FM Archives - Le Canal Auditif

Critique : Foo Fighters – Concrete and Gold

Je serai honnête. Foo Fighters est un groupe en net déficit de pertinence et de crédibilité. Le dernier disque « correct » de cette formation rock gonflée à l’hélium, Echoes, Slience, Patience and Grace, était révélé en… 2007. Ça commence à faire un bail que Foo Fighters n’a pas créé un album valable. Et que dire des inepties sonores que sont Wasting Light et Sonic Highways ? C’est vous dire à quel point mon enthousiasme envers la bande à Dave Grohl frise le néant.

À la mi-septembre, voilà que paraissait le 9e album du groupe. Et qui se retrouve derrière la console, selon vous ? L’immensément pop, Greg Kurstin; celui-là même qui était derrière les productions d’Adele et Sia. Oui, vous avez bien lu. C’est que Dave Grohl a été impressionné par le travail du bonhomme au sein du duo The Bird and The Bee. Ah ben, coudonc…

Et la prémisse créative de ce nouvel album intitulé Concrete and Gold ? Eh bien ! Notre « philosophe rock » rêvait de concevoir un album mélangeant le hard rock extrême (oh boy !) à une sensibilité pop; une sorte d’amalgame sonore entre Motörhead et les Beatles ou encore une rencontre musicale entre Slayer et les Beach Boys. Lemmy et Jeff Henneman doivent gigoter de honte dans leurs cercueils respectifs.

Côté thématiques, oncle Dave exprime, entre autres, ses profondes préoccupations quant à la direction sociale que prend les États-Unis sous la botte autoritaire de vous savez qui. Et pour se faire aider dans ce grand disque « réfléchi », Grohl a fait appel à Justin Timberlake (harmonies vocales dans Make It Right), Alison Mosshart (The Kills) et grand-papa Macca qui tapoche sur une batterie dans Sunday Rain. Concrete and Gold serait le disque le plus ambitieux des Foo Fighters, mais pour réussir un coup pareil, ça prend un talent de compositeur largement supérieur à la moyenne. Ce que Grohl ne possède pas. Manifestement.

Alors, cet ÉNORME pari risqué, ça donne quoi ? Une autre ineptie à ajouter au compteur de ce groupe qui n’en finit plus d’agoniser. L’ambition qui anime dorénavant Grohl ressemble plutôt à du carriérisme. Quand Foo Fighters essaie de mixer le rock FM, le folk rock des années 70 et le hard rock passéiste à des fantasmes beatlesques, je ne peux pas appeler ça une prise de risque artistique valable. La démarche créative de Grohl s’apparente beaucoup plus à de l’opportunisme.

Y’a-t-il des chansons admissibles sur ce énième navet ? Pas vraiment. Il y a bien Grohl qui s’époumone comme un vieux punk sur un lendemain de brosse dans La Dee Da. La censément vitaminée, The Sky Is The Neighborhood, peut captiver au début, mais cette chanson s’essouffle rapidement et sonne finalement comme une mauvaise toune des Black Keys. Le moment le plus humoristique de l’album ? C’est sans contredit Concrete and Gold… Du Pink Floyd des pauvres joué par un groupe de « covers » dans un bar miteux de Saint-Clin-Clin-des-Meumeux. Gilmour et Waters pourraient être insultés en écoutant cette inutilité.

Comme vous pouvez le constater, ça ne s’arrange vraiment pas pour ce groupe faussement rock. Au fond, Foo Fighters, c’est du rock gériatrique destiné à un public de quarantenaires qui ne veut pas trop se faire ébouriffer. Bref, Foo Fighters est devenu le Bon Jovi des temps modernes.

Ce n’est pas bien grave. Faut simplement faire abstraction du fait qu’oncle Dave a déjà fait partie du meilleur groupe de garage de l’histoire du rock. Rien que ça.

Évidemment, ne me parlez plus de Foo Fighters… ces Coldplay du rock !

Ma note: 3/10

Foo Fighters
Concrete and Gold
RCA Records
48 minutes

Site Web

Critique : Hollerado – Born Yesterday

Au printemps 2013, j’avais fait la critique de l’album titré White Paint de la formation originaire d’Ottawa nommée Hollerado. Pas un disque mémorable, tant s’en faut. Beaucoup trop de compromis afin de plaire aux radios rock FM A Mare Usque Ad Mare. Par la suite, le quatuor a proposé 111 Songs; un projet où un fan pouvait envoyer ses coordonnées au groupe avec une ou deux histoires personnelles à raconter. Hollerado a ainsi créé 111 chansons qui s’inspiraient directement des confessions de leurs fervents admirateurs.

4 ans après White Paint, les Canadiens sont de retour avec un nouvel album que je qualifierais de proverbial retour aux sources. Sans être la révolution, on y entend un groupe totalement dynamisé. Ce Born Yesterday, malgré les références aveuglantes à Weezer (voire Brick Wall) et quelques incursions dans l’électro-rock à la Duran Duran (voire Grief Money) fait le travail.

Un bon album de cols bleus qui satisfera l’amateur de rock canadien. En char, les fenêtres baissées, avec une bonne boîte de Timbits sur la banquette arrière et un café un lait un sucre, ça se prend bien. Et pour apprécier votre « ride » de prolétaire, je vous invite à monter le son, lorsque s’entamera I Got You. Impossible de résister.

Cela dit, mon propos pourra sembler méprisant aux âmes qui n’en ont que pour la feuille d’érable, mais je suis sincère. Très peu de groupes détiennent cette capacité de créer du bon pop-rock radiophonique et, avec ce Born Yesterday, Hollerado s’élève au-dessus de la mêlée. La réalisation est léchée, comme il se doit, mais n’amenuise en rien l’explosivité des chansons. Chacun des refrains, sans aucune exception, est accrocheur et le groupe brasse juste assez la cage pour demeurer captivant, et ce, sans s’aliéner le mélomane à temps partiel qui a envie de fuir la réalité… les fenêtres baissées avec une boîte de Timbits !

En plus des chansons mentionnées précédemment dans le texte, Hollerado tire bien son épingle du jeu avec Éloise qui évoque le rock de Tom Petty & The Heartbreakers. If It Is Love est juste assez « fromagé » pour rassembler la multitude, sans perdre ce je-ne-sais-quoi de crédible. J’insiste sur le « je-ne-sais-quoi de crédible »…

De manière objective, Hollerado a conçu un album qui plaira à ses admirateurs et qui respecte parfaitement les codes du pop-rock mercantile. Bon. Est-ce que je prêterai l’oreille régulièrement à ce Born Yesterday ? Pas vraiment. J’ai des choses plus productives à faire que de me mettre à triper ma vie sur Hollerado. Donc, aucun danger que vous me rencontriez dans un Tim Horton près de chez vous.

Ma note: 6/10

Hollerado
Born Yesterday
Royal Mountain Records
37 minutes

http://www.hollerado.com/