Critique : Geoffroy - Coastline - Le Canal Auditif

Critique : Geoffroy – Coastline

Geoffroy Sauvé est un autre artiste qui s’est d’abord fait connaître pour son passage à La Voix. Parce qu’il faut le dire, même si ces émissions faites sur mesure pour plaire à un public matantisé, certains bons interprètes s’y font remarquer. On peut penser à Charlotte Cardin, Matt Holubowski et Laurence Castera. Geoffroy est sans doute le premier de qui nous avons parlé. Il avait fait paraître un EP bien intéressant en 2015, Soaked in Gold, sous la bannière Bonsound. Près d’un an et demi plus tard, il nous arrive avec un album complet.

Le jeune homme fait dans l’électro-pop R&B, puisant ses influences chez Sohn, Chet Faker et plus près de nous Kroy et Milk & Bone. Sa livraison est beaucoup plus pop et généralement conservatrice dans sa construction de chanson. Par contre, le son lui est rafraîchissant et très efficace. Inspiré par ses voyages, Geoffroy nous donne souvent l’envie de tout lâcher pour aller explorer les contrées de la terre que nous n’avons jamais vues sur Coastline.

Ses airs sont mélodieux à l’os et intoxicants à souhait. Il est difficile de rester de marbre devant Sleeping on My Own et son refrain velouté. C’est forgé dans le même tissu que les gros succès américains de la dernière année. Il est difficile de ne pas tracer un parallèle avec DJ Snake, Major Lazer et Diplo qui nous ont offert Lean On. Trouble Child a des petits accents de groupes anglais tels que Breton et Foals, mais sans le côté éclaté des compositions.

On trouve sur Coastline, une très appréciable collaboration avec Fjord intitulé As Long. C’est l’une des chansons qui ressort résolument du lot. On trouve aussi une collaboration avec Men I Trust qui respire le « cool » à plein nez. Dans Pusherman, Geoffroy s’attaque un à un style un peu plus funk et ça lui va bien. C’est groovy et rythmé. Raised By the Wolves est aussi plutôt efficace avec sa trame dynamique et poignante.

Dans l’ensemble Coastline est un pop album d’electro-pop. Son principal défaut est ses constructions conservatrices des chansons qui gardent pour la plupart la bonne vieille formule couplet-refrain-couplet-refran-bridge-refrain. Par contre, même avec ce petit désagrément, ça reste un album qui amène un vent de fraîcheur sur la pop québécoise. Gageons qu’on entendra encore longtemps parler de Geoffroy, avec raison! Et puis, pour le moment ça donne envie de vivre de nouvelles aventures et de voyager à l’autre bout du monde.

Ma note: 7,5/10

Geoffroy
Coastline
Bonsound
41 minutes

http://www.bonsound.com/fr/artiste/geoffroy/

Exprimez-vous!

*