Stars - No One Is Lost - Le Canal Auditif

Stars – No One Is Lost

artworks-000089887351-yfztqk-t500x500En 2012, on avait rédigé la critique de l’album de Stars intitulé The North: un album décent sur lequel on voyait la formation menée par le duo Amy Millan et Torquill Campbell prendre une tournure électro-pop 80. Stars est de retour cette semaine avec son septième album studio titré No One Is Lost. Après la pop guitaristique des débuts, les ballades orchestrales et le virage électro-pop, que nous réserve le quintette montréalais?

Enregistré dans une boîte de nuit de Montréal, réalisé par le DJ et producteur américain Porter Robinson (Zedd, Skrillex), Stars intensifie la mouvance synthétique amorcée avec The North sans toutefois perdre en cours de route la démarche pop-rock à la The New Pronographers que le groupe a toujours su insuffler à sa musique. Stars oscille entre ces deux pôles tout au long de cette production… mais c’est l’écriture chansonnière convenable présentée par Millan et Campbell qui sauve ce No One Is Lost d’un complet naufrage.

Tout au long de cette conception sonore, vous entendrez un alliage de soft-rock, de pop-rock, d’électro-pop 80 agrémenté de sonorités issues de la musique disco. On pense entre autres à l’entrée en matière, From The Night, qui fait penser au simple Reflektor d’Arcade Fire. Amateurs de déhanchement de postérieur, vous serez servis! Dans le même ordre d’idée, Stars nous gratifie de deux morceaux artificiels/bancals: This Is The Last et You Keep Coming Up.

Survient alors la frémissante Turn It Up. Superbe chanson fédératrice d’Amy Millan qui se situe dans un registre pop-rock tout à fait acceptable. Jusqu’à la fin de ce No One Is Lost, Stars alternera entre bonne fortune et déception… et c’est bien là le problème avec Stars. Voilà un groupe dont on ne peut reprocher le manque de constance, mais qui n’épatera jamais la galerie. Pourquoi? Depuis trop longtemps prisonnier d’une formule musicale somme toute conventionnelle, Stars n’arrive jamais à s’extirper de ses tiques musicaux.

Cependant, Millan et Campbell réussissent à garder la tête hors de l’eau grâce à quelques ritournelles valables: la mélancolique What Is To Be Done, la franchement Metric nommée Are You Ok?, l’orchestrale The Stranger et dans un répertoire factice, on peut affirmer que la conclusive aux effluves disco No One Is Lost est à la hauteur. En contrepartie, on a dû mettre des bouchons sur nos deux oreilles lors de la deuxième audition des cuivres springsteeniens de Trap Door ainsi qu’à l’écoute de la mièvre et soporifique Look Away… d’un conservatisme musical navrant.

Alors voilà! Un autre disque de Stars au compteur qui, sans être imbuvable, nous procure très peu de bouleversements émotifs (à part peut-être Turn It Up). Stars est conduit par deux compositeurs pop de haut niveau, mais peut-être qu’une mise à mort de la formation serait souhaitable afin que Millan et Campbell puissent à nouveau prendre leur envol avec un entourage dépoussiéré.

Ma note: 5,5/10

Stars
No One Is Lost
ATO Records
50 minutes

www.youarestars.com/home/

Exprimez-vous!

*