Milk & Bone - Little Mourning - Le Canal Auditif

Milk & Bone – Little Mourning

Milk & BoneTu cherchais une nouvelle musique sexy? Tu étais en manque de sensualité? Tu vas être ravi par Milk & Bone. Tu vas devoir aussi remercier Misteur Valaire. Sur Bellevue, le combo électro-jazz-pop-swing-la-baquaisse-dans-le-fond-d’la-boîte-à-bois a demandé à Camille Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne d’unir leurs voix sur Known By Sight. La première étant connue aussi sous le nom de scène Kroy et comme choriste de David Giguère, alors que la seconde traîne avec Alex Nevsky et Les Soeurs Boulay. Ce qui devait arriver, arriva. Coup de foudre. Les deux demoiselles se mettent à composer ensemble et Milk & Bone est né.

Il faut remercier Misteur Valaire parce qu’à l’écoute de Little Mourning, on est bien content qu’ils aient eu la présence d’esprit de réunir ces deux voix. L’été dernier, le duo nous avait déjà présenté la suave Coconut Water, mais surtout la mélancolique, poignante et sensuelle New York. Les deux pièces avaient déjà placé Milk & Bone dans la lignée du groupe anglais The XX, tout en sentant que les demoiselles avaient écouter du James Blake et en avaient gardé les côtés plus R&B, en larguant le côté expérimental.

Little Mourning comporte huit pièces qui sont tout à fait sensuelles, tout à fait accrocheuses saupoudrées d’une bonne couche d’émotion à fleur de peau. Le tandem montréalais démontre qu’il est beaucoup plus varié dans les compositions que leurs cousins anglais. Des pièces comme X viennent appuyer ce point, alors que les demoiselles, accompagnées d’un piano, nous offrent en simplicité et nuancent une mélodie bien appréciable. Et puis, parlons des harmonies vocales qui sont tout simplement jouissives. Du début à la fin, les voix des jeunes femmes s’entremêlent, s’unissent, se désunissent et se complètent à merveille.

Lafond-Beaulne et Poliquin font aussi un bon coup avec Tomodachi sur laquelle Terrell Morris vient coucher quelques rimes. Celui-ci fait une apparition honnête alors que la trame, construite avec un violon, une grosse basse et une boîte à rythmes, fait très bien la job. De son côté, le premier simple, Pressure est tout simplement cool. Il n’y a pas de meilleur adjectif pour décrire l’intoxicante ritournelle.

On peut tout de même faire un reproche aux girls. Little Mourning est un peu mince. Vingt-neuf minutes pour un album de punk hardcore, ça passe. En pop, ça laisse sur sa faim. Parfois, on a même l’impression que les deux demoiselles l’ont fait simplement pour se faire désirer l’une et l’autre encore plus. Si c’était le but… et bien c’est réussi! On en veut plus!

*Le lancement d’album aura lieu le 17 mars prochain au centre Phi et c’est gratuit.

Ma note: 8/10

Milk & Bone
Little Mourning
Bonsound
29 minutes

http://milkandbone.mu/

Exprimez-vous!

*