Chroniques

Top 50 albums 2019 (25 à 1)

C’est notre moment préféré de l’année. Après que tous les collaborateurs aient donné leur opinion, voici qu’on vous propose notre top 50 de l’année. Voici les 25 premières positions! Bonne lecture et surtout bonne écoute!

25. Patrick Watson — Wave

« Une réalité torturée, au cours des quatre dernières années, par le décès de la mère de Patrick Watson, puis par la séparation d’avec sa compagne. De plus, Robbie Kuster, le batteur l’accompagnant depuis ses débuts, a quitté le groupe. Cette période trouble imprègne ainsi Wave, amenant le chanteur à signer son album le plus personnel jusqu’ici. » — G. Vignola

Lire la critique

24. Kim Gordon — No Home Record

« Les inconditionnels de Sonic Youth s’y retrouveront dans Air BnB et la pièce de résistance de ce disque est sans contredit Cookie Butter : une sorte de drum’n’bass qui s’embrase à la toute fin grâce à un magma de guitares saturées.

No Home Record est plus qu’un bon « disque de vétéran ». C’est une œuvre électro-rock inventive, juste assez fédératrice, et parfaitement ancrée dans le 21e siècle. » — S. Deslauriers

Lire la critique

23. Purple Mountains — Purple Mountains

« Si vous aimez la mélancolie et la sincérité de Townes Van Zandt, la poésie sardonique de Bob Dylan et la voix inharmonieuse de Lou Reed, vous tomberez sous le charme de Purple Mountains. De l’Americana sous tranquillisant, magnifiquement triste et indolent. » — S. Deslauriers 

RIP David Berman

Pour lire la critique

22. Brittany Howard — Jaime

« Jaime est un très bon premier album solo. C’est un ouvrage très ambitieux qui insuffle plusieurs genres. On ne peut nier tout le travail exécuté par Brittany Howard sur ce projet ainsi que toute sa passion d’aller de l’avant, dans la forme comme dans le fond. C’est un labour of love à terme dont elle peut être fière. » — M. Edmond-Briffault

Lire la critique

21. Dominique Fils-Aimé — Stay Tuned!

« La voix de Dominique Fils-Aimé sied très bien à cet album. La façon d’enregistrer donne l’impression qu’on est tout près d’elle. Sa voix est très douce sans être affectée. Elle réussit à créer un sentiment d’intimité. On ressent toute la puissance de son propos de l’intérieur. » — R. Saintus-Hyppolite

Lire la critique

Sharon Van Etten — Remind Me Tomorrow

« Si Are We There plébiscitait Sharon Van Etten en tant que chansonnière compétente, eh bien, Remind Me Tomorrow confirme qu’elle aura une longue, mais une très longue carrière. D’être en mesure de se remettre en question et de se transformer avec autant de pertinence, c’est signe qu’on a affaire ici à une grande artiste en devenir. » — S. Deslauriers

Lire la critique

19. Flore Laurentienne — Volume 1

« Flore Laurentienne est un projet aussi génial qu’ambitieux. Mariant son amour des synthétiseurs à celui des cordes, il propose une imposante création qui nous souffle dès les premières notes de la tonitruante Fleuve No.1. Ça part avec une puissance affirmée, des envolées contagieuses et un délai de plus en plus présent qui amène une bonne dose d’effet d’étrangeté à la pièce. » — LP Labrèche

Lire la critique

18. Big Thief — UFOF

« Pour U.F.O.F., on sent plutôt la liberté et l’exploration d’une intimité qui nous traverse. Le fait que le groupe a choisi d’enregistrer l’album dans un chalet en pleine nature nous donne un grand sentiment de proximité pendant l’écoute. Somme toute, on semble assister à l’émancipation d’un groupe désormais soudé, qui détient un fort désir de créativité duquel émane une œuvre à la fois brute, dense et complexe, un vrai OVNI. » — C. Goulet

Lire la critique

17. Siskiyou — Not Somewhere

« Siskiyou nous offre ici un album un peu difficile d’approche, qui nécessite plus d’une écoute pour en saisir toute la beauté. Il n’est pas nécessairement meilleur que Nervous mais témoigne d’une démarche différente, plus personnelle et peut-être plus profonde. Une musique d’une grande honnêteté et d’une vulnérabilité touchante. » — B. Coulombe

Lire la critique

16. Oh Sees — Face Stabber

« Il faut prêter l’oreille à cette sorte de « hard funk » intitulée The Experimenter, à cette valse aux accents jazz fusion titré Fu Xi, à cet intermède punk-garage nommé Gholü, à ce surf rock menaçant, S.S. Luker’s Mom, ainsi qu’à l’imparable riff introductif dans Together Tomorrow, pour prendre entièrement conscience que Oh Sees est actuellement le plus important « jam band » de la planète. » — S. Deslauriers

Lire la critique

Pages 1 | 2 | 3

1 commentaire

  1. Li-An, le 2019-12-17 à 09:08

    Ah oui, Lana del Rey quand même. Bon, ce n’est pas ma tasse de thé froid.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.