg Of Lamb et Auto Pilot, puis survient la très psychédélique Better Living Through Chemistry. Par la suite, on nous sert sournoisement les morceaux les plus punk du disque avec Monsters In The Parasol et Quick And To The Pointless. C’est au tour de la sublime In The Fade qui ne laisse probablement personne insensible par sa mélodie. La suivante est Tension Head qui me rappelle un peu Kyuss, quoique plus criarde. Le disque se termine sur Lightning Song une pièce acoustique avec piano, suivie de ma préférée à vie du groupe I Think I Lost My Headache. Quel petit chef-d’œuvre cette toune-là!

Bien que l’album contienne plusieurs invités, autant à la batterie qu’aux chants, il reste cohérent d’un bout à l’autre. La production est léchée, mais pas exagérément. Joshua Homme nous prouve encore une fois son immense talent derrière un manche à six cordes. Sa voix et ses mélodies vocales ayant fait un bond en avant comparativement au premier disque. Quant à lui, le bassiste Nick Oliveri effectue un boulot impeccable. Oliveri a malheureusement quitté le groupe après le troisième album de la troupe intitulé Songs For The Deaf. Album que je vous recommande fortement d’ailleurs!

Je vous laisse donc avec cet extrait en concert de The Lost Art Of Keeping A Secret qui, comme je vous le mentionnais plus tôt, risque de rester collé dans vos têtes pour l’éternité !

Queens Of The Stone Age
Rated R
Interscope
42 minutes
Paru en 2000

01. Feel Good Hit Of The Summer
02. The Lost Art Of Keeping A secret
03. Leg Of Lamb
04. Auto Pilot
05. Better Living Through Chemistry
06. Monsters In The Parasol
07. Quick And To The Pointless
08. In The Fade
09. Tension Head
10. Lightning Song
11. I Think I Lost My Headache

www.likeclockwork.tv/i-appear-missing

Raconte-moi ton disque :
Michèle O – Assise dans ma tête

Michele-OSalut les mélomanes! Déjà une deuxième chronique Raconte-moi ton disque! Ce mois-ci, j’ai rencontré la dynamique Michèle O afin de réentendre, en sa compagnie, les pièces meublant son premier album titré Assise dans ma tête. Paru à l’automne 2012, ce premier effort de l’auteure-compositrice-interprète originaire de Val D’Or en Abitibi-Témiscamingue lorgne vers des sonorités alliant habilement le country et le folk avec un ascendant pop parfaitement assumé. Un disque qui a reçu un accueil favorable de la part des critiques et journalistes musicaux québécois qui ont comparé quelques fois l’artiste à Mara Tremblay.

Donc, vendredi 24 mai dernier à 15 heures, l’électrisante et sympathique Michèle O fait son apparition au Lab Mastering prête à replonger dans le processus créatif de son album… et c’est toujours un grand bonheur de réécouter un disque dans ce qui constitue une des meilleures écoutes studio du moment. Bien entendu, quelques plaisanteries bon enfant servent à détendre l’atmosphère et voilà que nous nous calons bien confortablement dans nos chaises, parés à découvrir les quelques secrets sonores contenus dans ce Assise dans ma tête.

Encore

Cette solide ritournelle pop-rock se caractérise par un excellent solo de guitare aux accents country prodigué par l’acolyte, le complice et le réalisateur du disque Pierre-Louis Lavoie. En mettant en relief le remarquable travail de Lavoie, je venais de déverrouiller l’entretien, car la musicienne y est allée d’une révérence bien sentie à l’endroit de son guitariste; Lavoie ne constituant rien de moins que le pilier sur lequel s’appuie Michèle O… et ça s’entend tout au long de l’album.

Assise dans ma tête

Morceau déclencheur du processus créatif de Michèle O. Première chanson écrite et composée qui a donné le coup d’envoi à la créativité chansonnière de l’artiste. Encore une fois, Lavoie se distingue avec des guitares country d’un niveau inégalé.

Ces bottes sont faites pour marcher

Superbe reprise de ce standard de Nancy Sinatra qui a déjà été interprétée par la comédienne Dominque Michel. Elle m’avoue que cette pièce a toujours constitué un moment fort de ses concerts et la version studio apparaissant sur la galette est directement inspirée de ces différentes moutures «live».

Si ça fait mal un peu

Pièce qui fait référence à ces douloureux moments qui nous donnent l’impression que tout s’écroule autour de nous : « Et quand y’a plus que les moustiques qui ont des ailes ». C’est à ce moment que Michèle confesse, avec une honnêteté qui l’honore, que sans le groupe qui l’accompagne, ses chansons n’auraient pas du tout le même impact.

L’anecdote moche

Durant l’écoute de cette pièce, j’ai demandé à Michèle si elle détenait une formation musicale. Michèle me confia alors qu’elle est une artiste autodidacte, qui a joué du violon en bas âge, qui s’est mise aux guitares à l’adolescence et qui, à l’âge adulte, a fait partie d’une formation aux inflexions grunge nommée Kill January. Je fais la découverte d’une artiste expérimentée qui en connaît un bon bout sur l’industrie du disque.

Quelqu’un d’autre

Ballade country-folk émouvante colligée en une seule prise : Michèle, un micro, une guitare, une interprétation qui a ému ses musiciens et la chanson était dans le sac. Ce morceau qui se transmute en un crescendo final frissonnant a été bonifié de quelques overdubs guitaristiques (gracieuseté de Lavoie) de même que de superbes harmonies vocales. Une réussite!

Ma maison sans bruit

On jase équipements, guitares et amplificateurs. Michèle joue sur une guitare semi-acoustique Fifth Avenue et Lavoie s’exécute sur une guitare Telecaster branchée dans un amplificateur Vox, d’où ce superbe son vintage qui rappelle le jeu de Luther Perkins, guitariste accompagnateur de Johnny Cash.

Sebastian

Bonne chanson pop. Aux quatre coins du studio d’enregistrement, Michèle O et ses musiciens se sont amusés ferme à créer ces clappements de mains qui appuient efficacement la batterie lors de l’introduction.

L’étage

Ce rockabilly/rock’n’roll est fertilisé par une harmonie vocale de Lavoie. Afin de mieux faire passer ses propres compositions en spectacle, Michèle admet qu’elle doit se soumettre à jouer quelques interprétations. À ma grande surprise, je découvre que son groupe revisite Neighborhood #1 d‘Arcade Fire!

Ma belle tempête

Fingerpicking joué par Michèle, guitare arpégée de Lavoie, utilisation d’un e-bow en arrière-plan dans le mix, voix de Evans Lamarre en harmonie avec la chanteuse et probablement le morceau se rapprochant le plus de l’univers musical de Mara Tremblay.

Ta berceuse

Utilisation d’un tricône (une sorte de guitare à résonateur) joué par Olivier Gauthier, une guitare mixée à l’envers dans l’introduction et ce blues salopé qui constitue, à mon humble avis, la meilleure pièce de l’album.

Devil’s Face

Composition issue de son ancienne formation Kill January en version folk-country qui représente, selon Michèle, un beau clin d’œil bouclant la boucle de cette période créative… et qui conclut efficacement ce Assise dans ma tête.

En dehors des confidences qui concernent la mécanique créative qui a mené à l’accouchement de son premier effort, j’ai découvert une fanatique de rock abrasif (Pixies, Nirvana), une amoureuse des mélodies beatlesques, mais surtout une architecte chansonnière reconnaissante du travail de ses musiciens, plus particulièrement de l’apport gargantuesque de Pierre-Louis Lavoie, envers qui elle porte le plus grand des respects.

Michèle O est une artiste intuitive, passionnée, éprise de liberté, qui mise sur la longévité plutôt que sur le succès instantané et qui semble tout à fait lucide par rapport à la réussite; une jeune femme qui a les deux pieds bien ancrés au sol… ce qui lui permettra sans aucun doute de faire sa marque. Une bien belle rencontre!

www.lelabmastering.com/fr/

www.micheleo.com

Les Ep du mois de mai

LES PASSAGERS – LES PASSAGERS

a3774072658_10Les Passagers sont une formation d’indie-folk de Montréal. Formé d’Andréanne Muzzo (voix, piano et claviers), Nicolas Ferron (guitare et voix), Antoine Ferron (basse), François-Pierre Poirier (claviers) et Liam Killen (batterie), le groupe chante l’amour, les tempêtes de neige et les souvenirs d’enfants. Faisant appel à des atmosphères légèrement sombres, le quintette lance son premier maxi. Dans cet univers sonore est insérée la voix aérienne de Muzzo qui détient un petit quelque chose de romantique. On retrouve aussi la voix de Nicolas Ferron qui chante sur environ la moitié des chansons. Les deux s’échangent les rôles avec habileté et justesse.

lespassagers.bandcamp.com/

LUX CONTINUUM – EMPIRE

1236632310-1_0Lux Continuum est une formation non traditionnelle évoluant dans le hip-hop. Formé de David Oudum-Chrun (voix), Benoit Tremblay-Roy (basse et guitare classique) et Charles-Alexandre Durand (guitare, piano et arrangements) le trio fortement influencé par la philosophie mélange les influences musicales afin de créer des trames musicales que l’on entend que trop rarement dans le rap. Empruntant à plusieurs types de hip-hop, d’ASAP Rocky au Wu-Tang Clan, on sent tout de même qu’ils se cherchent encore, mais cette sortie est loin d’être inintéressante. Pour les fanatiques de rap, la formation sera à suivre dans les années à venir.

luxcontinuum.bandcamp.com/

TEAM SPIRIT – TEAM SPIRIT

3642309612-1Issu de Brooklyn, Team Spirit est formé de Ayad Al Adhamy (voix et guitare), Cosmo Kilburn DiGiulio (guitare), Roman Tobias Pettigrew (basse et voix) et Mike Addesso (batterie). Ces rockeurs suintent le plaisir et le party. Parfois, rappelant un tout petit peu l’énergie de King Tuff, le quatuor nage à travers les différents styles de rock avec une aisance déconcertante. Sans arriver avec quelque chose de très innovateur, ça demeure que ces messieurs savent composer des riffs accrocheurs qui donnent envie de s’ouvrir une bière bien froide par une journée ensoleillée.

teamspirit.bandcamp.com/

BO KEENEY – DON’T YOU WORRY

ProductImage-7531933Celui qui a grandi entre Guns’N’Roses et Van Halen (puisque sa mère était amie avec certains membres des deux formations) a déménagé ses pénates dans la campagne anglaise pour finalement atterrir à Londres. Mixant électro, jazz, rock et soul, le jeune homme lance son premier maxi qui comprend trois chansons originales et deux remixes de Don’t You Worry, dont un par l’excellent groupe Breton. Ces mélanges musicaux sont curieux, mais toujours efficaces et on peut dire que c’est définitivement une réussite pour un premier maxi. On en veut encore plus, vivement un long jeu!

www.bokeeney.com/

FLASHLIGHTS – DON’T TAKE ME SERIOUSLY EP

flashlights_dont-take-me-seriouslyFlashlights est un quatuor issu d’Orlando en Floride. Le soleil du sud des États-Unis fait définitivement effet sur la bande qui offre un punk dégriffé qui respire plutôt la joie de vivre et les journées à la plage. Empreint de légèreté, même si parfois les textes se font plus sérieux, ce maxi de trois chansons est facile à écouter. Sans doute, vous pouvez vous attendre à un album complet dans un futur plus ou moins lointain puisque le groupe n’en est pas à ses premiers pas. Ils ont déjà un opus à leur actif paru en 2011.

flashlightsmusic.bandcamp.com/