Hardly Art Archives - Le Canal Auditif

Critique : Chastity Belt – I Used to Spend So Much Time Alone

Fondé vers 2013 par quatre amies s’étant rencontrées à l’université près de Seattle, Chastity Belt a su connaître une ascension assez rapide en popularité. Le groupe rock qui marie des influences post-punk et shoegaze assumées nous a fait paraître début juin leur second album en carrière, I Used To Spend So Much Time Alone.

Après Time to Go Home, un album somme toute assez guilleret, les filles de Walla Walla, une petite ville de l’état de Washington, semblent avoir décidé de se gâter encore plus sur les influences shoegaze qu’auparavant. Si on retrouve toujours les mêmes accords arpégés à la Sonic Youth qui m’avait fait découvrir et apprécier le groupe en 2015, au point de placer leur premier opus dans mon top 10 de l’année, il faut avouer qu’un beau travail a été fait au niveau du matriçage et du son du band en soi, depuis le temps.

Pièce maîtresse de la parution, Caught in Lie souligne cette dernière affirmation. Bien présent, l’esprit post-punk et post-ben-des-affaires des filles y transparaît énormément. Un travail soigné d’écriture, souligné par une basse entêtante, mais bien pensée, et ce fantastique jeu de guitare, que je mentionnais ci-haut, y font leur preuve, simplement et efficacement. Sinon, soulignons aussi d’autres morceaux particulièrement intéressants de l’opus : la très calme It’s Obvious, qui nous offre un des trop rares solos de guitare de leur discographie, et Used to Spend, la pièce-titre qui survient vers la toute fin de la galette.

Niveau texte, on pourrait presque qualifier le tout d’emo. Sans tomber directement dans le « blabla ma vie va mal blabla dépression blabla je pleure tout le temps… » éculé et trop au premier degré, il faut dire qu’on n’est pas nécessairement dans le joyeux non plus. Sans délaisser ses paroles à saveur féministe, le quatuor avance quand même dans des eaux plus personnelles et Julia Shapiro s’y livre avec pudeur, sa voix éraillée toujours au centre des productions. Elle nous parle d’épuisement, de sentiments dépressifs, des difficultés de maintenir une vie extrapersonnelle équilibrée et de la difficulté à justement assumer que l’on peut vivre ces choses et que ce soit parfaitement normal. Alors que d’autres tenteront de tout cacher sous de faux airs, Shapiro nous remet cet état d’esprit directement au visage en nous invitant à y réfléchir.

C’est quand même assez fort. Surtout de la part d’un groupe qui s’était fait connaître par des textes qui invitait à la fête et à la libération. Ils adoptent cette attitude de gravité sans trop se dénaturer. On souhaite quand même à la bande américaine de trouver une façon de se sentir mieux, mais d’ici là, avouons que ça produit quand même des maudites bonnes chansons. Sans se hisser dans le top de meilleures parutions de cette première moitié de l’année 2017, I Used to Spend So Much Time Alone reste quand même une sortie fort probante qui prouve que le statut de Chastity Belt de nouvelle force majeure du rock alternatif indépendant que certains chroniqueurs américains nous dressent, n’est pas exagéré.

Ma note: 7,5/10

I Used To Spend So Much Time Alone
Chastity Belt
Hardly Art
42 minutes

https://chastity-belt.bandcamp.com/