solids Archives - Le Canal Auditif

Les 20 meilleurs EP de 2016 selon LP Labrèche

20. Dear Denizen – Now Here

Paru en toute fin d’année, le groupe mené par Ngabonziza Kiroko a pondu un Ep où le soul détient une place de choix. Si Mumford and Sons ne faisait pas de la musique plate, ça se rapprocherait de ce qu’on trouve sur Now Here. Ça élève l’âme avec des refrains fédérateurs et puissants et évite tous les pièges du convenu.


 
 

19. Cri – Tell Here

Les années passent et la scène électro montréalaise se développe de belle manière. Cri est un exemple de ce qu’on peut offrir dans l’électro sensuel avec des touches de R&B et de pop. Tell Her est son EP le plus achevé et surtout une œuvre à la fois dansante, mélodieuse, intelligente et bien tissée. Je m’attends à ce qu’il soit un gros nom planétaire dans les 3 prochaines années à l’instar de Kaytranada.


 
 

18. Thomas Monica – Delta mystique

Thomas Monica piquait ma curiosité lorsqu’il avait fait paraître son premier EP, mais Delta mystique affirme son talent indéniable. On y trouve de la pièce pop-rock bien composé avec des refrains mélodieux à souhait. Le français nous offre 15 minutes de plaisir qu’on espère bientôt pouvoir convertir en un album complet. Il serait temps!


 
 

17. Loïc April – Div/sion

L’ex-Protofiev a lancé en janvier dernier un premier EP en solo. Les trois chansons de Div/sion sont toutes excellentes. Vous pouvez vous attendre à un mélange de punk mélodieux à la Weezer, de post-punk inventif et de textes bien écrits. La lourde et mélancolique Nos mémoires, la bruyante Fantôme et la dynamique Ne rien faire sont délicieuses.


 
 

16. On a créé un monstre – Théâtre des catastrophes

La bande d’OACUM fait généralement dans la musique à la distorsion bien présente. Voilà qu’ils ont décidé d’aller dans une nouvelle direction qui leur sied très bien. Ils ont laissé de côté la distorsion pour inclure plus de pianos et laisser libre cours à leur don pour la mélodie efficace. C’est surprenant et totalement réussi particulièrement sur Par-dessus bord et Kaléidoscope.


 
 

15. Bronswick – Chassés-croisés

Catherine et Bertrand font de la chanson en français de qualité. Signée chez Lisbon Lux (Le Couleur, Paupière), la paire offre de la musique électro de qualité avec de très belles mélodies efficaces. La vaporeuse Un degré de séparation fait partie des meilleurs moments d’un EP qui flatte gentiment les tympans. Insomnie fait aussi belle figure avec ses basses plus lourdes et sa trame dynamique.


 
 

14. Solids – Else

Solids nous est revenu cette année avec un EP des plus lourd, bruyant, mélancolique et mélodieux. Bref, tout ce qui m’a toujours plus chez le duo montréalais. Plus gras que jamais, Else nous propose quatre nouveaux titres qui valent le détour. La délicieuse Blank Stare, la lourde et dissonante Wait It Out ainsi que l’entraînante Blurs vous feront passer d’excellents moments.


 
 

13. Abakos – New Constellation

Le duo de Pierre Kwenders et Ngabonziza Kiroko (Dear Denizen) a fait paraître un premier EP cet automne. Leur projet est à la fois hyper mélodieux, aventureux dans ses trames électroniques audacieuses et leur petit côté politique. Il y a quelque chose de sombre qui habite la paire et qui se transforme en pépite d’art lorsqu’exprimé à travers la musique.


 
 

12. Navet Confit – EP 7

Notre légume mariné préféré a fait plusieurs projets marquants cette année dont son Minneapolis Normcore Karaoke Mixtape. Parmi ceux-ci se trouve l’EP 7 qui en plus d’inclure la chanson Ton Voyage tiré de son LOL, compte sur 4 chansons qui n’ont pas fait l’album. C’est parfois mélancolique à souhait et beau, surtout sur Triangles et parfois fuzzé à souhait sur Vers la mer ou vers le ciel.


 
 

11. Baby In Vain – For The Kids EP

Baby In Vain est en voie de devenir l’export le plus intéressant du Danemark loin devant Lars Eller. Le trio tout féminin affectionne particulièrement la lourdeur et les guitares à la distorsion chaude et enveloppante. La Brute du Rock salive chaque fois que l’EP s’entame et arrête de déverser sa bave sur le sol lors des dernières notes de Worthwhile. Ce n’est pas peu dire.


 
 

10. Le Husky – Échec éros

Ça faisait très longtemps que Yannick Duguay ne nous avait pas livré de la nouvelle musique. Sa dernière parution datait de 2010 avec La Fuite. Heureusement, nous avons eu droit à l’excellent EP Échec éros cette année. De la sublime Dans la neige à l’entraînante et groovy Les chiens, l’auteur-compositeur-interprète démontre qu’il n’a pas perdu la main pour deux sous.


 
 

9. Vince Staples – Prima Donna EP

Vince Staples avait fait belle figue avec l’album Summertime ’06 et le jeune rappeur en a remis cette année avec ce mini-album de sept titres. Prima Donna est un peu plus expérimental que son travail précédent et frappe dans le mile à plusieurs reprises. La chanson-titre, une collaboration avec A$AP Rocky, est particulièrement réussi avec ses rimes qui rentrent à la vitesse d’un TGV et son refrain surprenant.


 
 

8. Laura Babin – Water Buffalo

Après deux ans et demi de silence, Laura Babin est revenue avec un excellent EP de quatre titres en novembre dernier. La pièce maîtresse, la chanson-titre, offre de moments sublimes de montée musicale. La jeune musicienne offre une interprétation plus solide que jamais et crée des ambiances efficaces qui se perdent souvent dans la réverbération et les atmosphères riches.


 
 

7. Charlotte Cardin – Big Boy Ep

Je pense qu’on peut dire honnêtement que l’année 2016 a été marquée par Charlotte Cardin qui a fait sa place dans le milieu musical. À coup de trames sensuelles et de pièces mélodieuses, elle a charmé les mélomanes avides de pop qui flirte avec le jazz, le blues et le R&B. Like It Doesn’t Hurt, une collaboration avec Husser (The Posterz) et Les échardes brillent particulièrement sur ce mini-album délicieux d’un bout à l’autre.


 
 

6. Trevor Sensor – Texas Girls and Jesus Christ

Trevor Sensor a fait paraître deux EP cette année. Concentrons-nous sur le premier. Sa voix unique qui rappelle vaguement Bob Dylan et son jeu de guitare folk dynamique vaut vraiment le détour. Voilà un jeune musicien de qui nous allons entendre parler dans les prochaines années. Il possède une âme et sait la manière de l’injecter à ses chansons.


 
 

5. Rosie Valland – Nord-Est

Rosie Valland a surpris un peu tout le monde en faisant paraître un EP en mars dernier, peu de temps après la sortie de son album. La jeune femme s’est dirigée dans une nouvelle direction musicale tout en collaborant avec les mêmes musiciens : Jesse Mac Cormack, les frères Levac (Pandaléon) et Anaïs Constantin. La mélodieuse Concession, la rythmée L’isle et la poignante chanson-titre vous feront passer un beau moment.


 
 

4. Le Monde dans le feu – Le Miracle de la météo

Il se fait peu d’aussi beaux projets qui mettent de l’avant le mot et la poésie francophone que le duo dynamique du Monde dans le feu. Benoît Poirier (Jesuslesfilles) s’est donné sur ce nouvel EP qui file plus vite que la lumière. Rerepas Repupu et Source de vie sont d’excellents moments musicaux.


 
 

3. Jesse Mac Cormack – After The Glow

On va être honnête, j’attends juste le moment où Jesse Mac Cormack va exploser et que tout le monde va se rendre compte de son talent. Ce jour-là où il ne traînera plus dans les bars de Montréal. Ça arrivera, parce qu’After The Glow est une autre preuve de son immense talent de créateur de chansons. La poignante Repeat, la nuancée et touchante Addict et la surprenante Never Enough vous feront passer de beaux moments.


 
 

2. Lydia Képinski – EP

Lydia Képinski sait se débrouiller avec les mots et sur son premier EP, elle montre l’étendue de son talent. La poésie magnifique d’Andromaque accumule les couches plus vite qu’à tes neuf ans quand tu voulais sortir jouer par journée de grand froid et que ta maman s’assurait que tu ne gèles pas. M’attends-tu nous plonge dans une intimité quasi gênante et Apprendre à mentir nous colle dans les neurones.


 
 

1. La Bronze – Rois de nous

De loin l’EP que j’ai le plus écouté cette année, Nadia Essadiqi a offert un EP d’électro plus sobre et ça marche à la planche. Rois de nous, c’est une collection parfaite de chansons qui commence par la pièce-titre toute en montée magnifique, qui comprend sa reprise magnifique de Formidable de Stromae et qui compte sur la sensuelle et mélodieuse Monarque.

Les EP d’avril 2016

SOLIDS – ELSE

a3008113266_2On a droit à tout un mois pour ce qui est des maxis. Celui en tête de liste n’est nul autre que le retour de la formation Solids qui nous partage quatre nouvelles chansons sur Else. Pour cet enregistrement, le duo est devenu trio en ajoutant le très capable Guillaume Chiasson (Ponctuation, Jesuslesfilles) au mélange. Else est un peu plus dissonant que Blame Confusion et nous rappelle encore plus les meilleurs moments de Dinosaur Jr. Vraiment, c’est un EP à vous mettre dans les oreilles. Du bonbon.
 
 


 
 

LOUD LARY AJUST – ONDULÉ

a3898773149_10Le trio de rap a frappé un grand coup en 2014 avec la sortie du très réussi Blue Volvo. Un buzz s’est formé autour des trois Montréalais qui ne s’est jamais tu. Voici qu’après un an et demi, les garçons nous reviennent avec cinq nouvelles chansons. On reconnaît les influences contemporaines du rap américain, passant de Drake à Vince Staples. Clay Davis qui ouvre la marche est particulièrement réussi et compte à la fois sur une prose habile, un débit impressionnant et une mélodie qui reste prise dans les neurones.
 
 


 
 

LE HUSKY – ÉCHEC ÉROS

a3658926457_10Le Husky est de retour, cinq ans après la sortie de La Fuite, avec un mini-album intitulé Échec Éros. Yannick Duguay n’a pas perdu la main et nous offre cinq pièces de pop un peu rock et tout à fait plaisantes pour les oreilles. La groovy Les Chiens accroche rapidement l’oreille, la mélancolique et voluptueuse Dans la neige nous rappelle le jeune Yann Perreau, Les Chars me rentrent dedans est aussi très réussie avec sa poésie surprenante. Échec Éros valait les cinq années d’attente.
 


 

LES GUERRES D’L’AMOUR – J’TE VEUX GRAVE

a2163612412_10Les Guerres d’l’Amour reviennent avec un nouvel EP. Après le très appréciable Unisexe, le groupe a participé aux Francouvertes en 2015 en plus d’apparaître plusieurs fois sur scène. Voici qu’ils nous offrent quatre nouvelles chansons qui gardent toujours leur approche funk à l’os, mais qui fait plus de place aux synthétiseurs qui portent des sonorités décidément eighties. Notons la chanson-titre qui est délicieuse pour les oreilles et ChAuD CoMme La LaVe qui donne envie de se shaker le popotin dans son salon/chambre/rue devant les passants.
 
 


 
 

COM TRUISE – SILICON TARE

artworks-000150044371-84pwox-t500x500Com Truise affectionne particulièrement le cosmos et c’est là qu’il nous amène encore une fois sur Silicon Tare. On retrouve sur ce nouveau maxi la suite logique à son album In Decay paru en 2012. L’amateur du projet de Seth Haley ne sera pas désorienté par ce qu’il nous propose sur la nouvelle galette. Diffraction se fait plutôt dansante alors que Du Zirconia est légèrement plus. Les rythmes sont toujours très contagieux et Truise offre des trames qui évoquent les néons des années 80 à tous coups.
 


 

BABY IN VAIN – FOR THE KIDS EP

BABY-IN-VAIN_For-The-Kids-EP_1500x1500_300dpi_2048x2048Le trio danois Baby In Vain s’en vient conquérir l’Amérique grâce à leur signature avec Partisan Records. Pour amorcer cette invasion, le trio composé de Lola Hammerich, Benedicte Pierleoni et Andrea Thuesen, lance le mini-album For The Kids. Et mes amis, c’est du solide. La bande toute féminine nous offre un grunge-blues bruyant et inspiré. Martha’s View possède une mélodie mélancolique et languissante, Muscles montre le côté plus lourd du trio alors que Jesus Freaks montre leurs habiletés à faire du bruit.
 


 

MARIE-CLAIRE – SCAPHANDRE

a3711796841_10Marie-Claire, c’est un peu la rockeuse glauque de Sudbury. La jeune femme, qu’on a pu voir aux Francouvertes cette année, fait paraître Scaphandre un maxi qui marque un nouveau départ. En plus de sentir que la jeune femme possède une direction claire, elle s’est bien entourée pour l’enregistrement. Joseph Marchand, Philippe Brault, Samuel Joly et Guido Del Fabbro font tous partie de la bande. Comme on peut s’y attendre, le résultat est bien réussi. Vous trouverez sur Scaphandre un rock yé-yé dénué d’agressivité, mais avec beaucoup de noirceur.
 
 


 

BERMUDES – FILLES ALLÉGORIQUES

a1882018157_10La formation Bermudes commence à faire ses dents sur la scène locale. Depuis quelques mois, la formation offre des spectacles et après quelques modifications, voici qu’elle nous envoie de la musique à se mettre dans les oreilles. Le maxi Filles allégoriques nous fait découvrir la bande qui propose un indie-rock mixant des influences punk et d’autres plus nineties comme Indochine. Le mélange est réussi, on sent que la personnalité musicale du quatuor est déjà bien établie. La descente, Filles allégoriques et Animal devrait vous convaincre de leur donner plus d’une «spin».
 
 


 

LES LOUANGES – LE MERCURE

a1559535278_10Il y a deux semaines environ, je me suis rendu dans la Vieille Capitale et j’ai été prendre une petite bière avec les collègues Jean-Simon Fabien et Marie-Ève Muller. Juste avant d’aller attraper un autobus, la deuxième m’a dit: «T’écouteras Les Louanges, je pense que tu vas aimer». Elle n’avait pas tort. Le groupe indie-rock atmosphérique incorpore dans sa musique des influences allant de Mac DeMarco à Karkwa. Cela ne veut pas dire qu’ils ne s’énervent pas le poil des jambes à l’occasion comme le démontre La bombe Atomichaëlle. Bref, c’est sympathique et ça se prend très bien.
 
 


 

WILLIS EARL BEAL – THROUGH THE DARK

willisearlbealthroughthedarkepartworkVous vous souvenez de Willis Earl Beal qui avait fait belle figure avec son album Nobody Knows il y a deux ans? Eh bien, le barde est de retour avec un EP intitulé Through The Dark. Fidèle à son habitude, on y retrouve un blues champ gauche qui n’hésite pas à plonger dans la marginalité et les côtés plus sombres de l’être humain. La chanson-titre de l’album raconte d’ailleurs l’errance d’un sans-abri au cœur de Portland, la ville «hipsterienne» par excellence. Le maxi est aussi étrange qu’intéressant et à certains moments Beal nous tient avec un air accrocheur et ne nous lâche plus.


 

Les 3 Étoiles: semaine 83

LCA_Les3etoiles
 

SOLIDS – BLANK STARE

Du nouveau Solids, ça se prend très bien! Le duo montréalais fait paraître Blank Stare, premier extrait du maxi Else à venir à la mi-avril. Premièrement, on se rend compte que les deux jeunes hommes ont fait du chemin depuis la parution de l’excellent Blame Confusion. Plus dissonant que jamais auparavant, Xavier Germain-Poitras et Louis Guillemette offrent une pièce rafraîchissante qui séduira les oreilles friandes de rock alternatif de qualité. Tu veux être encore plus excité? Guillaume Chiasson de Ponctuation joue maintenant dans le groupe en version live.


 

MILK & BONE – POISON (FEAT. DEEBS)

Camille Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne ne chôment pas. Le duo qui a tout raflé lors des derniers GAMIQ débarque déjà avec une nouvelle chanson. Celle-ci a été produite par le Torontois Deebs. On y retrouve un électro-R&B qui fait énormément penser à FKA Twigs avec ses rythmes lascifs et ses airs empreints de fragilité. Milk & Bone s’en sort encore une fois à merveille et la magie s’opère toujours entre leurs deux voix.


 

SEXE ILLÉGAL – MACHO PICHOU

Sexe Illégal y va d’une drôle charge envers ces machos qui n’ont pas été favorisés par la nature. Sur un air entraînant et sympathique, les gars se donnent encore la mission de nous faire rire. Et ça marche. Tu veux savoir ce qui est encore plus le fun qu’un «Macho Pichou» dont le seul ami est «Colon Raciste»? Le duo comique nous offre un nouvel album intitulé Rock Danger qui paraîtra le 4 mars prochain et qui sera disponible gratuitement sur le site web.