Les EP à LP Archives - Le Canal Auditif

Les EP à LP du mois d’octobre 2017

Chastity – EP


Voilà quelque temps que je suis ce que fait Brandon Williams sous le pseudonyme Chastity. L’homme originaire de Whitby en Ontario s’est rapidement fait repêcher par la maison de disque Captured Tracks. Après le délicieux TAPE paru en novembre 2015, il nous offre un premier EP qui reprend entre autres, l’intoxicante Manning Hill. Malgré la noirceur de ses pièces, l’avenir est prometteur pour Williams. Pour les fans de Metz et SOLIDS.


 

Gazoline – Yügen

Le groupe de rock montréalais Gazoline lance ce mois-ci Yügen, une collection de 5 chansons. Celui-ci arrive environ un an après la sortie de Brûlerensemble. La formation prend une nouvelle avenue sonore et injecte beaucoup plus de new wave dans son rock mélodique. On y retrouve aussi des grooves atypiques pour le groupe. De plus, la formation s’aventure dans des zones d’ombres et utilise de nouveaux procédés dans ses paroles. C’est très intéressant de les voir oser ces essais!


 

Bleu Nuit – Bleu Nuit

Au début de mois d’octobre, nous vous avions proposé l’écoute exclusive de ce premier EP pour la formation Bleu Nuit. Celle-ci compte des membres issus de Pandacide et Eliza. C’est un rock assez brut, mais mélodique qui ose se lancer hors des sentiers battus. Entre les airs efficaces de Ferme les rideaux et les rythmes hachurés d’On se dévoile dans nos décombres, on retrouve un jeune groupe qui compose bien et recherche des façons originales d’aborder le rock.


 
 

Rust Eden – Bald Matador

Le quintette Rust Eden est un peu le « house band » de la maison Chivi Chivi. Après Appartment Green en mai 2016, la formation nous envoie Bald Matador. Vous trouverez sur cet EP des chansons à forte tendance psychédélique avec une bonne dose de distorsion. Les cinq chansons de Bald Matador sont mélodieuses et particulièrement Empty Bottles qui groove allègrement. En plus des guitares généreuses, les claviers prennent en rajoute avec des sons puissants et salopés.


 

Birds of Paradise – Love Hotel

Birds of Paradise est un autre projet qui compte sur l’apport de Roy Vucino qu’on connaît déjà pour sa participation à Red Mass et Pypy. Cette fois-ci, il s’est acoquiné avec Hannah Lewis et sa voix feutrée et mélodieuse pour créer des chansons qui mélangent psychédélismes, rock atmosphérique des années 60 et jazz de début du siècle. Un mélange qui peut paraître étrange à la lecture, mais qui donne des résultats très convaincants. C’est un peu obscur avec une bonne dose de sonorités ésotériques. Le duo n’a pas froid aux yeux et le prouve avec ce Love Hotel aussi sensuel qu’inquiétant.

Pages : 1 2

Les EP à LP de septembre 2017

Rosie Valland – Synchro

Rosie Valland lançait dernièrement un EP de trois chansons qui tournent autour de la composition centrale Synchro. La chanson, même si elle n’évoque en rien le voyage, a été composée à Paris pendant un voyage de composition. Avec cette distance, un amour est né pour Valland et c’est à travers Synchro qu’elle l’exprime. De plus, Valland semble se tourner vers un processus de création décomplexé qui lui donne plus de liberté. Coréalisé avec Frédéric Levac (Pandaléon), l’EP fait aussi appel à Félix Petit (FELP) et Marc-André Lebel.


 
 

Kamasi Washington – Harmony of Difference

Kamasi Washington est de retour après le succès immense d’Epic en 2015. Il lance cette fois-ci un EP touffu de 32 minutes! Plus long que bien des albums. Encore une fois, les talents de jazzman de Washington sont mis de l’avant. Sur Harmony of Difference, Washington s’attaque au « contrepoint », une technique qui cherche à trouver l’équilibre entre les similarités et les différences entre plusieurs mélodies. Alors que les 5 premiers titres sont des compositions originales, la dernière Truth mélange tous les titres précédents. C’est encore une fois réussi à merveille pour Washington.


 
 

La Fête/Laps – Laps/La Fête

Voici deux jeunes groupes à surveiller qui ont décidé de faire tomber cette barrière invisible, mais ô combien tangible, entre la communauté musicale francophone et anglophone. La Fête de Québec s’est allié à Laps originaire de Frédéricton, mais installé à Montréal. Non seulement ça, mais les deux groupes se sont alliés à Katerine Dennie Marcoux pour créer un jeu vidéo interactif que tu peux télécharger avec tout ça. C’est génial et capoté comme projet.


 
 

Charlotte Cardin – Main Girl

Charlotte Cardin a le vent dans les voiles depuis la sortie de son premier EP Big Boy. Voici que la jeune montréalaise en rajoute avec Main Girl, un EP de quatre titres tous très réussis. Cardin poursuit dans sa lancée de pop avec une bonne base de soul qui n’est pas sans rappeler par moment Amy Winehouse, mais en moins sombre. Cardin plonge tête première dans les relations difficiles et les frustrations qui en découlent.


 
 

Alaskalaska – Alaskalaska

Alaskalaska est ton nouveau groupe anglais préféré. Tu ne le sais juste pas encore. Alaskalaska fait de l’indie-pop avec des mélodies langoureuses qui sortent des sentiers battus. La chanteuse Lucinda possède la voix parfaite pour aller avec la musique du groupe qui n’est pas sans rappeler Dirty Projectors, mais avec plus de sonorités chaudes. Le genre de chanson parfaite pour accompagner ta prochaine date… et ça risque fortement de devenir intéressant après que t’aies pesé sur « jouer ».

Pages : 1 2

Les EP à LP d’août 2017

Tattoo Money – Untitled

Tattoo Money est le pseudonyme de Pete Armour, un natif de Brooklyn qui a connu les jours du quartier avant que les hipsters se l’approprient. Celui-ci a une bonne base de hip-hop, mais va chercher des influences un peu partout. Cela donne des mélodies vocales qui rappellent Wyclef Jean dans ses premières années solos, mais avec des trames qui mélangent hip-hop, électro-pop et goth. Ça fonctionne merveilleusement bien.


 
 

Les Chiens – EP 2

La bande d’Éric Goulet avait lancé l’EP 1 en février 2016 qui sonnait le retour du groupe rock québécois sur album. Voici que le trio lance un deuxième volume toujours plongé dans un rock mélodique. On flirte même un peu avec le stoner rock sur Dans les bras de la peur et Le mal en nous. Vegas ramène un peu d’élément de folk et presque de country alors qu’on jurerait entendre Daniel Bélanger dans ses meilleures années.
 
 

Vanille – My Grandfather Thinks I’m Going To Hell

Vanille est une nouvelle formation qui compte parmi ses rangs Victor Tremblay-Desrosiers qu’on connaît avec Valery Vaughn. Le groupe fait du rock assez aérien et mélodieux qui n’est pas sans rappeler les années 70, surtout dans le vocal. Rachel Leblanc chante un peu à la manière de Lana Del Rey, mais tout ça avec une trame de fond plus rock que ce que l’Américaine propose. Vanille se classe parmi les groupes qui font de la pop lourde à la TOPS et Alvvays.
 

Ghost Love – One Lands

Ghost Love lance aussi son premier EP titré One Lands. Le trio fait dans le dark wave doublé d’une voix d’homme aigüe. L’ensemble est assez convaincant et utilise beaucoup les mélodies pop dans ses chansons. Ils empruntent certains éléments à Depeche Mode et d’autres à des plus modernes comme SOHN. Un groupe qu’on surveillera à
l’avenir.


 
 

J’existe-tu? – J’existe-tu?

Je vous ai déjà parlé de la scène de punk qui existe à Alma. Eh bien, J’existe-tu? en font partie et nous offre un EP homonyme qui sent le DIY à plein nez. C’est bruyant, c’est dynamique et le chanteur se tient entre la plainte et le vindicatif. On y retrouve un paquet d’influences intéressantes, mais surtout celle de Black Sabbath et du mouvement punk des années 70.
 
 
 
 

Pages : 1 2

Les EP à LP du mois de juillet 2017

Holy Fuck – Bird Brains

On est rarement déçu lorsqu’Holy Fuck lance un album. Et la règle se poursuit pour les EP. Voici que la formation canadienne nous catapulte Bird Brains, une collection de quatre chansons qui mettent de l’avant leur électro aux tendances violentes. Le groupe a enregistré le tout live en studio et c’est cette énergie brute qui se fait sentir sur les quatre titres. Que ce soit la pièce-titre ou la quasi dansante New Dang, c’est réussi pour le groupe.


 
 

DJ Shadow – The Mountain Has Fallen

Le vétéran des tables tournantes DJ Shadow a fait paraître The Mountain Will Fall en 2015. Voici qu’il rapplique avec un EP de quatre chansons sur lesquelles on retrouve des collaborations de Danny Brown et Nas! Ce dernier offre une savoureuse Systematic, qui nous rappelle à quel point il est efficace avec les mots et habile à peindre des toiles limpides. Danny Brown de son côté livre une performance de niveau sur Horror Show, une pièce noire et inquiétante.


 
 

Zen Bamboo – Juvénile Vol.1

Le combo Zen Bamboo était déjà présent sur les planches depuis quelques mois. Le quatuor est composé de Simon Larose, Léo Lewhite, Xavier Touikan et Cao. Ils sont jeunes, ils sont fous (même que Simon s’est cassé la clavicule au lancement) et ils sont énergiques. Le rock porte des relents de Jean Leloup et des Colocs, mais avec pas mal plus de guitares dissonantes et plus de bruits. C’est pas mal plaisant pour les oreilles. Un groupe qu’il va falloir garder à l’œil et à l’oreille. En plus, ce n’est le premier qu’une suite de volumes qui formeront en fin de compte un album.

Nine Inch Nails – Add Violence

Ce nouvel EP de Nine Inch Nails, qui a fait paraître Not the Actual Events à la toute fin de 2016, prend une route passablement différente. C’est un peu plus doux et beaucoup plus mélodieux. On retrouve Trent Reznor et sa bande dans un trip post-Downward Spiral sans le côté expérimental qui avait tendance à nous perdre. C’est aussi beaucoup plus conventionnel dans la construction de chanson. Honnêtement, c’est du Nine Inch Nails facile à écouter et totalement satisfaisant. Ce ne sont pas leurs meilleures chansons en carrière, mais ça fait la job.


 
 

Martel Solo – Salade Mentale

J’avais manqué de temps et de place pour parler de ce délicieux EP en mai passé. Martel Solo fait paraître un quatre-titres qui a de la gueule. Entre l’électro-pop noir de Les ouananiches et la légèreté de Le monde est fucké icitte, on retrouve un Martel Solo en pleine possession de ses moyens. C’est toujours très mélodieux et souvent très bizarre. On aime, c’est une bébitte unique et intéressante que Martel Solo.
 
 
 

Pages : 1 2

Les EP à LP du mois de juin 2017

Fuudge – Man!

Après un premier EP réussi, la formation Fuudge revient à la charge avec Man! Ce deuxième mini-album garde un peu de grunge du groupe, mais continue de faire du rock mélodieux qui rentre au poste. Le groupe nous offre aussi quelques chansons un peu plus atmosphériques comme Caller un magicien qui flotte dans la stratosphère avant de nous frapper d’un gros riff de guitare. Satan pour sa part nous donne une bonne dose de lourdeur efficace.
 
 

Louis-Philippe Gingras – La rangée des popsicles

Après son troisième rangée réussi, Louis-Philippe Gingras nous livre une couple de chansons assez plaisantes pour les oreilles dont la mélancolique et douce Sutton. Gingras nous chante aussi Rouyn-Noranda et sa folie quotidienne. Son folk rock se fait aussi efficace sur la Calvette du Saint Graal qui rappelle la grande tradition de la chanson américaine. C’est quelques chansons de plus qui s’ajoutent à son répertoire déjà bien plaisant pour les tympans.
 
 

Brown – Popluv

Le trio familial Brown est de retour avec un EP. On alterne sur Popluv entre le plus traditionnel sur Should I’ve Been There et une production hyper contemporaine sur What About You. Si vous avez déjà aimé le premier album, vous risquez d’avoir autant de plaisir à écouter cet EP qui recèle des chansons qui explorent un peu plus loin dans les différents recoins du hip-hop et des styles connexes.
 
 
 

Bernice – Puff

Tu veux de la bonne pop alternative qui mélange un ensemble de genre du dance au R&B? Bernice est là pour toi. Dès les premières notes de St Lucia, on est happé par la voix magnifique de Robin Dann. La bande de Toronto regroupe des collaborateurs d’Owen Pallett, Bahamas et Diana. Leurs chansons sont à la fois veloutées et poignantes. Et c’est résolument l’un des groupes les plus sous-estimés en ce moment sur la scène canadienne.


 

>Loud – New Phone

Pendant que son collègue Lary Kidd lançait son premier album Contrôle, Loud préparait une sortie de son bord aussi avec New Phone. Avec des chansons aussi veloutées que 56K, le jeune homme propose des textes efficaces et bien construits avec des débits intéressants. Loud a une facilité à créer des mélodies accrocheuses dans ses rimes et Le Pont de la rivière Kwaï, une histoire de rupture approchée avec un angle bien intéressant qui donne tout le sens au titre.

Pages : 1 2