Actualités

Meilleurs albums de la décennie 2010-19 selon LCA

70. Lisa Leblanc — Lisa Leblanc (2012)

« Les difficultés du quotidien sont dépeintes avec poésie, sensibilité et un franc-parler hors du commun. Je dois faire mon mea culpa, j’ai un faible assumé pour le parler acadien depuis un séjour aux Îles-De-La-Madeleine et la Néo-Brunswickoise laisse fleurir sa langue tout au long de la galette. »

LP Labrèche

Lire la critique

69. A Tribe Called Quest — We Got It From HereThank You 4 Your Service (2016)

« A Tribe Called Quest a atteint un statut légendaire en faisant une musique inventive, positive sans être naïve, pleine de personnalité et livrée avec assurance. Rien ne laissait penser que le groupe lancerait un jour un autre album, et encore moins qu’il serait à la hauteur de sa réputation après toutes ces années de quasi-silence. »

Mathieu Robitaille

Lire la critique

68. Moonface — Julia With Blue Jeans On (2013)

« Moonface/Krug nous fait cadeau d’une véritable leçon de musique. Pas de super réalisateur pour venir sauver la mise, pas de campagne publicitaire inventive visant à créer un battage médiatique ahurissant, juste un talent supérieur, des mots justes et une voix singulière. Un disque humble comme il s’en fait de moins en moins. Un «seul au piano» phénoménal! »

Stéphane Deslauriers

Lire la critique

67. U.S. Girls — Half Free (2015)

« Malgré le fait que chacune des chansons de l’album se penche sur des univers et des problématiques diverses, il en ressort une forte unité ne serait-ce que par les thèmes abordés et leur incarnation dans les inflexions de la voix de Remy qui sait se servir de son chant pour illustrer ses propos. »

Marie-Ève Fortin-Laferrière

Lire la critique

66. Tim Hecker — Virgins (2013)

« …si Hecker est en train de s’établir comme le grand nom de la musique ambiante, c’est parce qu’il fait résonner dans ses auditeurs quelque chose de profondément émotionnel et humain. Virgins est un autre pas vers l’avant et une réussite de plus dans son irréprochable parcours. »

Mathieu Robitaille

Lire la critique

65. The National — High Violet (2010)

Encore une fois, nous n’étions toujours pas conçus. Par contre, The National a été un artiste majeur des dix dernières années et nous avons par la suite souvent parlé de ce groupe qui a tiré son épingle du jeu dans l’indie-rock. High Violet est certainement l’album qui a le plus marqué les esprits et qui a donné le ton à la décennie qui a suivi.

64. Gil Scott-Heron — I’m New Here (2010)

Gil Scott-Heron est un poète américain d’une importance capitale pour comprendre une bonne partie du monde du rap. I’m New Here est une œuvre vibrante sur laquelle il nous offre sans ambages sa voix basse et ses mots qui frappent fort.

63. Sufjan Stevens — The Age of Adz (2010)

Avec une poignée d’artistes, Sufjan Stevens fait partie de ceux qui sont nommés à deux reprises dans ce palmarès. À raison, il a été un artiste marquant de la décennie. The Age of Adz est une œuvre touffue qui montre l’étendue du goût de Stevens pour l’expérimentation sonore sans délaisser pour autant les textes poignants.

62. Flying Lotus — Cosmogramma (2010)

En plus des albums qu’il a livrés pendant la décennie, Flying Lotus est aussi un compositeur de musique qui a travaillé avec les plus grands en rap. On pense notamment à Kendrick Lamar. Au tournant de la décennie, il a lancé l’album qui allait jeter les bases pour tout ce qui allait suivre. Cosmogramma est un album fascinant.

61. Leonard Cohen — You Want It Darker (2016)

« Quelques jours avant, dans une entrevue accordée au New Yorker, le poète montréalais de 82 ans a affirmé «être prêt à mourir». Cette sérénité transparaît sur You Want It Darker, une œuvre aux allures de testament sur laquelle la mort et la religion cohabitent dans la noirceur. »

Stéphane Deslauriers

Lire la critique

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.