TV On The Radio - Seeds - Le Canal Auditif

TV On The Radio – Seeds

seedscover_sUne semaine après la sortie de Nine Type Of Light (2011), décédait le bassiste de la respectée formation TV On The Radio, Gerard Smith. Trois ans après ce triste incident, la formation originaire de Brooklyn revient avec un Seeds fortement teinté de mélancolie, mais aussi d’espoir. Un optimisme qui renaît après une longue traversée du désert et c’est ce qu’on retient à la fin de l’écoute de ce sixième album de TV On The Radio.

Même si on éprouve beaucoup d’empathie pour les membres de TV On The Radio, est-ce que cette catharsis exprimée en son et en mots est artistiquement à la hauteur des classiques du groupe (on pense entre autres au sublime Return To The Cookie Mountain paru en 2006)? Malgré le bon vouloir de la bande menée par Tunde Adibempe (voix) et David Sitek (guitare et réalisation), on croit que le meilleur est derrière le groupe. Pas un disque déplaisant, mais une impression d’entendre un album très «pilote automatique» se dégage à la fin de l’exercice.

Seeds est ponctué de quelques hauts, en début et en fin de parcours, mais surtout d’un enchaînement de morceaux assez ordinaires en milieu de course. En effet, de Test Pilot à Winter, TV On The Radio tombe dans un état comateux et prodigue un assemblage de chansons à tempo moyen, mélodiquement faibles, qui ont anesthésié votre exigent scribe. En contrepartie, ce Seeds fait amende honorable avec les efficaces (et très rock) Winter et Lazerray ainsi qu’avec la touchante Trouble en conclusion.

La véritable contrariété de cette production se situe au niveau de la même recette sonore présentée par le groupe depuis Dear Science (2008). L’aspect funk cadencé en moins (et qui était personnifié, semble-t-il, par l’apport musical de feu Smith) le groupe demeure dans sa zone confort coutumière exhibant toujours cet alliage de rock synthétique, un peu new-wave, lorgnant vers une indie pop astucieuse. Un disque qui tombe à plat par moment souffrant d’un manque de ferveur et de dynamisme.

Cela dit, puisque TV On The Radio est tout simplement incapable de réelle médiocrité, ce Seeds demeure quand même comestible. En plus des ritournelles énumérées précédemment, le désormais quatuor propose en introduction trois petits bijoux qui font la démonstration que les brooklynois sont encore en mesure d’atteindre certains sommets: la très Peter Gabriel titrée Quartz, la synth-pop Careful You, l’excellent refrain de Could You de même que le petit penchant new-wave évoqué sur Happy Idiot.

Au final, les adeptes de TV On The Radio sauront apprécier à sa juste valeur ce Seeds, même si on discerne une certaine répétitivité et une indéniable fatigue créative qui empêche cet album de s’élever plus haut. Est-ce le début de la fin pour TV On The Radio? Réponse au prochain épisode.

Ma note: 6/10

TV On The Radio
Seeds
Harvest Records
53 minutes

www.tvontheradioband.com

Exprimez-vous!

*