Louis-Philippe Gingras Archives - Le Canal Auditif

La programmation complète du FMEAT 2017

C’est ce moment attendu chaque année, celui où on apprend la programmation complète et ce qui nous attendra à Rouyn-Noranda pendant la fête du travail. Déjà quelques noms avaient été annoncés plutôt cette année. Vous pouvez les découvrir ici! Passons au plat de résistance…

Jeudredi

Pour ce premier soir de l’édition 2017, en plus d’A Tribe Called Red qui seront sur la scène extérieure, on retrouvera La Mverte, les doux de Thus Owls, les grooves de King Abid, Slosh et les furieusement solides de Duchess Says. Une bonne façon de commencer 4 jours de festivités.

Des lancements, du fun pis toute une soirée

Jason Bajada lancera son Blondie en direct de Rouyn-Noranda. À date, ses simples sont totalement convaincants. On a hâte d’entendre tout ça sur scène. Ce n’est pas le seul lancement qui aura lieu vendredi soir, Eman X Vlooper nous prépare aussi une nouvelle galette qu’ils vont nous garnotter pendant le spectacle hip-hop avec Alaclair Ensemble, Lary Kidd et Mathew James (un natif de la région). Vous pensez que c’est tout ce qui se passe? OH QUE NON. Les gens du FME ont pensé à nous, on les remercie. A Place To Bury Strangers sera là pour un concert! Ça fait tout un voyagement pour arriver là.


 

Parmi les autres participants, le barde Louis-Philippe Gingras sera à la maison, Julien Sagot, The Franklin Electric, Zen Bamboo, Elephant Stone, Chocolat et Bloodshot Bill. Les Français d’AeroBrasil, le chanteur américain Deke Dickerson et les Floridiens The WildTones. N’oublions pas non plus Pierre Flynn!

Saturday night’s alright for fighting

Mon Doux Saigneur est l’une des sorties attendues de l’automne et ça se passe à Rouyn-Noranda! On a très hâte. On y verra aussi Antoine Corriveau, Kroy, Saratoga, Betty Bonifassi et son magnifique projet Lomax, le duo montréalais I Shot Samo, le projet d’Adèle Trottier-Rivard : Le bleu,Raphaël Dénommé, Lubik et le groupe australien The Decline. Ce sera assez rock avec Barry Paquin Roberge, Les Dales Hawerchuk, les bruyants Belges d’It It Anita et Blood and Glass qui a lancé plus tôt cette année Punk Shadows.


 

Se bercer pour se remettre des abus

Si ton foie n’est plus capable le dimanche, tu pourras lui donner un peu de repos avec la douceur des chansons de Mat Vezio ou encore le piano imagé de Jean-Michel Blais. Si par contre, t’as toujours envie de danser, Le Couleur sera sur place tout comme Klô Pelgag et ses chansons magnifiques. N’oublions pas le charmant Matt Holubowski, ANEMONE ou les bruyants de HOAN.

Ce sera aussi le soir du métal avec le groupe suédois Marduk! Ils seront précédés d’Incantation et Abysmal Dawn. Ça risque d’être lourd en ti-pépère.

Une autre édition qui nous donne l’eau aux oreilles (euh… ça se dit-tu?). Prépare-toi Rouyn-Noranda, le Canal s’en vient pour célébrer la musique encore une fois. On se voit au bar des chums!

http://www.fmeat.org/

Les EP à LP du mois de juin 2017

Fuudge – Man!

Après un premier EP réussi, la formation Fuudge revient à la charge avec Man! Ce deuxième mini-album garde un peu de grunge du groupe, mais continue de faire du rock mélodieux qui rentre au poste. Le groupe nous offre aussi quelques chansons un peu plus atmosphériques comme Caller un magicien qui flotte dans la stratosphère avant de nous frapper d’un gros riff de guitare. Satan pour sa part nous donne une bonne dose de lourdeur efficace.
 
 

Louis-Philippe Gingras – La rangée des popsicles

Après son troisième rangée réussi, Louis-Philippe Gingras nous livre une couple de chansons assez plaisantes pour les oreilles dont la mélancolique et douce Sutton. Gingras nous chante aussi Rouyn-Noranda et sa folie quotidienne. Son folk rock se fait aussi efficace sur la Calvette du Saint Graal qui rappelle la grande tradition de la chanson américaine. C’est quelques chansons de plus qui s’ajoutent à son répertoire déjà bien plaisant pour les tympans.
 
 

Brown – Popluv

Le trio familial Brown est de retour avec un EP. On alterne sur Popluv entre le plus traditionnel sur Should I’ve Been There et une production hyper contemporaine sur What About You. Si vous avez déjà aimé le premier album, vous risquez d’avoir autant de plaisir à écouter cet EP qui recèle des chansons qui explorent un peu plus loin dans les différents recoins du hip-hop et des styles connexes.
 
 
 

Bernice – Puff

Tu veux de la bonne pop alternative qui mélange un ensemble de genre du dance au R&B? Bernice est là pour toi. Dès les premières notes de St Lucia, on est happé par la voix magnifique de Robin Dann. La bande de Toronto regroupe des collaborateurs d’Owen Pallett, Bahamas et Diana. Leurs chansons sont à la fois veloutées et poignantes. Et c’est résolument l’un des groupes les plus sous-estimés en ce moment sur la scène canadienne.


 

>Loud – New Phone

Pendant que son collègue Lary Kidd lançait son premier album Contrôle, Loud préparait une sortie de son bord aussi avec New Phone. Avec des chansons aussi veloutées que 56K, le jeune homme propose des textes efficaces et bien construits avec des débits intéressants. Loud a une facilité à créer des mélodies accrocheuses dans ses rimes et Le Pont de la rivière Kwaï, une histoire de rupture approchée avec un angle bien intéressant qui donne tout le sens au titre.

Pages : 1 2

Les Francofolies de Montréal: Suite et fin

Voilà que cette 29ième édition des Francofolies de Montréal tire à sa fin. Une semaine chargée en musique francophone! Comme dernier compte-rendu de l’évènement, je vous propose un regroupement de tous les spectacles que j’ai vu en un article. On part ça, prêt, pas prêt, j’y vais!

Marvin Juno, oui…mais

Le 12 juin dernier, sur l’heure de l’apéro, je me suis rendue à la zone Coors Light pour voir le Français Marvin Jouno. La performance s’est avérée bien efficace. Les arrangements sonores rendaient bien les mélodies mélancoliques sur scène. Le côté cinématographique aura été rapidement soulevé pendant le spectacle. Par contre, l’artiste défend une pop qui est, à mon avis, un peu trop conventionnelle. Ne réinventant pas la roue, la musique de Jouno ne m’aura pas étonnée ce soir-là. J’avais l’impression d’écouter un produit un peu trop lisse, ce qui m’a un peu déçu.

Manger des popsicles avec Louis-Philippe Gingras

Le lendemain, je me suis rendue au spectacle de Louis-Philippe Gingras. LP Labrèche vous a donné des bons mots à ce sujet juste ici, d’ailleurs. Gingras s’est démontré charismatique. En lançant officiellement son nouveau projet La Rangée des Popsicles, le petit gars d’Abitibi aura proposé une performance entraînante et dynamique. Son folk-rock charmant a séduit plusieurs oreilles. Même que certains faisaient du air-drum à mes côtés. Tout le monde prenait part à la fête musicale. Ça vous donne une belle idée.

L’authenticité avec Violett Pi

L’auteur-compositeur- interprète Violett Pi donnait une performance acoustique à la Zone Coors Light le 15 juin vers les 19hrs. Armé d’une chaise et d’un micro, le chanteur aura été touchant et cocasse tout au long de l’apéro. En ramenant une foule bien curieuse, Violett Pi a livré ses chansons avec panache. Même si on savait que ça allait être plutôt calme comme spectacle, le chanteur ne nous a pas ennuyé. Ce n’est pas parce qu’on est en session acoustique qu’il faut absolument être tranquille. Il a su, à sa façon, chanter ses mélodies différemment en restant lui-même. Ce fut une belle façon de découvrir ou redécouvrir cet artiste bien particulier.

À la découverte de Blondino

Toujours à la zone Coors Light, j’ai croisé la chanteuse française Blondino qui était de passage au Québec pour une première fois. Elle nous a offert les chansons de son dernier album Jamais sans la nuit, en plus de son EP. Concernant l’aspect sons, le rendu était égal, planant et rodé. Les mélodies enjolivaient la douce voix de la Française. Par contre, la performance est restée très linéaire. Nous avions l’impression que c’était la même chanson qui rejouait. Même que La Blondino s’est montrée statique et un peu timide sur la scène. Dans tous les cas, elle reste tout de même une belle découverte musicale.

Jérôme Saint-Kant, la « bibitte »

En première partie d’Émile Bilodeau, le choix était judicieux. Jérôme Saint-Kant rentre dans la catégorie des belles « bibittes » musicales de la relève. Avec un folk/rock garni, l’auteur-compositeur-interprète nous a bien rendu ses chansons imagées et crûes. À l’aise devant une salle bondée, le petit gars de Québec s’est montré rigolo dans ses échanges avec le public, qui disons-le, avait bien hâte à l’arrivée d’Émile Bilodeau. Accompagné de Simon Kearney à la guitare, St-Kant nous aura incité à le découvrir davantage avec une présence scénique bien agréable. Un bon début de soirée.

L’inépuisable Émile Bilodeau

Sous les cris stridents de la foule, voilà que le Longueuillois d’origine arrive sur scène avec ses fidèles acolytes. Il ouvre le party avec Tu me dirais-tu, pièce issue de son premier album Rites de Passage. Bilodeau nous prouve qu’il est un très bon guitariste en effectuant différents motifs qui donnent une jolie couleur à la chanson. Un peu plus loin dans le spectacle, il nous joue Je suis un Fou en nous présentant son amie imaginaire Miss Croquette avec une binette assez cocasse. Émile, ce petit rigolo! Les prochains titres auront été Quand les nuages seront partis, Rosie, Hockey, Blanche, Les poètes maudits, Dehors, J’en ai plein mon casque, Amour de Félin et América. En plus de nous donner les Ça va et Bière en rappel, la magie opère. Bilodeau est épanoui sur la scène et l’utilise comme un véritable terrain de jeu. Possédant une chimie avec son public, l’artiste s’est montré extrêmement généreux avec ses fans qui lui rendaient si bien en chantant à plein poumons et en dansant avec lui. Une symbiose qui est faite pour durer.

Une bonne nouvelle pour ceux qui ont manqué l’évènement, Émile Bilodeau sera en supplémentaire le 9 février 2018 au Club Soda.

Karim Ouellet, ce type à la bouille sympathique

On finit cette édition avec la musique de Karim Ouellet à la place des Festivals. Après la soirée d’Émile Bilodeau, j’ai été capable d’attraper quelques chansons au passage du spectacle de Karim Ouellet. Un évènement à grand déploiement auquel l’artiste était bien content d’être sur la scène. Avec ses mélodies harmonieuses, Ouellet s’est montré bien sympathique devant cette foule nombreuse. Sous des projecteurs colorés, le chanteur de Québec aura encore une fois réussi à nous faire fredonner ses vers d’oreilles (l’inépuisable L’amour, par exemple). Il aura présenté des titres de ces précédents albums dont Plume et la ballade du même nom. Un moment doux, calme et serein qui a fait balancer tranquillement les têtes de quelques uns.

Cette 29ième édition se termine sous le soleil. On se dit à l’an prochain pour encore plus de musique francophone, des découvertes et des coups de cœur.

FrancoFolies 2017 : Thomas Fersen au Théâtre Maisonneuve

Jeudi soir aux Francos, si on courait assez vite après le set solo de VioleTT Pi, on pouvait apercevoir Thomas Fersen emplir le théâtre Maisonneuve de sa musique absurde (et, depuis peu, bovine). Son dernier album, Coup de queue de vache, inspiré par la vie à la ferme et par ses animaux, est sorti en janvier de cette année. Il était précédé de Marcie, une auteure-compositrice-interprète accompagnée de Louis-Philippe Gingras à la guitare et de sa sœur au piano, qui nous a assuré une première partie qui plut j’en suis sûr au public cible québécois de Fersen. Le tout était assez bien exécuté, surtout dans le cas de la chanteuse, mais surtout monotone. Ce n’est pas ma tasse de thé, mais passons au plat de résistance.

Victor Diaz-Lamich / Les FrancoFolies

La foule s’est heureusement fait secouer par Fersen et son quintette, qui ont débuté leur généreux spectacle de plus d’une heure et demie par Chauve Souris, au grand bonheur du public. Le chanteur était bien en forme ce soir-là, rieur et rassembleur de par ses absurdités de toutes sortes. Le spectacle était ponctué d’une façon très intéressante, alternant entre le répertoire du chansonnier et des histoires poétiques et fantastiques, soigneusement disposées pour amener le sujet des chansons qui les suivaient. Ledit répertoire allait chercher un peu partout dans sa discographie, en puisant évidemment un peu plus dans son dernier album; ça gardait bien le monde en haleine, vu que le dernier album n’est pas encore acquis par le public, comme le sont Quatre ou Pièce montée des grands jours.

Le chansonnier était accoutré et agissait comme s’il prenait maintenant pleine conscience de son héritage direct des grands chansonniers français. Alors qu’avant il gardait souvent une touche humoristique dans son apparence scénique, il aborde maintenant un tuxedo à la Brel ainsi qu’un air aisé et moqueur à la Bourvil. C’est une touche de nostalgie qui complète bien les textes, non sans réminiscences de Brassens, et les arrangements, qui sont souvent assez classiques.

Victor Diaz-Lamich / Les FrancoFolies

Les musiciens qui l’accompagnaient n’avaient pas l’air de s’ennuyer non plus; tous de bons musiciens de chambre, la chimie et l’énergie étaient au rendez-vous. Seules les interventions au piano de Fersen étaient par moment un peu plus monotones, un peu à cause de la sonorisation, mais aussi parce qu’il est visiblement plus chanteur que pianiste. Mais en général c’était un très bon spectacle, on ne s’ennuyait pas une seconde. Thomas Fersen transpire l’expérience sur scène. Disons que les vers de l’homme rentabilisent le prix du billet à eux seuls.

http://www.francofolies.com/

Les francofolies 2017: soirée du 13 juin

Bon, ma soirée n’a pas vraiment commencé en soirée. Elle a débuté en début de journée alors que Tôt ou tard, une maison de disque qui représente Lisa Leblanc en France et qui est aussi responsable pour Albin de la Simone et Vianney, lançait officiellement ses bureaux de Montréal. Ça peut sembler anodin pour la personne qui ne gravite pas en musique, mais pour les artistes québécois comme Salomé Leclerc, ce genre d’association fait toute la différence. Non seulement Tôt ou tard ont du goût, mais ils le font par passion. C’est louable. On leur souhaite tout le succès qu’il mérite dans cette nouvelle aventure.

Louis-Philippe c’est un prénom gage de qualité

On partage un prénom. Mais bon, si Louis-Philippe Gingras ne faisait pas des bonnes tounes, je n’aurai aucun capital de sympathie pour lui. Le barde qui affectionne le folk, vire parfois country et maintenant rock faisait en quelque sorte le lancement de son EP La rangée des popsicles qui fait suite à son album bien réussi intitulé Troisième rangée. Il s’est présenté sur scène en pleine forme et en a sué une bonne quantité en chantant les chansons issues de son nouveau bébé. Sutton était touchante à souhait alors que Parc à chien était d’un réconfort parfait. On oublie souvent que Louis-Philippe Gingras tire de la guitare sans bon sens et il nous l’a prouvé encore une fois.

Bernard… il est rendu gros… mais son poid se maintient

Bernard Adamus occupait la grosse scène des FrancoFolies. Il y a quelque chose de surréel pour quiconque couvre la scène depuis des années. On se souvient d’Adamus dans l’intimité du Quai des Brumes pendant des soirées qui ne finissaient plus de finir. Aujourd’hui, il remplit la place des festivals. En entendant la masse chanter Rue Ontario, on a des frissons. Accompagné de son band, dont Tonio Morin-Vargas à la batterie et l’incroyable Alexis Dumais au piano, il a livré un mélange des trois albums avec une fougue magnifique. Il nous raconte que son spectacle se nomme excellente soirée parce qu’un ami travaillait dans un groupe qui jouait à Sagard (les Desmarais) et qu’une soirée en rentrant à la salle de bain, il a entendu des sons qui présageaient des senteurs nauséabondes. Lorsque Brian Mulroney est sorti de l’isoloir, il aurait clamé : « C’est une excellente soirée. » Tout cela avant d’entamer un Brun fait avec un peu plus de groove qu’à l’habitude.

Le grand musicien (il fait 6 pieds quelque…) a aussi offert une reprise de Faire des enfants de Jean Leloup tout à fait réussie et un 2176 intime. La question à 100 piasses a fait chanter la foule alors que Sorel Soviet So What était bien convaincante. Un spectacle qui confirme que Bernard Adamus est en quelque sorte le Plume Latraverse d’une génération. On s’incline bien bas.

Dans la nuit tu ?

Boucane. Les Indiens, groupe de stoner rock de Québec a achevé les festivaliers avec son savant mélange de lourdeur. Entre Tomahawk, Boucane et sa reprise de Kashtin, la formation a ensorcellé les festivaliers qui avaient décidé de pousser jusqu’au bout l’expérience des FrancoFolies. Fidèle à leur habitude, ils étaient d’une forme grandiose et je me demande souvent comment ça se fait qu’ils ne sont pas plus connus sur la scène rock québécoise.

Une autre grosse soirée de FrancoFolies. On se rejase demain pour la suite des choses.

http://www.francofolies.com/