Breton - War Room Stories - Le Canal Auditif

Breton – War Room Stories

1507-1En 2012, Breton avait fait paraître l’excellent Other People’s Problems qui s’était hissé d’ailleurs dans le top 20 de quelques-uns des collaborateurs du Canal Auditif. Voilà que le quintette anglais, figure de proue du renouveau indie-pop british, arrive avec son deuxième long jeu titré War Room Stories. Pour cet enregistrement, les jeunes hommes se sont retrouvés à Berlin dans un ancien studio radiophonique datant de l’époque communiste. Pour ceux qui font tout eux-mêmes depuis les débuts, se retrouver au milieu d’un paquet d’équipement datant des années 50, à l’intérieur d’un lieu possédant une acoustique incroyable, devait tenir d’un fantasme devenu réalité.

D’ailleurs, le groupe voulait porter particulièrement attention à traduire sur album l’électricité des prestations scéniques. À l’écoute du premier morceau de War Room Stories, titré Envy, il n’y a pas de doutes, ils ont réussi… et ils ont aussi écouté du Foals dans les derniers mois. On sent l’influence dans le groove et dans les sonorités présentes sur ce premier morceau. Ce nouvel album nous fait aussi découvrir les talents du batteur du groupe qui possède un jeu de charleston particulièrement intéressant. Cela permet à Breton d’y aller de quelques ritournelles aux influences disco-punk dont l’accrocheuse Search Party.

Ceux qui avaient particulièrement accroché sur les sonorités présentes sur la galette précédente du groupe seront contents d’y trouver Legs & Arm qui nous ramène en terrain connu. On retrouve sur War Room Stories aussi la pièce Get Well Soon qui fait état du goût des jeunes Anglais pour l’électro. Parmi les pièces marquantes de ce deuxième album, S4 sort du lot par son atmosphère tendue tirant vers une angoisse confirmée par les seules paroles de Roman Rappak, répétées en boucle: «How would I be in two places at once /And how would I drag myself out from there».

Breton débarque avec une nouvelle galette tout aussi, sinon plus forte qu’Other People’s Problems. On sent que le groupe n’est pas près de faire du surplace alors qu’ils nous surprennent avec de nouvelles sonorités jusqu’ici inexplorées. Il faut noter le travail sonore sur Brothers comme un parfait exemple de leur capacité à composer des trames riches et originales. Un groupe à découvrir si ce n’est pas encore fait, car c’est franchement excellent.

Ma note : 8.5/10

Breton
War Room Stories
Cut Tooth/Believe Records
41 minutes

www.bretonlabs.com

Exprimez-vous!

*