oktoplut Archives - Le Canal Auditif

12 cadeaux à offrir à ton ami(e) mélomane

Du 4 au 21 décembre prochain, les sites du réseau Culture Cible (atuvu.ca, Baron Mag, Bible urbaine, Le Canal Auditif, Les Méconnus et Sors-tu.ca) s’unissent afin de vous proposer un Guide Cadeaux – Édition Noël 2017 ! Régulièrement, un nouvel article proposant une liste de [produits culturels à offrir en cadeau/ sorties culturelles, pour profiter pleinement du temps des fêtes,] sera publié sur l’un des six sites. Tous ces articles seront répertoriés au GuideCadeaux.ca.

1 — Galaxie au MTELUS le 14 juin

Galaxie lancera Super Linx Deluxe, son nouvel album le 2 février prochain! Le groupe sera aussi en spectacle dans le cadre des FrancoFolies le 14 juin 2018. Une occasion à ne pas manquer!

Billets


 
 

2 — Majid Jordan au MTELUS le 16 janvier

Le duo torontois Majid Jordan viendra offrir un peu de chaleur dans la froideur hivernale de janvier. Une bonne occasion de se remettre en forme après la fête.

Billets


 
 

3 — AVATAR à l’Astral le 9 janvier

Le groupe de métal suédois AVATAR lancera son nouvel album le 12 janvier prochain. Venez découvrir Avatar Country trois jours avant sa sortie. Ce sera une excellente occasion de recommencer à headbanger après les fêtes!

Billets


 
 

4 — MØ et Cashmere Cat au MTELUS le 20 janvier

Certains connaissent Mø pour sa collaboration avec DJ Snake et Major Lazer sur le titre Lean On. La chanteuse danoise lance des tubes de pop efficaces depuis un bon bout de temps et elle sera de passage en compagnie de Cashmere Cat le 20 janvier prochain au MTELUS. Pour l’ami qui aime la pop aventureuse.

Billets


 
 

5 — Sleigh Bells à L’Astral le 27 janvier

Le duo Sleigh Bells a fait paraître l’EP Kid Kruschev en novembre dernier et maintenant ils prennent la route pour présenter les pièces. Leur prochain arrêt à Montréal est le 27 janvier à L’Astral et ça risque d’être un spectacle enlevant!

Billets


 
 

6 — First Aid Kit au MTELUS le 6 février

La formation First Aid Kit passera par Montréal le 6 février, peu de temps après la sortie de leur nouvel album Ruins. Ce dernier arrivera en tablette le 19 janvier prochain. Ça vous donnera un bon deux semaines pour apprendre les paroles avant d’aller vous faire aller les cordes vocales!

Billets


 
 

Pages : 1 2

Critique : Oktoplut – Le démon normal

Oktoplut est le groupe le plus captivant à suivre actuellement sur la scène rock queb. Rien de moins. Mathias et Larry, sonnent à deux comme six, savent passer du stoner/sludge au punk et à l’alternatif sans jamais négliger un sens mélodique certain, le crescendo épique et la métaphore somptueuse. Avec la sortie de son deuxième LP, Le démon normal, Oktoplut réaffirme avec grande assurance la formule présentée sur Pansements en 2014, tout en continuant d’explorer différentes zones d’ombres comme il l’a fait sur La sorcière de roche l’an dernier.

Alors que Pansements était un pot-pourri d’influences et de style livré avec l’assurance d’un groupe qui n’a rien à prouver, Le démon normal est plus concis, plus cohérent. Il est aussi l’œuvre d’un duo qui veut amener son projet à niveau supérieur. Après trois années de tournées intensives, durant laquelle les gars n’ont jamais cessé de composer, l’urgence punk des débuts se canalise ici en éthique de plus longue haleine. Mais ça ne veut pas dire que le groupe s’assagit. Les premières notes de Héros ou ennemi vous en détromperont en lever de rideau : une efficace fronde punk rock qui rappelle la belle époque des Vulgaires machins mais avec en prime les puissants riffs de Mathias.

C’est donc sur les chapeaux de roues que s’ouvre Le démon normal. Le tempo ralentit certes à quelques moments, comme sur Errer, mais sans jamais entraver la trame générale de l’album. C’est d’ailleurs lors de ces moments plus lents qu’Oktoplut se détache le plus du catalogue de Pansements. Les montées mélodiques du refrain d’Errer et de Océan 2 en particulier sont la preuve que l’exercice qu’a été La sorcière de roche allait laisser une marque sur le son et la démarche de composition du groupe.

Les textes de ce Démon normal contribuent aussi largement à l’appréciation du disque et à sa cohérence stylistique. Les textes de Larry abordent sans gêne et avec lucidité les parts d’ombres qui nous habitent : l’alcoolisme, la surconsommation, le déni et ces mauvaises décisions que l’on prend par orgueil.

Les yeux ouverts, le cœur à l’envers
Elle fait surface, la honte est prompte
Mon bien-être il est fugace et pu en place
Le calme pivote

Mais ces thèmes se rattachent tous métaphoriquement à celui du naufrage de soi et de l’abandon à des forces plus grandes que soi. À ce titre, le triptyque Océan est le cœur du Démon normal, la pièce-fleuve en trois mouvements par laquelle on arrive à décoder le message global du disque. Océan 1, 2 et 3 sont un tour de force d’écriture et de composition et sont un ovni plus que bienvenue dans le rock québécois.

Pour les amateurs du groupe floridien Torche, Oktoplut répète le coup avec Fragments, très maîtrisé clin d’œil à Letting Go de la bande à Steve Brooks.

Bref, Le démon normal est un puissant retour pour Oktoplut, un disque qui contribuera sans aucun doute à élargir son public. Et les gars ont de quoi être fier, ils ont bel et bien livré un album phare.

MA NOTE: 8,5/10

Oktoplut
Le démon normal
Slam disques
42 minutes

Site Web

Les 10 albums à surveiller en octobre 2017

Blue Hawaii – Tenderness (6 octobre)

Le duo de Raphaelle Standell-Preston (Braids) et Alex Cowan est de retour avec un deuxième album. Untogether avait déjà fait belle figure avec ses rythmes électroniques efficaces. Par contre, cette fois-ci le groupe a injecté un peu de chaleur dans ses compositions. Il sera bien de voir à quoi ressemblera l’ensemble de Tenderness. Si on se fit à Versus Game, ça risque d’être assez réussi!


 
 

Keith Kouna – Bonsoir Shérif (6 octobre)

Keith Kouna lancera son quatrième album après un hiatus en raison du retour des Goules qui a lancé Coma et qui a tourné par la suite. On voit Kouna revenir aux sonorités plus électroniques de ses deux premiers albums. Évidemment, on est loin du Voyage d’Hiver avec son rythme martelé et une énergie plus près de celle des Goules. Déjà, Shérif nous donne l’idée que ce ne sera pas de tout repos.


 

Pierre Lapointe – La science du coeur (6 octobre)

Ça promet pour le prochain album de Pierre Lapointe. Alors que Punkt n’avait pas totalement convaincu les critiques dont notre Philippe Beauchemin national. On retrouve le côté orchestral qui complète à merveille les airs pop mélodieux et efficaces. Pierre Lapointe risque de frapper un gros coup avec La science du cœur si on se fit aux deux extraits parus à ce jour. Et que dire de la magnifique esthétique visuelle de ses clips!


 
 

Beck – Colors (13 octobre)

Soyons honnêtes, on l’attend un peu avec une brique et un fanal, le nouveau Beck. On a de la misère à croire que Beck nous lancera une galette insipide pour la première fois de sa carrière, mais à ce jour les extraits parus donnent l’impression que Beck a viré du côté obscur de la pop. On remarque plusieurs détails qui nous rappellent de mauvaises réalisations de chansons à vocation populaire et radiophonique.


 
 

St. Vincent – Masseducation (13 octobre)

En voilà une qui nous effraie beaucoup moins. Annie Clark nous a habitués à des chansons de qualités et à ce jour, son nouvel album, Masseducation semble perpétuer la tradition. La mélancolique New York et l’électro-pop Los Ageless attisent notre intérêt. Il faut s’attendre tout de même à une galette plutôt émotive puisqu’elle a avoué elle-même avoir créé un album de séparation.

Pages : 1 2

Les EP de mars 2016

ROSIE VALLAND – NORD-EST

a0435133615_10Rosie Valland a le vent dans les voiles. Après un album acclamé par la critique l’année passée, la jeune femme propose déjà un nouveau maxi en ce début d’année. Encore une fois réalisé par Jesse Mac Cormack qui y joue aussi quelques instruments, le mini-album compte aussi sur l’apport des frères Levac (Pandaléon). Il y a de pas pires tounes dont L’isle, Nos guerres et la mélancolique Calmer le vent qui se scinde en deux parties. Si vous avez aimé l’album, Nord-Est sera une belle addition à votre discographie.
 


 

PHILÉMON CIMON – PSYCHANALYSEZ-VOUS AVEC PHILÉMON CIMON

a1804920858_10Philémon Cimon avait encore quelques chansons en banque tirées des sessions d’enregistrement de Les Femmes comme des montagnes paru l’année dernière. Il nous livre le tout en début d’année, accompagné d’un projet de photo-chanson. Philémon fait rarement les choses à moitié et ce nouvel EP est bien plus quelques chansons qu’il n’a pas jugé bon de mettre sur son dernier album. On y retrouve cependant le même esprit un peu plus rock. C’est quatre chansons bien plaisantes pour les tympans.
 


 

OKTOPLUT – LA SORCIÈRE DE ROCHE

a4237778299_10Oktoplut est de retour! Et pas n’importe comment, le duo dynamique nous arrive avec une pièce qui fait près de vingt minutes. La Sorcière de Roche est un long morceau progressif où le rock est lourd avec les influences habituelles dites stoner et métal artistique. La distorsion est délicieuse et les variantes sont bien imbriquées les unes dans les autres. Ça fait un maxi bien plaisant pour l’amateur de rock de type lourd. Ça devient un peu atmosphérique avec des influences doom. Bref, c’est réussi encore une fois.
 


 

TREVOR SENSOR – TEXAS GIRLS AND JESUS CHRIST

JAG281dig1-1024x1024Nous vous avons présenté la pièce-titre de ce premier EP de Trevor Sensor il y a quelques semaines. Le jeune chanteur folk vient de l’Illinois et possède une voix atypique à la Bob Dylan. Ses chansons passent d’un folk très conventionnel à des pièces rafraîchissantes et surprenantes. Le barde possède un excellent sens pour raconter des histoires. Satan’s Man en fait la démonstration avec aplomb. Ce sera un artiste à suivre dans les prochains mois puisqu’il détient déjà un contrat de disque en main de chez la prestigieuse maison Jagjaguwar.


 

HOWARD – PLEASE RECYCLE

49076-please-recycleLa formation Howard nous fait part de sa conscience de mère Gaïa sur ce nouvel EP titré Please Recycle. Vous y trouverez que des matières qui se retrouvent dans le bac à recyclage, à tout le moins dans le titre des chansons. Mais ça va plus loin. En fait, le groupe a créé de nouvelles compositions en utilisant seulement des sons et des échantillons de leur premier album Religion; disque paru l’année dernière. Ne pensez pas qu’il s’agit d’un maxi de remix pour autant. Nous avons devant les yeux cinq nouvelles compositions électroniques construites à partir de leur «vieux stock». Le vieux étant très relatif ici.
 


 

PANDACIDE – L’HOMME ESCABEAU

a3340935430_10Tu te demandes pourquoi le nom de Pandacide? Parce que leur rock sonne comme un panda sur l’acide. C’est la réponse candide que nous offre la nouvelle formation rock psychédélique qui détient un lourd penchant pour le dream pop. L’Homme Escabeau est une belle carte de visite pour le quatuor qui compte parmi ses rangs Jean-Bruno Pinard qui a réalisé de nombreux albums intéressants dont ceux de Câltar-Bateau et coréalisé Shenanigans de Fire/Works. C’est pas mal intéressant comme premier maxi et ça donne envie d’en entendre plus de la formation.
 


 

CHERUBS – FIST IN THE AIR

a3961699529_10L’année dernière, le groupe Cherubs a fait paraître l’excellent 2 Ynfynyty qui s’est faufilé au 22e rang de notre top 50 de 2015. Le groupe américain n’est pas en reste puisqu’il fait paraître un nouvel EP intitulé Fist In The Air. Le bonheur semble revenu à la maison et la créativité a suivi de près. Ces chansons ont été enregistrées après la sortie de l’album, la formation étant dans un état de bouillonnement créatif total. Le maxi est une excellente suite et on souhaite que ce ne soit que le début pour le groupe.
 


 

CHARLES ROBERT – SUR LE CHEMIN

a4046749853_10Charles Robert a un parcours bien fourni avant d’arriver avec son maxi Sur le chemin. Il a accompagné sur scène Dumas, Véronique Dicaire et Alex Nevsky. Celui qui possède un petit quelque chose de Pierre Lapointe dans la voix a aussi passé par le Festival International de la chanson Granby en 2014, raflant au passage le prix de la SOCAN. Voici qu’il propose son EP titré Sur le chemin pour nous présenter ses chansons dont l’excellente J’irai. Épaulé par Philippe Brault derrière la console, le jeune homme nous donne un avant-goût de ce dont il est capable.
 


 

EGO DEATH – GRIEF

a2987396337_10Ego Death, c’est le projet de Joey Proteau, musicien de Québec qui nous offre un folk atmosphérique qui rappelle vaguement Bon Iver. Mais très vaguement. C’est beaucoup plus alternatif dans le son. Les cinq pièces se défendent bien avec leurs mélodies efficaces et leurs sonorités riches. Le jeune homme possède une voix fantomatique et fragile qui s’accorde bien avec le tout.
 
 


 

TOPIUM – EP

78b2502ae3f251e226992fec99813d45_250x250Topium, c’est la rencontre de Jérôme Dupuis-Cloutier et Jonathan Gagné. Ensemble, les deux jeunes hommes font de l’électro-jazz bien intéressant aux sonorités chaudes. Ça donne envie de se dandiner même si l’on ne flirte pas ici avec l’électro-swing. Les rythmes sont accrocheurs et rapidement on se retrouve prisonnier/complice de la musique du duo. Ça vaut le détour.