chocolat Archives - Le Canal Auditif

Retour sur le spectacle de Kaïn aux Îles-de-la-Madeleine

Sur la terrasse du Pas Perdus avec une grosse 50

Par Emmanuel Éthier.

Samedi dernier, mon groupe Chocolat (le meilleur groupe de rock au Québec depuis Offenbach) était de retour aux Îles-de-la-Madeleine presque 10 ans après les incidents du Pas Perdus. Le concert s’est déroulé sans anicroche, on a même remercié les gens d’être là. Il y a eu des moshpits, mais c’était pas mal plus gentil que le concert qu’on venait de donner à Baie Saint-Paul (voir le retour sur les événements ici).

Sur ce, je ne suis pas ici pour vous parler de tout ça. Le lendemain, je suis resté aux Îles et j’ai assisté à un concert du groupe de musique Kaïn. Oh oui! J’ai même partagé un appartement avec eux ce soir-là.

Dimanche après-midi, je croise Steve Veilleux dans ledit appartement en haut du restaurant du Pas Perdus.

 
 

Steve Veilleux : Salut

Moi : Salut

J’étais comme un chevreuil aveuglé par les phares d’une auto. Que faire devant une si belle occasion de malaise? Comment rester civilisé? Faut comprendre que la musique ça me fait beaucoup d’effet, surtout celle que je considère comme bonne ou mauvaise. Ce qui se trouve entre les deux me laisse souvent indifférent. Il fallait absolument aller au concert, voir le phénomène en chair et en os. Je me sentais comme la fois où j’étais assis derrière Jonas au gala de l’ADISQ. Evan (le batteur de mon groupe) ne parle pas français et n’est pas tout à fait instruit en culture populaire québécoise.

Moi : Hey baby, we’re going to see a show tonight, you’ll see it’s gonna be interesting

Evan: What show?

Moi : It’s a really popular Quebec band called Kaïn.

Evan: They’re called «Kaïn»!? No way!

Moi : Yeah they suck

Evan le petit criss

J’arrive au concert avec Evan, Christophe (claviériste/saxophoniste de Chocolat) et Francis (notre gars de son).

La salle est comble, ils jouent deux soirs de suite et ce soir-là c’est la supplémentaire. Leur batteur a manqué l’avion et a failli ne pas trouver de plan B. Faut dire que trouver un autre vol pour les Îles le jour même ce n’est pas aussi simple que Montréal-Paris.

Le concert commence et le groupe est en forme malgré une salle très attentive (voir statique). Ils ont un nouveau guitariste (John-Anthony Gagnon Robinette) qui apporte un vent de fraîcheur au groupe, il fait beaucoup de solos et ça fait triper les gars.

Evan: I’ll just act like it’s the best show I ever saw in my life, otherwise I’ll get bored and leave.


 
 

Evan se dirige vers la première rangée de la foule et commence à danser avec abandon primal. Les gars du groupe Kaïn prennent toute une puff en le regardant et la foule ne sait pas trop comment réagir. C’est le coup de foudre entre Kaïn et Evan.

Éric Maheu : Toé là tu me rends heureux, on t’amène en tournée!

Evan ne comprend rien.

Un peu plus tard dans la soirée Francis entend une conversation aux toilettes entre deux Madelinots d’un certain âge.

Madelinot 1 : Je sais pas c’est qui le freak qui danse, mais d’après moi y vient pas d’icitte

Madelinot 2 : En tout cas je suis content que ce soit pas mon gars

Vient la fin du premier set (il y avait entracte), ça nous donne l’occasion de boire une grosse 50 sur la terrasse.

Moi : So, how does it feel to be loved by one of the top 10 worst bands of Quebec?

Evan: I feel worse

Puis on entend une guitare acoustique, on croit que c’est le début de la deuxième partie du concert.

Christophe : Hey ça recommence!

Francis : Non c’est l’album de Fred Fortin qui joue.

Oups!
J’aimerais souligner que tout le monde dans Chocolat respecte beaucoup Fred (sauf Evan, il sait pas c’est qui).

Deuxième partie du concert.

Steve Veilleux : Je me permets un petit quelque chose

Eh oui! Une toune solo, enfin je vais pouvoir entendre les paroles, ça joue beaucoup trop fort les orchestres de rock! Il en profite pour jouer une nouvelle chanson intitulée « La sainte paix » qui parle de vouloir être seul quand on est lendemain de boisson.

« Ruine babine, gratte guitare, last call! »

Puis la chanson prend une tournure politisée.

« Au ministre du bonheur corrompu »

Kaïn c’est des révolutionnaires.

Francis trouve qu’il y a trop de basses dans la façade.

Puis une autre nouvelle chanson, « Le moment présent ».

Steve Veilleux : Laissez vos téléphones dans vos poches, on va triper ensemble, comme dans le temps.


 
 

Non.

Parlant de temps, je commence à trouver ça long. Evan danse encore.

« Quelque part, ailleurs, pour vu qu’on se touche »

Francis me fait remarquer qu’il y avait un délai dans la voix de Steve Veilleux pendant qu’il parlait entre deux chansons, c’est le genre de détail qui me fait rire.

J’ai raté leur hit… J’avais oublié de payer mon souper (une excellente bavette de bœuf d’appellation végane), la serveuse du resto a réussi à me retrouver.

À la sortie du concert, Evan parle avec son fan club composé de fillettes de 16 ans, les amis de gars du fan club commencent à être irrités par l’excentricité d’Evan. L’atmosphère devient un petit peu électrique.

Evan: I’m a male stripper called Pantzy Wintzy.

Deux amis discutent entre eux.

Madelinot 3 : On cherche le trouble ou pas?

Madelinot 4 : Non

Moi : Hey Evan, let’s go to the other bar…

On n’a pas recroisé les membres de Kaïn à l’appartement. Dommage, paraît qu’ils sont sur le party. Leurs chansons ce n’est vraiment pas ma tasse de thé, mais il faut leur donner qu’ils jouent quand même bien.

Pire band pareil.

Le Festif! de Baie St-Paul 2017: dernier jour

Toute bonne chose a une fin. En ce dimanche matin ensoleillé, le Festif! arrivait à sa conclusion. Déjà, le festival nous avait graciés de plusieurs moments musicaux de qualité. Pour cette ultime et dernière journée, ils nous avaient réservé un spectacle assez spécial : Timber Timbre dans le décor pittoresque du quai de Baie St-Paul.
 
 
 

La parfaite conclusion

Il est difficile de penser à une meilleure façon de conclure quatre jours de musique que les capables de Timber Timbre. Le quatuor a évidemment joué des chansons issues de leur plus récent album, Sincerlery, Future Pollution. Parmi celles-ci, Grifting était particulièrement réussie et plaisante. Le groupe s’est permis à de nombreux moments d’étirer un peu la sauce dans les chansons. Ce fut le cas pour Until the Night Is Over et Hot Dreams. D’ailleurs, ce n’est pas la seule chanson de cet album qu’ils ont jouée. Ils nous ont aussi offert la sublime Grand Canyon. En tout, la formation a joué dans le somptueux décor du quai de Baie St-Paul environ une heure trente et des poussières. C’est une façon tout à fait douce de mettre un terme à cette édition du festival.

Les 5 meilleurs moments du festival

Caroline Perron / Le Festif

Voici le temps que je vous avoue bien honnêtement les 5 moments qui m’ont fait triper plus que tout dans l’édition 2017 du Festif! Attention, ce n’est pas quantitatif, ils sont tous également délicieux.

1 — Leif Vollebekk et son concert qui fait lever le poil sur les bras par l’émotion.

2 — Chocolat et sa leçon de rock en règle dans le sous-sol de l’église. Pauvre Jésus, se remettra-t-il de tout ce qu’il a vu?

3 — Antoine Corriveau et son magnifique spectacle dans la chapelle des Franciscaines. Il y avait même de l’orgue!

4 — Qualité Motel et la démence de son set de DJ/création. « C’est pas du basilic, c’est du romarin! »

5 — Daniel Bélanger qui revisite son répertoire et la foule de Baie St-Paul (et moi) qui chante allègrement les paroles.

Caroline Perron / Le Festif!

Merci aux bénévoles qui m’ont abreuvé pendant l’entièreté du séjour, à l’équipe du festival qui était top notch et aux collègues avec qui j’ai partagé ces moments-là! À l’année prochaine Festif!, t’étais ben swell.

Le Festif! de Baie St-Paul 2017: Jour 1

Cette année, je suis en relève du vétéran et sage Stéphane Deslauriers pour couvrir Le Festif! de Baie St-Paul. Depuis des années, l’entente était que je m’occupais du FME et Stéphane du Festif. Mais cette année, trop occupé, Stéphane a dû déclarer forfait. Me voilà donc sur la route pour Baie St-Paul, le vent dans les cheveux et le sourire dans la face. Cette première soirée s’annonçait parfaite pour se brasser les foufounes, car le « gros show » mettait en vedette Valaire et Caravan Palace.

Soirée dansante

Miss Sassoeur et les Sassys ont débuté les hostilités (après Émile Gruff que j’ai malheureusement manqué). Le quatuor à voix a remporté l’édition 2017 du Cabaret Le Festif! Cela leur donnait droit à deux prestations dans le cadre du festival. Cette première était plutôt courte, d’environ 25 minutes devant une foule éparse qui arrivait tranquillement pour le spectacle en soirée. Cela n’a pas empêché le groupe de nous livrer les pièces qui les ont fait remarquer un peu partout où ils sont passés, dont La Rengaine. Un spectacle court, mais efficace pour la bande qui se spécialise dans les harmonies vocales.

L’entrée de Valaire a été retardée par un orage qui avait décidé de souffler comme le diable sur Baie St-Paul. On attend une dizaine de minutes en se réfugiant sous les tentes autour de nous. Ça prend pas mal plus que dame nature pour empêcher Valaire de donner son show. Le groupe entre sur scène rayonnant et entame Oobopopop. Rapidement, la foule est happée par les cuivres chauds et les rythmes contagieux du groupe. Avec eux, le groupe a amené Fredy V., chanteur à la voix soul bien dégourdie. Valaire nous enchaîne Apate Palace et quelques autres pièces des plus récents albums avant de plonger dans l’époque Golden Bombay avec Gumshoe et même Ave Mucho (qu’ils auraient pu jouer avec Bran Van si ceux-ci n’avaient pas décommandé leur présence au festival). Karim Ouellet vient aussi faire son tour sur quelques chansons avant que le groupe fasse apparaître un énorme bonhomme vert comme on croise sur le bord des autoroutes parfois. Dans ce genre.

Automatiquement, les membres du groupe se mettent à jouer pour lui et à vénérer l’idole en tissus… ce n’est pas sans rappeler un certain Eddie d’un certain groupe de jeunes fous Anglais nommé Iron Maiden. Le groupe a continué son feu roulant de chansons qui donne envie de se shaker le popotin pour entamer un collage de Mr Saxobeat et Crazy In Love… N’en prenait pas plus pour achever la foule déjà suintante et souriante.

On se dit qu’on aurait enfin droit à une pause… mais non, du haut des marches attenantes à la scène apparaît Loco Locass qui nous rappe trois tounes dans des conditions pas idéales. Le trio assure et démontre qu’ils sont parfaits ainsi dans la lumière orangée, à la pénombre à nous envoyer des vers poétique et engagé.

Jay Kearney / Le Festif!

Pas facile passer après Valaire

Le groupe français Caravan Palace qui fait dans le rétro futuriste et l’électro-swing. Gonflés à bloc, ils sont débarqués sur scène décidée à faire danser la foule de Baie St-Paul. Objectif atteint à voir les gens sauter et danser sur les chansons de L’îcone principalement. Le groupe a aussi offert quelques chansons de Panic et leur album homonyme. La chanteuse Zoé Colotis anime la scène habilement avec sa présence dynamique et charmeuse. Ça marchait résolument pour la foule qui répondait à chacun de ses appels à sauter plus haut.

Malgré toute leur bonne volonté, le groupe n’avait pas la même puissance que Valaire avant eux, autant au niveau de l’énergie, du déroulement de spectacle que du son. Ce dernier était couci-couça et il fallait être au milieu pour bien entendre les instruments à vent et les cuivres. D’ailleurs, ceux-ci étaient plus absents que ce à quoi je m’attendais. Caravan Palace prend le pari de faire danser la foule pendant ses spectacles, ce qui en soi n’est pas une mauvaise idée. Par contre, ils le font en donnant beaucoup de place à l’élément électro de leur musique et ça a une fâcheuse tendance à tomber dans l’EDM. À un moment, on se sentait plus à Ibiza qu’à Baie St-Paul. C’est un peu dommage parce que leurs trames sont généralement si riches. Mais bon, ils ne font pas un mauvais spectacle pour autant et la foule a dansé avec énergie des premières aux dernières notes.

Une fin de soirée à l’église

La suite de ma soirée se passe très rapidement. Tout d’abord avec Weaves qui commence avec une demi-heure de retard au sous-sol de l’église… ce qui fait que je manque aussi des chansons d’Antoine Corriveau qui commence une demi-heure plus tard. Misère. La bande de Jasmyn Burke nous livre les chansons de leur premier album en nomination sur la courte liste du prix Polaris avec fouge et plaisir. C’est bruyant, c’est mélodieux et c’est totalement convaincant. On aime Weaves et ils nous le rendent bien.

Caroline Perron / Le Festif!

Je quitte la salle pour me rendre dans une chapelle où Antoine Corriveau se fait aller les cordes, vocales et de guitare. En format quatuor avec ses complices habituels : Marc-André Landry, Marianne Houle et Stéphane Bergeron. C’est vraiment très beau. Corriveau est dans un endroit dont la grandeur rend encore plus imposante ses chansons. Le Nouveau vocabulaire rentre dans la patate tout comme Tu es comme la nuit. Il livre Parfaite avec intensité dans un éclairage orangé alors que la chapelle est plongée dans la noirceur. Le résultat donne des frissons, Corriveau semble possédé et nous invite à une messe noire où les sentiments humains ne seront pas laissés de côté. Il finit en nous expliquant qu’il fait maintenant de la performance. Armé d’un micro sans fil et explorant un peu la liberté des humoristes qui peuvent se promener allègrement devant le public, il se dirige vers le fond de la salle. Soudainement, il est transporté au balcon et rejoint Landry et Houle installé à l’orgue pour une interprétation surréelle de Les hydravions de trop. Magnifique.

Caroline Perron / Le Festif!

Doux Jésus!

Je reviens au Sous-sol de l’église où j’avais laissé Weaves et une foule dans le plaisir. Je reviens et le bordel est pris. Chocolat est maintenant aux commandes et Jimmy Hunt est accroché par un Jésus immense qu’il est train de zigner… Oui Jimmy Hunt est en train de se frotter de manière pas polie sur un ti-Jésus sur sa croix. Le pauvre ne s’en remettra pas, il est maintenant décollé à moitié de sa croix et semble trouver la soirée plus dur que les fous de Chocolat qui continuent d’expédier leur rock efficace. C’était un vrai show rock, comme il s’en fait peu. Ysaël Pépin a un gros sourire dans le visage quand il prend les moniteurs et feint de les lancer dans le public. Tout ça avant de faire la communion avec plusieurs spectateurs montés sur scène. Il leur verse de la bière d’un pichet dans le gosier. Surréel. Le groupe ne finit plus de finir et rajoute toujours une chanson au grand désarroi des techniciens qui avaient l’air de vouloir travailler plus pour Céline Dion que Le Festif! Les gars, tout pour le rock. C’est ça la maxime! Chocolat est sorti de scène sous les applaudissements généreux de la salle complètement subjuguée par la force de frappe du groupe de bums.

http://lefestif.ca/

La programmation complète du FMEAT 2017

C’est ce moment attendu chaque année, celui où on apprend la programmation complète et ce qui nous attendra à Rouyn-Noranda pendant la fête du travail. Déjà quelques noms avaient été annoncés plutôt cette année. Vous pouvez les découvrir ici! Passons au plat de résistance…

Jeudredi

Pour ce premier soir de l’édition 2017, en plus d’A Tribe Called Red qui seront sur la scène extérieure, on retrouvera La Mverte, les doux de Thus Owls, les grooves de King Abid, Slosh et les furieusement solides de Duchess Says. Une bonne façon de commencer 4 jours de festivités.

Des lancements, du fun pis toute une soirée

Jason Bajada lancera son Blondie en direct de Rouyn-Noranda. À date, ses simples sont totalement convaincants. On a hâte d’entendre tout ça sur scène. Ce n’est pas le seul lancement qui aura lieu vendredi soir, Eman X Vlooper nous prépare aussi une nouvelle galette qu’ils vont nous garnotter pendant le spectacle hip-hop avec Alaclair Ensemble, Lary Kidd et Mathew James (un natif de la région). Vous pensez que c’est tout ce qui se passe? OH QUE NON. Les gens du FME ont pensé à nous, on les remercie. A Place To Bury Strangers sera là pour un concert! Ça fait tout un voyagement pour arriver là.


 

Parmi les autres participants, le barde Louis-Philippe Gingras sera à la maison, Julien Sagot, The Franklin Electric, Zen Bamboo, Elephant Stone, Chocolat et Bloodshot Bill. Les Français d’AeroBrasil, le chanteur américain Deke Dickerson et les Floridiens The WildTones. N’oublions pas non plus Pierre Flynn!

Saturday night’s alright for fighting

Mon Doux Saigneur est l’une des sorties attendues de l’automne et ça se passe à Rouyn-Noranda! On a très hâte. On y verra aussi Antoine Corriveau, Kroy, Saratoga, Betty Bonifassi et son magnifique projet Lomax, le duo montréalais I Shot Samo, le projet d’Adèle Trottier-Rivard : Le bleu,Raphaël Dénommé, Lubik et le groupe australien The Decline. Ce sera assez rock avec Barry Paquin Roberge, Les Dales Hawerchuk, les bruyants Belges d’It It Anita et Blood and Glass qui a lancé plus tôt cette année Punk Shadows.


 

Se bercer pour se remettre des abus

Si ton foie n’est plus capable le dimanche, tu pourras lui donner un peu de repos avec la douceur des chansons de Mat Vezio ou encore le piano imagé de Jean-Michel Blais. Si par contre, t’as toujours envie de danser, Le Couleur sera sur place tout comme Klô Pelgag et ses chansons magnifiques. N’oublions pas le charmant Matt Holubowski, ANEMONE ou les bruyants de HOAN.

Ce sera aussi le soir du métal avec le groupe suédois Marduk! Ils seront précédés d’Incantation et Abysmal Dawn. Ça risque d’être lourd en ti-pépère.

Une autre édition qui nous donne l’eau aux oreilles (euh… ça se dit-tu?). Prépare-toi Rouyn-Noranda, le Canal s’en vient pour célébrer la musique encore une fois. On se voit au bar des chums!

http://www.fmeat.org/

La longue liste du prix Polaris 2017

Voilà, c’est fait, on sait maintenant qui sont en nominations dans la longue liste du prix Polaris. On dénote qu’on retrouve 7 albums francophones en nomination : Alaclair Ensemble, Philippe B, Chocolat, Antoine Corriveau, Le Couleur, Klô Plegag et Peter Peter. S’ajoutent à cela d’autres Québécois qui chantent dans la langue de Shakespeare : Leif Vollebekk, feu Leonard Cohen, Geoffroy et Lisa Leblanc (qui habite à Montréal depuis quelques années même si elle est acadienne). Et finalement, Marie Davidson qui trempe dans les deux langues, mais fait surtout de la musique instrumentale électronique très intéressante.

Pour la suite des choses, le 13 juillet prochain sera annoncée la courte liste. Puis, le 18 septembre prochain aura lieu le gala à Toronto. Voici la liste complète des sélectionnées :

A Tribe Called Red – We Are The Halluci Nation
Alaclair Ensemble – Les Frères Cueilleurs
Anciients – Voice of the Void
Arkells – Morning Report
Philippe B – La grande nuit vidéo
BADBADNOTGOOD – IV
Louise Burns – Young Mopes
Chocolat – Rencontrer Looloo
Clairmont The Second – Quest For Milk and Honey
Leonard Cohen – You Want It Darker
Antoine Corriveau – Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s’arrêter
Le Couleur – P.O.P.
Marie Davidson – Adieux Au Dancefloor
Mac Demarco – This Old Dog
Gord Downie – Secret Path
Drake – More Life
Feist – Pleasure
Figure Walking – The Big Other
Fiver – Audible Songs From Rockwood
Geoffroy – Coastline
Hannah Georgas – For Evelyn
Japandroids – Near To The Wild Heart Of Life
Carly Rae Jepsen – E.MO.TION Side B
B.A. Johnston – Gremlins III
Lisa LeBlanc – Why You Wanna Leave, Runaway Queen?
The New Pornographers – Whiteout Conditions
Klô Pelgag – L’Étoile thoracique
Peter Peter – Noir Éden
Lido Pimienta – La Papessa
Jessie Reyez – Kiddo
Daniel Romano – Modern Pressure
The Sadies – Northern Passages
John K. Samson – Winter Wheat
Tanya Tagaq – Retribution
The Tragically Hip – Man Machine Poem
TUNS – TUNS
Leif Vollebekk – Twin Solitude
Weaves – Weaves
The Weeknd – Starboy
Charlotte Day Wilson – CDW

http://polarismusicprize.ca/fr/