Peter Matthew Bauer - Liberation! - Le Canal Auditif

Peter Matthew Bauer – Liberation!

PrintPeter Matthew Bauer, le multi-instrumentiste, chanteur et songwriter (mieux connu en tant que bassiste de la formation en pause indéterminée nommée The Walkmen) faisait paraître à la fin juin son premier album solo titré Liberation! Après Hamilton Leithauser, qui a présenté récemment le très solide Black Hours, voilà un autre membre des Walkmen qui met sur le marché une galette… ce qui signifie probablement le chant du cygne officiel de la formation.

Pourquoi? Parce que les références à la rédemption, au lâcher-prise, à l’espoir d’un renouveau sont multiples sur cette création de Peter Matthew Bauer. Le message est particulièrement clair sur le morceau d’ouverture, I Was Born In An Ashram, où l’on entend ad nauseam un chœur infantile qui fredonne un «Let’s leave it behind!» bien senti. Les fervents des Walkmen se retrouveront en terrain connu, car ce que prodigue Bauer patauge dans les mêmes eaux sonores que la quasi défunte formation… c’est même un tantinet plus rock!

On y entend un alliage de percussions tribales combinées à un jeu de batterie minimaliste, des orgues/claviers aux accents psychédéliques, des guitares velvetiennes/surf et un mélodiste étonnant qui fait parfois penser à son ex-acolyte, mais également à Marty Wilson-Piper du séculaire groupe The Church; les mélomanes d’un certain âge sauront reconnaître l’ascendant vocal évoqué.

Et le résultat? C’est un très bon disque qui sera apprécié par l’amateur de rock lumineux et astucieux. Bauer nous prescrit une première sortie plus immédiate et moins orchestrée que celle de Leithauser, mais qui est tout aussi captivante, car les chansons sont tout simplement au rendez-vous. À l’écoute de ce Liberation!, le mélomane attentif fera assurément le même constat que votre modeste et dévoué scribe. Lequel? Et bien, on découvre assez rapidement que Peter Matthew Bauer en menait assez large musicalement parlant tant ce qui est offert sur ce solo ressemble éloquemment au travail des Walkmen.

Autre constat: même si on déplore la dissolution subite du groupe new-yorkais, les membres créatifs/actifs restants font manifestement la preuve, avec leurs parutions respectives, de leur grand talent, mais surtout, de leur grande pertinence. Bauer expose plusieurs tableaux sonores de grande qualité: la fédératrice Latin American Ficciones, l’intro dépouillée qui se transmute en un folk pop psyché à la The War On Drugs titrée Philadelphia Raga, la très Brian Jonestown Massacre titrée Shiva The Destroyer, le petit penchant rythmique antillais sur Liberation!, la mixture Walkmen/Jesus And Mary Chain animant Irish Wake In Varanasi (For Big Pete Devlin) de même que l’émouvante You Are The Chapel qui détient un petit quelque chose de Broken Social Scene sont les pièces de résistance de cette production.

Si vous aimez le Velvet Underground, les Strokes, The Brian Jonestown Massacre et surtout, si vous étiez un fanatique des Walkmen, vous saurez affectionner ce premier jet de Peter Matthew Bauer. Simple et foisonnant à la fois, accessible et recherché simultanément, ce Liberation! peut aisément se hisser aux côtés du dernier Hamilton Leithauser et fait la preuve que les Walkmen étaient (?) un quintette tout simplement remarquable.

Ma note: 8/10

Peter Matthew Bauer
Liberation!
Mexican Summer
41 minutes

www.mexicansummer.com/shop/peter-matthew-bauer-liberation/

Exprimez-vous!

*