Critique : The XX - I See You - Le Canal Auditif

Critique : The XX – I See You

Il y a quatre ans et demi déjà que Coexist, dernier album de The XX, est paru. À l’époque, Stéphane pointait judicieusement du doigt le manque de renouveau dont le groupe faisait preuve. On avait l’impression de réécouter une copie de leur première galette. Depuis, Jamie XX a fait paraître l’excellent In Colour qui comptait sur quelques contributions de Romy Madley-Croft et Oliver Sim. Il a même précisé que c’était un avant-goût de ce qui s’en viendrait sur le prochain album de la formation.

Jamie Smith ne disait pas n’importe quoi. I See You porte les stigmates de ses nouvelles expérimentations sonores. Cela a le bénéfice d’injecter une grande dose de lumière à la musique du groupe. The XX fait toujours un indie-rock assez émotif qui est taillé de toute pièce pour quiconque vit une crise existentielle, mais musicalement on n’est plus enfermé dans une recette unique. I See You est un album rafraîchissant qui offre autant des pièces mélancoliques que des airs entraînants.

Dangerous qui lance le bal est en soi une déclaration. Elle s’ouvre par une envolée de cuivres. Des cuivres qui reviendront pendant le refrain et habillent magnifiquement les mélodies du duo Sim-Madley-Croft. Les deux chanteurs de The XX sont toujours aussi excellents pour s’échanger la balle et se compléter. Ça continue dans la même veine avec la tout aussi succulente Say Something Loving. On remarque à quel point la démarche électronique de Jamie XX a pris de la place dans la façon de composer du groupe sur celle-ci. L’échantillon de Do You Feel It d’Alessi est placé judicieusement à quelques endroits dans la chanson. Il agit à titre de point de repère subtil, mais très efficace.

Les chansons très mélancoliques n’ont pas pour autant disparu du paysage musical de The XX. Performance est triste à s’ouvrir les veines avec son chant plaintif de Romy Madley-Croft qui est accompagné d’une guitare et d’une basse très simple et de quelques instruments à cordes. Test Me et son piano sobre fait aussi partie de cette catégorie. Cette fois-ci, les chansons particulièrement lourdes sont entrecoupées par des pièces plus rythmées. Cela empêche qu’on s’embourbe dans un nuage noir qui nous enlève toute envie d’écouter de la musique. On a maintenant des moments de répit comme l’excellent simple On Hold qui inspire le dandinement. Oui, on a maintenant envie de se brasser le popotin en écoutant du The XX. Gros changement, quand même.

I See You est une réussite totale pour The XX qui propose leur album le mieux équilibré de leur carrière. Ils ont réussi à s’affranchir d’une recette qui les castrait sans toutefois abandonner leur son pour autant. Un exploit qui n’est pas facile à faire. Résolument, nous sommes gâtés en ce mois de janvier.

Ma note : 8/10

The XX
I See You
Young Turks
40 minutes

http://thexx.info/rl/

Exprimez-vous!

*