Little Scream - Cult Following - Le Canal Auditif

Little Scream – Cult Following

Little ScreamLaurel Sprengelmeyer est né aux États-Unis, mais réside à Montréal depuis un bon bout de temps. La jeune femme possède une voix assez haute perchée et très mélodieuse. Il y a un petit quelque chose de la «blue-eyed soul» dans son approche, avec du funk, de l’indie-rock et du folk. On pense rapidement à Feist à l’écoute.

Cult Following est le deuxième album de la jeune femme et elle n’a pas raté sa chance. On y retrouve une pop efficace, directe, un peu baroque qui attaque de front, tout en ne dépassant pas la marque des 45 minutes. C’est sucré et accrocheur. Le genre de chansons qui vous donne envie de danser en préparant le souper (non, non, c’est une image comme ça… je n’ai pas dansé en coupant des légumes).

Love As A Weapon, premier simple qu’elle avait lancée pour promouvoir l’album, promettait une galette tout en groove et en airs intoxicants et c’est ce que Sprengelmeyer nous offre tout au long de l’album. Dark Dance donne encore des envies de dandinement alors que The Kissing coule doucement avec la participation de Richard Reed Parry (Arcade Fire, Bell Orchestre). Ce dernier est présent un peu partout sur Cult Following. Et il n’est pas seul. Sufjan Stevens vient faire son tour sur l’atmosphérique Goodbye Every Body. On retrouve aussi des participations de Sharon Van Etten, les frères Dessner (The National), Owen Pallett et Kip Malone de TV On The Radio.

On retrouve aussi la bien appréciable et mélodieuse Wreckage, la vaporeuse Silent Moon et la très Edward Sharpe And The Magnetic Zeros titrée Evan. Cette dernière ressemble à s’y méprendre à une chanson du groupe américain. Tout y est, le côté gospel folk, le crescendo constant, la mélodie vocale caractéristique. Vraiment, on dirait quasiment une reprise.

Cult Following est un album de pop bien appréciable qui ne s’étire pas plus qu’il ne faut et qui ne nous laisse jamais en plan avec des chansons surfaites. C’est accrocheur et lumineux, malgré le ton plus ou moins joyeux de l’album. Sprengelmeyer a puisé dans son expérience d’avoir grandi dans une famille de Témoins de Jéhovah afin d’écrire les textes de l’album. Le dogme y est décrit, abordé, mais aussi toutes les situations qui en découlent. Disons que ç’a inspiré un très bon album.

Ma note: 7,5/10

Little Scream
Cult Following
Merge Records
45 minutes

http://www.littlescream.com/

Exprimez-vous!

*