Critiques

Trio BBQ + VoxA4

La liste de Noël

  • Rosemarie Records
  • 2018
  • 32 minutes
6,5

Chaque année, on termine la saison des critiques avec un album de Noël qui aborde cette musique qu’on a trop souvent entendue dans les haut-parleurs d’un centre d’achat de manière différente. Après le Silver & Gold de Sufjan Stevens, Gruau de Noël, Erasure, SIA, Sharon Jones & the Dap-Kings et She & Him, voici qu’on s’attarde à La liste de Noël du Trio BBQ et du VoxA4.

Le Trio BBQ est une formation de jazz manouche qui est régulièrement (et c’est le cas ici) accompagnée par le quatuor vocal VoxA4. On dit jazz manouche, mais vous pouvez tout de suite tasser les mauvais souvenirs des Lost Fingers qui vous remontent dans le gosier. On est heureusement ailleurs. Sur cet album, la formation revisite les grands succès du temps des fêtes majoritairement en français, mais fait aussi quelques incursions chez les grands classiques anglophones.

On va commencer avec les meilleurs coups La liste de Noël : une adaptation en français-s’il-vous-plaît de Somewhere In My Memory du film Home Alone! La formation nous livre aussi des chansons plus classiques comme Vive le vent qui prend ici quasiment des petits airs de soleil avec sa guitare joyeuse. Les arrangements de voix sont tout aussi réussis et dynamisent l’ensemble. C’est un peu le même cas pour J’ai vu maman embrasser le Père Noël qui jive en ti-pépère. C’est résolument le genre d’album qui s’écoute bien avec un petit verre de lait de poule agrémenté d’une larme (ou une bonne rasade, je ne suis pas votre mère) de cognac ou de rhum.

Le Trio BBQ et VoxA4 tournent ce spectacle depuis deux ans et ça paraît dans l’aisance entre les deux groupes qui se fondent en une seule et même formation. La symbiose est accomplie et bien dosée sur l’ensemble de La liste de Noël.

Bon, après les fleurs, le pot? Comme c’est un peu trop souvent le cas dans les albums de jazz grand public, il y a de nombreux moments où on a l’impression que les chanteurs s’écoutent et font de l’effet pour en faire plutôt que pour venir nous chercher les tripes. Oui, même pour de la musique de Noël, ça se peut. Noël blanc est un bon exemple, les voyelles étirées à n’en plus finir pendant une bonne partie ou encore Lettre à Papa Noël qui manque un peu de couleur. L’autre petite chose qui finit par jouer après le tympan est la recette qu’on décèle assez rapidement. On débute avec un arrangement de voix, les musiciens embarquent, les chanteurs cessent de chanter pour laisser les musiciens s’amuser et on finit ça en beauté. Une ou deux fois, ça va, mais à la longue, on voit clair dans la construction répétitive.

C’est un album bien intéressant de la part du Trio BBQ et du VoxA4 qui, on va se le dire, fait beaucoup mieux le Noël jazz que Frédéric de Grandpré! Un album à consommer sur le bord du feu de foyer avec une petite crème de menthe pendant les fêtes pour un maximum de chaleur.

 

2 commentaires

  1. Antoine, le 2018-12-27 à 15:38

    lait de poule “agrémenté” plutôt que “agrémenter” non?

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.