Concerts

Les francouvertes 2017 : soirée #4

Attention, nous sommes rendus aux choses sérieuses. Avec la quatrième soirée des Francouvertes qui était à nos portes, nous devions nous rendre à l’évidence : tout le monde n’irait pas en demi-finale. C’est cruel, mais nécessaire. C’est comme dans la jungle, toutes les gazelles n’auront pas le luxe de ne pas être attrapées par une lionne. Tout le monde sait que les lions eux se prélassent pendant ce temps — là. Mais trêve de discours philosphico-fémino-antropomorphe, jasons de cette nouvelle soirée des Francouvertes qui mettait en vedette Kyra Shaughnessy, Les Louanges et Van Carton précédés de Joëlle St-Pierre, l’ex de la soirée.

Cette dernière jouait en solo des chansons tirées de son premier album et une nouvelle chanson non endisquée, mais qu’elle avait déjà cassée devant public. St-Pierre est une maîtresse dans l’art de faire fermer les grandes trappes. Le Lion d’Or a été silencieux et attentif pendant ses quatre chansons comme on le voit rarement. Peut-être est-ce son charme naturel, sa voix douce et son vibraphone? Avec une aisance indéniable, la jeune femme a ensorcelé la salle. Un sentiment très clair s’est inscrit en moi à ce moment, Joëlle St-Pierre aurait été une célébrité énorme à l’époque des pianos-bars. Tout dans son interprétation suggère le velours des soirées de scotch et l’intimité de la pénombre des chandelles.

Puis, c’était au tout de Kyra Shaughnessy de nous présenter ses pièces. La jeune femme compte sur Mat Vezio à la batterie, une violoncelliste et une jeune femme qui joue de la kora, une harpe-luth mandingue qui provient d’Afrique. Le résultat est doux et mélodieux, mais manque un peu de panache. Ses chansons inscrites dans la longue tradition folk, ne réussissent pas à faire lever le gâteau. Par contre, son avant-dernière chanson, où elle chante avec seulement un peu de percussions sur un rythme qui rappelle certains chants des premières nations, frappait dans le mille. J’aurais pris plusieurs pièces atypiques de la sorte.

Le suivant à se présenter au bâton était Les Louanges. Le projet de Vincent Roberge rappelle beaucoup la vague Mac DeMarco /Homeshake avec son indie-rock aux accents soul. Par contre, Roberge va plus loin en injectant beaucoup d’âme dans sa voix. C’est beau, c’est touchant et diablement efficace. Il nous a livré les pièces de son EP Le Mercure paru il y a un an avec un aplomb et une aisance déconcertante. Ses interventions étaient délicieuses même si elles avaient tendance à s’étirer un tout petit peu. Son approche décousue, mais totalement en contrôle est charmante et authentique.

Finalement, c’est Van Carton qui prenait la scène pour présenter les chansons de son EP La saison. Guillaume Monette (3 gars su’l sofa) fait quelque chose de très différent en solo et on aime! Musicalement, c’était du solide bien qu’il y avait quelques ratées au niveau de la voix. Chien blanc et Tu cries étaient exécutées à merveilles et très plaisantes pour les oreilles. Il faut dire que le jeune homme est bien entouré avec Félix Petit (Bellflower, ex-Les Guerres d’l’Amour, FELP), Jérémi Roy (Chienvoler), Amélie Mandeville et William Côté (Bellflower).

Et le palmarès dans tout ça? À l’issue de cette 4e soirée des Francouvertes, voici ceux qui sont toujours en lice pour les demies-finales :

9- Projet Coyote
8- Juste Robert
7 – Mélanie Venditti
6 – Antoine Lachance
5 – Shawn Jobin
4 – Van Carton
3 – Valery Vaughn
2 – Les Louanges
1 – Vulvets

On se voit la semaine prochaine pour la cinquième soirée qui mettra en vedette : MCC, Lydia Képinski et Étienne Fletcher. À lundi prochain!

http://francouvertes.com/

http://www.kyrashaughnessy.com/

https://leslouanges.bandcamp.com/

https://vancartonmontreal.bandcamp.com/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.