Les EP à LP Archives - Le Canal Auditif

Les EP à LP d’août 2017

Tattoo Money – Untitled

Tattoo Money est le pseudonyme de Pete Armour, un natif de Brooklyn qui a connu les jours du quartier avant que les hipsters se l’approprient. Celui-ci a une bonne base de hip-hop, mais va chercher des influences un peu partout. Cela donne des mélodies vocales qui rappellent Wyclef Jean dans ses premières années solos, mais avec des trames qui mélangent hip-hop, électro-pop et goth. Ça fonctionne merveilleusement bien.


 
 

Les Chiens – EP 2

La bande d’Éric Goulet avait lancé l’EP 1 en février 2016 qui sonnait le retour du groupe rock québécois sur album. Voici que le trio lance un deuxième volume toujours plongé dans un rock mélodique. On flirte même un peu avec le stoner rock sur Dans les bras de la peur et Le mal en nous. Vegas ramène un peu d’élément de folk et presque de country alors qu’on jurerait entendre Daniel Bélanger dans ses meilleures années.
 
 

Vanille – My Grandfather Thinks I’m Going To Hell

Vanille est une nouvelle formation qui compte parmi ses rangs Victor Tremblay-Desrosiers qu’on connaît avec Valery Vaughn. Le groupe fait du rock assez aérien et mélodieux qui n’est pas sans rappeler les années 70, surtout dans le vocal. Rachel Leblanc chante un peu à la manière de Lana Del Rey, mais tout ça avec une trame de fond plus rock que ce que l’Américaine propose. Vanille se classe parmi les groupes qui font de la pop lourde à la TOPS et Alvvays.
 

Ghost Love – One Lands

Ghost Love lance aussi son premier EP titré One Lands. Le trio fait dans le dark wave doublé d’une voix d’homme aigüe. L’ensemble est assez convaincant et utilise beaucoup les mélodies pop dans ses chansons. Ils empruntent certains éléments à Depeche Mode et d’autres à des plus modernes comme SOHN. Un groupe qu’on surveillera à
l’avenir.


 
 

J’existe-tu? – J’existe-tu?

Je vous ai déjà parlé de la scène de punk qui existe à Alma. Eh bien, J’existe-tu? en font partie et nous offre un EP homonyme qui sent le DIY à plein nez. C’est bruyant, c’est dynamique et le chanteur se tient entre la plainte et le vindicatif. On y retrouve un paquet d’influences intéressantes, mais surtout celle de Black Sabbath et du mouvement punk des années 70.
 
 
 
 

Pages : 1 2

Les EP à LP du mois de juillet 2017

Holy Fuck – Bird Brains

On est rarement déçu lorsqu’Holy Fuck lance un album. Et la règle se poursuit pour les EP. Voici que la formation canadienne nous catapulte Bird Brains, une collection de quatre chansons qui mettent de l’avant leur électro aux tendances violentes. Le groupe a enregistré le tout live en studio et c’est cette énergie brute qui se fait sentir sur les quatre titres. Que ce soit la pièce-titre ou la quasi dansante New Dang, c’est réussi pour le groupe.


 
 

DJ Shadow – The Mountain Has Fallen

Le vétéran des tables tournantes DJ Shadow a fait paraître The Mountain Will Fall en 2015. Voici qu’il rapplique avec un EP de quatre chansons sur lesquelles on retrouve des collaborations de Danny Brown et Nas! Ce dernier offre une savoureuse Systematic, qui nous rappelle à quel point il est efficace avec les mots et habile à peindre des toiles limpides. Danny Brown de son côté livre une performance de niveau sur Horror Show, une pièce noire et inquiétante.


 
 

Zen Bamboo – Juvénile Vol.1

Le combo Zen Bamboo était déjà présent sur les planches depuis quelques mois. Le quatuor est composé de Simon Larose, Léo Lewhite, Xavier Touikan et Cao. Ils sont jeunes, ils sont fous (même que Simon s’est cassé la clavicule au lancement) et ils sont énergiques. Le rock porte des relents de Jean Leloup et des Colocs, mais avec pas mal plus de guitares dissonantes et plus de bruits. C’est pas mal plaisant pour les oreilles. Un groupe qu’il va falloir garder à l’œil et à l’oreille. En plus, ce n’est le premier qu’une suite de volumes qui formeront en fin de compte un album.

Nine Inch Nails – Add Violence

Ce nouvel EP de Nine Inch Nails, qui a fait paraître Not the Actual Events à la toute fin de 2016, prend une route passablement différente. C’est un peu plus doux et beaucoup plus mélodieux. On retrouve Trent Reznor et sa bande dans un trip post-Downward Spiral sans le côté expérimental qui avait tendance à nous perdre. C’est aussi beaucoup plus conventionnel dans la construction de chanson. Honnêtement, c’est du Nine Inch Nails facile à écouter et totalement satisfaisant. Ce ne sont pas leurs meilleures chansons en carrière, mais ça fait la job.


 
 

Martel Solo – Salade Mentale

J’avais manqué de temps et de place pour parler de ce délicieux EP en mai passé. Martel Solo fait paraître un quatre-titres qui a de la gueule. Entre l’électro-pop noir de Les ouananiches et la légèreté de Le monde est fucké icitte, on retrouve un Martel Solo en pleine possession de ses moyens. C’est toujours très mélodieux et souvent très bizarre. On aime, c’est une bébitte unique et intéressante que Martel Solo.
 
 
 

Pages : 1 2

Les EP à LP du mois de juin 2017

Fuudge – Man!

Après un premier EP réussi, la formation Fuudge revient à la charge avec Man! Ce deuxième mini-album garde un peu de grunge du groupe, mais continue de faire du rock mélodieux qui rentre au poste. Le groupe nous offre aussi quelques chansons un peu plus atmosphériques comme Caller un magicien qui flotte dans la stratosphère avant de nous frapper d’un gros riff de guitare. Satan pour sa part nous donne une bonne dose de lourdeur efficace.
 
 

Louis-Philippe Gingras – La rangée des popsicles

Après son troisième rangée réussi, Louis-Philippe Gingras nous livre une couple de chansons assez plaisantes pour les oreilles dont la mélancolique et douce Sutton. Gingras nous chante aussi Rouyn-Noranda et sa folie quotidienne. Son folk rock se fait aussi efficace sur la Calvette du Saint Graal qui rappelle la grande tradition de la chanson américaine. C’est quelques chansons de plus qui s’ajoutent à son répertoire déjà bien plaisant pour les tympans.
 
 

Brown – Popluv

Le trio familial Brown est de retour avec un EP. On alterne sur Popluv entre le plus traditionnel sur Should I’ve Been There et une production hyper contemporaine sur What About You. Si vous avez déjà aimé le premier album, vous risquez d’avoir autant de plaisir à écouter cet EP qui recèle des chansons qui explorent un peu plus loin dans les différents recoins du hip-hop et des styles connexes.
 
 
 

Bernice – Puff

Tu veux de la bonne pop alternative qui mélange un ensemble de genre du dance au R&B? Bernice est là pour toi. Dès les premières notes de St Lucia, on est happé par la voix magnifique de Robin Dann. La bande de Toronto regroupe des collaborateurs d’Owen Pallett, Bahamas et Diana. Leurs chansons sont à la fois veloutées et poignantes. Et c’est résolument l’un des groupes les plus sous-estimés en ce moment sur la scène canadienne.


 

>Loud – New Phone

Pendant que son collègue Lary Kidd lançait son premier album Contrôle, Loud préparait une sortie de son bord aussi avec New Phone. Avec des chansons aussi veloutées que 56K, le jeune homme propose des textes efficaces et bien construits avec des débits intéressants. Loud a une facilité à créer des mélodies accrocheuses dans ses rimes et Le Pont de la rivière Kwaï, une histoire de rupture approchée avec un angle bien intéressant qui donne tout le sens au titre.

Pages : 1 2

Les EP à LP du mois de mai 2017

Fishbach – Un autre que moi

Flora Fishbach nous avait déjà séduits avec son premier EP homonyme. La chanteuse ardennaise lance ce mois-ci son deuxième mini-album. On y retrouve la chanson-titre au refrain complètement intoxicant et à la mélodie quasi parfaite. Y crois-tu possède aussi des moments de chœurs puissants et un texte bien tourné. Fishbach se permet aussi des essais électroniques et des aventures auditives qui valent le détour. Ne boudez pas votre plaisir. C’est un excellent EP.


 

Eliza – ELIZA

Bien des choses se sont passées depuis la sortie d’Oootchh en décembre 2015. Tout d’abord, David Marchand s’est retrouvé passablement sous les projecteurs avec Mon Doux Saigneur et Laurence-Anne. Puis, Elyze Venne-Deshaies a quitté le groupe tandis que Nicolas Gaudreault s’est joint officiellement à la bande après quelques performances sur scène. Leur nouvel EP présente un son qui continue de se façonner et qui devient un peu plus bruyant notamment sur Politics. On sent que le son est en mutation chez Eliza et on aime la direction que l’ensemble est en train de prendre.

FELP – Chocolop

FELP c’est le projet solo de Félix Petit, multi-instrumentiste qui excelle au saxophone et qui contribue à différent projet dont Chienvoler et Van Carton. FELP fait de gros changements sur Chocolop dont le principal est sa voix qui se fait entendre pour la première fois. Petit navigue dans les eaux de Patrick Watson, mais plus sobrement. Peut-être est-ce simplement un peu de gêne qui habite encore le compositeur? Cette première saucette dans le chant est très réussie et espérons qu’il poursuivra dans cette direction! En attendant, on peut se régaler de James et War qui sont deux excellentes chansons.

Adam Strangler – Key West

Adam Strangler a lancé il y environ un an le très appréciable Ideas of Orders. La bande ne chôme pas pour autant et fête le printemps avec Key West, quatre nouvelles compositions rock bruyantes comme on les aime. Crossed est particulièrement réussie avec sa mélodie convaincante et ses guitares à la généreuse distorsion. Le groupe démontre encore une fois qu’ils ont un talent pour les airs indie-rock qui flirtent un peu avec le planant, le psychédélique sans toutefois quitter le bon vieux rock.


 

Yes McCan – PS. Merci pour le love

Il y a deux mois paraissait l’EP Air Max de Dead Obies qui voyait la bande prendre une nouvelle avenue musicale. On comprend un peu mieux en voyant les nouvelles sorties de Joe Rocca et Yes McCan. On est dans le plus pop et VNCE s’adapte à merveille avec des productions léchées sans non plus tomber dans le déjà vu. F.P.T.N. est la pièce phare de l’album qui démontre à quel point McCan est habile avec les mots. Il nous peint un tableau limpide avec des syllabes qu’il enchaine de façon suave.

Pages : 1 2

Les EP à LP d’avril 2017

Animal Collective – Meeting of the Waters

Animal Collective est archi-productif depuis un an et demi. La formation est particulièrement éveillée en ce début d’année 2017 puisqu’elle a fait paraître The Painters, un peu plus tôt. Meeting of the Waters est un projet légèrement différent. Tout d’abord, il ne fait appel qu’à Avey Tare et Geologist. Ensuite, il a été enregistré au cœur de la forêt amazonienne en plus d’être documenté par la série Earth Works de Viceland. La présence de seulement deux membres joue beaucoup sur le son qui est plus minimaliste. On entend même des bruits d’animaux dans Amazonawana /Anaconda Opportunity. C’est « wild »… t’as pognes -tu?

 

Zouz – EP1

« Un zouz est une cigarette roulée composée de tabac classique à laquelle est rajoutée une substance illicite, telle que le cannabis sous forme de résine. » Le zouz se consomme en se fumant, seul ou à plusieurs. » Zouz est aussi un nouveau projet noise et assez délicieux mené par David Marchand (Eliza, Mon Doux Saigneur, Laurenc-Anne). Il est accompagné dans son aventure par Étienne Dupré (Caltâr-Bateau, Mon Doux Saigneur) et Francis Ledoux (Mon Doux Saigneur, Jesse Mac Cormack). C’est distorsionné, c’est mélodieux, c’est crasse, bref, Zouz possède tous les attributs pour qu’on tombe en amour avec. Comme on tombe en amour avec un mauvais garçon/fille. On est Lola et Zouz, c’est Pete.

Of Course – Naufrage un jeudredi

Le groupe Of Course est débarqué sur la scène montréalaise en 2015. Depuis, la formation s’est fait des amis, dont l’Amalgame avec lesquels ils ont collaboré pour la sortie de l’EP Le Prix du funk en septembre passé. Voilà que le trio d’exilés français nous présente leur plus récente création qui est encore une fois bien réussie. Of Course nous envoie de l’électro-funk qu’on peut comparer vaguement à Valaire. Par contre, le groupe base beaucoup plus ses compositions sur le chant et des constructions standard.

Black Sails for Red Seas : Wave II

On vous avait parlé de Black Sails for Red Seas lorsque la formation de métal avait fait paraître son premier EP en juin 2015. Un EP que j’avais beaucoup aimé. Voici qu’ils reviennent avec un deuxième tome! Cette fois-ci, ils ont signé chez Deathbound Records, une excellente boîte de musique lourde montréalaise. Dès Palisades, on comprend que le groupe a fait un pas en avant. C’est chargé de distorsion et très bien construit avec de beaux moments de cassure. On surprend le groupe à s’aventurer un peu du côté de groupes tels que Deafheaven sur la chanson To The Lions. Un groupe à écouter.


 

Almeeva – Unset

Gregory Hoepffner est de retour avec un nouvel EP. Le compositeur de musique électronique n’a pas l’habitude de nous décevoir et Unset poursuit dans la même lignée. On y trouve des pièces rythmées et intoxicantes, peut-être les plus dansantes qu’il ait faites à date. Some Revelation offre des moments luxuriants alternant entre une mélodie efficace et des moments de suspension nuancés. Arches plonge dans un univers sonore plus sombre avant de catapulter dans une reprise assez dopante de What Is Love.

Pages : 1 2