Jlin Archives - Le Canal Auditif

Les 50 meilleurs albums de 2017… à date…

Voici donc ce moment si plaisant de l’année où on vous fait un inventaire des sorties remarquées. Parmi celles-ci, on retrouve que des albums ayant obtenu la note de 8 ou plus. Rien de moins! On vous offre la crème de la crème sur un plateau. Pour vous faciliter la tâche, nous avons regroupé les albums par genre tout en faisant une catégorie spéciale pour nos bons produits locaux, qu’ils soient anglophones ou francophones. Bonne écoute.
 
 

From Québec with love

Peter Peter – Noir éden
Colin Stetson – All This I Do For Glory
Philippe B – La grande nuit vidéo
Kid Koala – Music To Draw To : Satellite
Tim Darcy – Saturday Night
Leif Vollebekk – Twin Solitudes
Mat Vezio – Avant la mort des fleurs cueillies
Samuele – Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent
TOPS – Sugar at the Gate

Hip-Hop / R&B

Run The Jewels – Run The Jewels 3
Loyle Carner – Yesterday’s Gone
Sampha – Process
Thundercat – Drunk
Kendrick Lamar – Damn.
Vince Staples – The Big Fish Theory
Lomepal – Flip
Ho99o9 – United States of Horror
Jay-Z – 4:44

Folk

Mount Eerie – A Crow Looked At Me
Fleet Foxes – Crack-Up

Rock

Nine Inch Nails – The Fragile : Deviations I
Polaroid3 – Rivers
Slowdive – Slowdive
Oxbow – Thin Black Duke
Flotation Toy Warning – The Machine That Made Us
The XX – I See You
Ty Segall – Ty Segall
Foxygen – Hang
The Sadies – Northern Passages
Dirty Projectors – Dirty Projectors
Vagabon – Infinite Worlds
Future Islands – The Far Field
Feist – Pleasure
King Gizzard & The Lizard Wizard – Flying Microtonal Banana

POP

Lorde – Melodrama

Punk/Hardcore

Meat Wave – The Incessant
Pissed Jeans – Why Love Now
USA Nails – Shame Spiral
Priests – Nothing Feels Natural

Métal / Post-Rock

Grails – Chalice Hymnal
Pallbearer – Heartless
King Woman – Created in the Image of Suffering

Électronique / expérimental

Clark – Death Peak
Arca – Arca
Xiu Xiu – Forget
Pharmakon – Contact
Tigran Hamasyan – An Ancien Observer
Jlin – Black Origami
Bonobo – Migrations
Com Truise – Iterations

Bonne deuxième moitiée (déjà entamée) de 2017 les mélomanes!

Critique : Jlin – Black Origami

Jlin est une productrice et DJ originaire de l’Indiana. Elle avait été remarquée en 2015 avec la sortie de son album Dark Energy qui avait été encensé par la critique. Elle revient en 2017 avec un deuxième album intitulé Black Origami et qui reprend le flambeau là où elle l’avait laissé avec le précédent opus.

Jlin crée des trames aux univers uniques qui utilisent la répétition et les sons percussifs avec une rapidité hors du commun. Ce sont aussi des compositions qui sont difficiles d’approche et qui demanderont encore des mois à décortiquer. Chaque écoute révèle un nouveau son qui était passé inaperçu ou une nuance qu’on avait échappée. Ce n’est pas une écoute à faire de manière distraite. Jerrilynn Patton nous demande toute notre attention de la première à la dernière note de Black Origami.

Les pièces s’emboîtent les unes dans les autres. La fin de Black Origami se fond dans le début d’Enigma qui voit un échantillon de voix prendre beaucoup de place entre des tambours syncopés. De même, la fin d’Enigma nous transporte jusqu’à la naissance de Kyanite qui reprend le côté percussif de la dernière et un certain travail d’échantillonnage vocal tout en le traitant franchement différente. Moins dynamique, il ponctue efficacement la trame.

Jlin est aussi capable de produire des compositions vaporeuses. Elle le fait habilement sur Holy Child qui inspire une cérémonie religieuse avec son atmosphère solennelle et les échantillons de voix aigüe qui flotte dans les airs. Même son de cloche du côté de la douce Calcination qui rappelle un peu ce que fait Millimetrik à Québec. Jlin est compositrice futée et démontre ce qu’aurait pu être l’EDM si les compositeurs s’étaient donné la peine. Elle réutilise les sons typiques à ce courant, mais de manière totalement différente.

Un album opaque, difficile et capricieux de la part de Jlin. Un album qui demande un effort, mais l’auditeur s’en trouve rapidement récompensé par la richesse des trames et lorsqu’on creuse plus loin de la surface, on se surprend à découvrir des mélodies que nous n’attendions pas.

Ma note: 8,5/10

Jlin
Black Origami
Planet Mu
45 minutes

http://planet.mu/artists/jlin/