Aidan Knight - Each Other - Le Canal Auditif

Aidan Knight – Each Other

Aidan KnightTroisième album d’Aidan Knight, Each Other propose sa part de mélodie réconfortante et son lot de surprises. Celui qu’on connaissait pour une facture surtout folk s’est entouré cette fois de claviers et de synthétiseurs, sans non plus effectuer un virage total. La dose d’électronique, bien calibrée, ajoute à la profondeur des pièces, dans un esprit de continuité.

Tout au long de l’album, la voix d’Aidan Knight a conservé sa chaleur et sa nonchalance, mais les enregistrements musicaux ont gagné en force, rappelant tantôt Grizzly Bear, tantôt Andrew Bird (surtout sur The Arp).

Originaire de la magnifique ville de Victoria, en Colombie-Britannique, Aidan Knight s’est fait connaître avec Versicolour en 2010, mais surtout grâce à Small Reveal en 2012. Pour Each Other, Aidan Knight a fait appel à ses fidèles collaborateurs: Olivier Clements (bugle [aussi appelé flügelhorn], synthés, vibraphone, piano), Colin Nealis (basse, moog, ms-20, piano) et David Barry (percussions). S’ajoute à l’équipe la sœur d’Aidan, Julia Knight (vibraphone, synthés), dont la voix délicate se fait entendre entre autres sur Funeral Singers. Each Other a commencé à être enregistré en 2014 au studio Bathouse, à Kingston. L’album a été produit par Marcus Paquin (The National, Local Natives, Stars) et mixé par Mathieu Parisien (Patrick Watson, Karkwa). Une équipe bien canadienne, donc.

Les pièces sur Each Other s’enchaînent sans redondance. De la courte rengaine d’une minute trente à la pièce à long développement sur presque huit minutes, Aidan Knight se réinvente, sans nécessairement innover. Ça reste très réconfortant, familier.

Sans contredit, la pièce phare de l’album est aussi la pièce titre et morceau d’ouverture, Each Other. Chamber pop à souhait, complexe, mais accrocheuse, à elle seule, Each Other vaut l’écoute de l’album. Aidan Knight y parle de la naissance du fils d’un ami, un moment touchant, «crying on each other shoulder/when they know you/really really know you». Une ode à l’amitié.

Dans The Arp, on brûle plutôt les souvenirs pour mieux relancer sa vie sur un sept minutes en build-up.

St. Christina, petite balade acoustique, raconte l’histoire d’une femme en peine d’amour qui lit jusqu’à en avoir les yeux rouges, d’une façon poétique et romantique: «what heartbreak/means to all in the end/a tear in the fabric/you see a small light through it». Suit You Are Not Here rappelle un brin Sufjan Stevens par son utilisation des cuivres et des claviers. Black Dream clôt l’album avec un rappel des albums précédents avec un son moins léché.

Au final, l’album est un brin trop court, après presque quatre ans d’attente, mais les huit pièces brillent. Aidan Knight démontre qu’il sait évoluer comme musicien et parolier. Ça donne hâte à une suite.

Ma note: 8/10

Aidan Knight
Each Other
Outside Music/Full Time Hobby
34 minutes

http://aidanknight.com/

Exprimez-vous!

*