Les EP d'avril 2016 - Le Canal Auditif

Les EP d’avril 2016

SOLIDS – ELSE

a3008113266_2On a droit à tout un mois pour ce qui est des maxis. Celui en tête de liste n’est nul autre que le retour de la formation Solids qui nous partage quatre nouvelles chansons sur Else. Pour cet enregistrement, le duo est devenu trio en ajoutant le très capable Guillaume Chiasson (Ponctuation, Jesuslesfilles) au mélange. Else est un peu plus dissonant que Blame Confusion et nous rappelle encore plus les meilleurs moments de Dinosaur Jr. Vraiment, c’est un EP à vous mettre dans les oreilles. Du bonbon.
 
 


 
 

LOUD LARY AJUST – ONDULÉ

a3898773149_10Le trio de rap a frappé un grand coup en 2014 avec la sortie du très réussi Blue Volvo. Un buzz s’est formé autour des trois Montréalais qui ne s’est jamais tu. Voici qu’après un an et demi, les garçons nous reviennent avec cinq nouvelles chansons. On reconnaît les influences contemporaines du rap américain, passant de Drake à Vince Staples. Clay Davis qui ouvre la marche est particulièrement réussi et compte à la fois sur une prose habile, un débit impressionnant et une mélodie qui reste prise dans les neurones.
 
 


 
 

LE HUSKY – ÉCHEC ÉROS

a3658926457_10Le Husky est de retour, cinq ans après la sortie de La Fuite, avec un mini-album intitulé Échec Éros. Yannick Duguay n’a pas perdu la main et nous offre cinq pièces de pop un peu rock et tout à fait plaisantes pour les oreilles. La groovy Les Chiens accroche rapidement l’oreille, la mélancolique et voluptueuse Dans la neige nous rappelle le jeune Yann Perreau, Les Chars me rentrent dedans est aussi très réussie avec sa poésie surprenante. Échec Éros valait les cinq années d’attente.
 


 

LES GUERRES D’L’AMOUR – J’TE VEUX GRAVE

a2163612412_10Les Guerres d’l’Amour reviennent avec un nouvel EP. Après le très appréciable Unisexe, le groupe a participé aux Francouvertes en 2015 en plus d’apparaître plusieurs fois sur scène. Voici qu’ils nous offrent quatre nouvelles chansons qui gardent toujours leur approche funk à l’os, mais qui fait plus de place aux synthétiseurs qui portent des sonorités décidément eighties. Notons la chanson-titre qui est délicieuse pour les oreilles et ChAuD CoMme La LaVe qui donne envie de se shaker le popotin dans son salon/chambre/rue devant les passants.
 
 


 
 

COM TRUISE – SILICON TARE

artworks-000150044371-84pwox-t500x500Com Truise affectionne particulièrement le cosmos et c’est là qu’il nous amène encore une fois sur Silicon Tare. On retrouve sur ce nouveau maxi la suite logique à son album In Decay paru en 2012. L’amateur du projet de Seth Haley ne sera pas désorienté par ce qu’il nous propose sur la nouvelle galette. Diffraction se fait plutôt dansante alors que Du Zirconia est légèrement plus. Les rythmes sont toujours très contagieux et Truise offre des trames qui évoquent les néons des années 80 à tous coups.
 


 

BABY IN VAIN – FOR THE KIDS EP

BABY-IN-VAIN_For-The-Kids-EP_1500x1500_300dpi_2048x2048Le trio danois Baby In Vain s’en vient conquérir l’Amérique grâce à leur signature avec Partisan Records. Pour amorcer cette invasion, le trio composé de Lola Hammerich, Benedicte Pierleoni et Andrea Thuesen, lance le mini-album For The Kids. Et mes amis, c’est du solide. La bande toute féminine nous offre un grunge-blues bruyant et inspiré. Martha’s View possède une mélodie mélancolique et languissante, Muscles montre le côté plus lourd du trio alors que Jesus Freaks montre leurs habiletés à faire du bruit.
 


 

MARIE-CLAIRE – SCAPHANDRE

a3711796841_10Marie-Claire, c’est un peu la rockeuse glauque de Sudbury. La jeune femme, qu’on a pu voir aux Francouvertes cette année, fait paraître Scaphandre un maxi qui marque un nouveau départ. En plus de sentir que la jeune femme possède une direction claire, elle s’est bien entourée pour l’enregistrement. Joseph Marchand, Philippe Brault, Samuel Joly et Guido Del Fabbro font tous partie de la bande. Comme on peut s’y attendre, le résultat est bien réussi. Vous trouverez sur Scaphandre un rock yé-yé dénué d’agressivité, mais avec beaucoup de noirceur.
 
 


 

BERMUDES – FILLES ALLÉGORIQUES

a1882018157_10La formation Bermudes commence à faire ses dents sur la scène locale. Depuis quelques mois, la formation offre des spectacles et après quelques modifications, voici qu’elle nous envoie de la musique à se mettre dans les oreilles. Le maxi Filles allégoriques nous fait découvrir la bande qui propose un indie-rock mixant des influences punk et d’autres plus nineties comme Indochine. Le mélange est réussi, on sent que la personnalité musicale du quatuor est déjà bien établie. La descente, Filles allégoriques et Animal devrait vous convaincre de leur donner plus d’une «spin».
 
 


 

LES LOUANGES – LE MERCURE

a1559535278_10Il y a deux semaines environ, je me suis rendu dans la Vieille Capitale et j’ai été prendre une petite bière avec les collègues Jean-Simon Fabien et Marie-Ève Muller. Juste avant d’aller attraper un autobus, la deuxième m’a dit: «T’écouteras Les Louanges, je pense que tu vas aimer». Elle n’avait pas tort. Le groupe indie-rock atmosphérique incorpore dans sa musique des influences allant de Mac DeMarco à Karkwa. Cela ne veut pas dire qu’ils ne s’énervent pas le poil des jambes à l’occasion comme le démontre La bombe Atomichaëlle. Bref, c’est sympathique et ça se prend très bien.
 
 


 

WILLIS EARL BEAL – THROUGH THE DARK

willisearlbealthroughthedarkepartworkVous vous souvenez de Willis Earl Beal qui avait fait belle figure avec son album Nobody Knows il y a deux ans? Eh bien, le barde est de retour avec un EP intitulé Through The Dark. Fidèle à son habitude, on y retrouve un blues champ gauche qui n’hésite pas à plonger dans la marginalité et les côtés plus sombres de l’être humain. La chanson-titre de l’album raconte d’ailleurs l’errance d’un sans-abri au cœur de Portland, la ville «hipsterienne» par excellence. Le maxi est aussi étrange qu’intéressant et à certains moments Beal nous tient avec un air accrocheur et ne nous lâche plus.


 

Exprimez-vous!

*