The Flaming Lips - With A Little Help From My Fwends - Le Canal Auditif

The Flaming Lips – With A Little Help From My Fwends

WithALittleHelpFromMyFwendsLes Flaming Lips faisaient paraître l’an dernier un album assez champ gauche intitulé The Terror et qui en a laissé plusieurs indifférents. Disons que le virage hermétique/narcotique de la formation menée par Wayne Coyne et Steven Drozd, (amorcé avec l’album Embryonic) a poussé au renoncement quelques adeptes qui appréciaient les Fearless Freaks en format plus accessible. En ce qui nous concerne, on a somme toute pris plaisir à écouter The Terror, sans être tétanisé par ce disque. On reconnaît humblement que le groupe résident d’Oklahoma City est en sérieuse perte de vitesse…

Toujours avec cette fâcheuse (et assez récente) manie de la part de Wayne Coyne de créer des pseudo battages médiatiques, on nous annonçait en grande pompe, au début de l’été, l’avènement prochain d’une relecture intégrale du classique beatlesque Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band. Le rejeton voit le jour cette semaine et se nomme With A Little Help From My Fwends. On se rappelle tous de l’exécrable exercice offert par la bande à Coyne lors du remake de Dark Side Of The Moon de Pink Floyd

Donc, les Flaming Lips invitent une tonne d’amis à participer à cette nouvelle mouture et pas les moindres: My Morning Jacket, J Mascis, The Autumn Defense, Julianna Barwick, Phantogram, Maynard James Keenan, Tegan And Sara, Foxygen, Moby ainsi que la nouvelle «amie» de Coyne, la bien nommée Miley Cyrus, pour ne nommer que ces pointures. Et ça donne quoi? Ça donne ce que ça donne mes chers amis. Voilà un disque où l’on a souvent l’impression que les artistes adhérents ont été laissés à eux-mêmes, sans grande supervision créative. Est-ce qu’on est surpris? Pas du tout, car les Lips sont dans une phase où la paresse et le manque de rigueur se côtoient sans gêne, offrant un «produit culturel» (expression qui nous répugne) assez inégal merci!

Pas nécessairement imbuvable, ce disque renferme quelques bons moments. Entre autres, l’interprétation réussie (surprise!) de Miley Cyrus dans Lucy In The Sky With Diamonds, With A Little Help From My Friends mettant en vedette The Autumn Defense est efficace et l’intervention sentie de Cyrus sur A Day In The Life offrent un peu de cohésion à une production qui en manque cruellement.

En contrepartie, on s’est sérieusement ennuyé sur une panoplie d’inutilités sonores. On fait référence surtout au quatuor indécodable suivant: Being For The Benefit Of Mr. Kite! (Maynard James Keenan), Within You Without You (Morgan Delt), When I’m Sixty-Four (Def Rain, Pitchwafuzz) et Lovely Rita (Tegan And Sara). Bref, une nouvelle version de Sgt. Pepper’s aussi inutile que bancal.

Sans blague, il faudrait que le tandem Coyne/Drozd cesse de se vautrer dans un délire psychédélique fautivement «arty» et entièrement fainéant afin de se remettre au travail studieusement. Peut-être pourrions-nous voir poindre à l’horizon un espoir quelconque? Du même souffle, on ne peut reprocher quoi que ce soit aux Flaming Lips quant à l’émancipation totale de tout encadrement qui brimerait leur liberté, mais force est d’admettre qu’on a l’impression d’entendre un groupe sur un déclin certain. La prochaine parution de compositions originales du groupe devrait répondre à certaines interrogations. Futile.

Ma note: 4,5/10

The Flaming Lips
With A Little Help From My Fwends
Warner Brothers
51 minutes

www.flaminglips.com

Commentaires

  1. Patrick Felton a écrit : :

    Merci pour cette critique! Difficile d’être plus clair… Vraiment, The Flaming Lips est devenu, à force de délires incompréhensibles et de choix artisitiques discutables, un groupe sans intérêt de mon côté!

Exprimez-vous!

*