Critiques

Sia

Everyday Is Christmas

  • Warner Bros. Records
  • 2017
  • 36 minutes
6

C’est une tradition de Noël au Canal Auditif. Chaque année, on s’attaque à un album de Noël paru au courant de l’année à notre dernière journée de critiques. Cette année, nous avons jeté notre dévolu sur SIA après vous avoir parlé notamment de Sufjan Stevens, Gruau de Noël et Erasure. Est-ce qu’il y a sur Everyday Is Christmas de quoi se mettre dans l’esprit des fêtes?

Eh bien oui, en partie. Pour Everyday Is Christmas, l’autrice-compositrice-interprète SIA a fait de nouveau appel à Greg Kurstin, l’homme derrière les décevants albums des Foo Fighters et de Beck. Est-ce que je redoutais de peser sur « jouer »? Oui. Mais finalement, Kurstin est vraiment mieux quand il fait de la grosse pop commerciale. C’est quand il touche à n’importe quoi d’autre que ça donne envie rapidement de baisser le volume à 0. SIA prend aussi le pari de nous proposer de nouvelles chansons de Noël plutôt que de s’attaquer aux classiques. Audacieux.

Eh puis? Est-ce réussi comme pari? En partie. C’est toujours difficile de lancer de nouvelles chansons qui doivent rivaliser avec des classiques bien établis. Par contre, ça amène aussi une bonne dose de fraîcheur et nous évite de nous retrouver devant un Frédérick de Grandpré qui se prend pour Frank Sinatra. C’est tourné vers une pop aux couleurs parfois chatoyantes et vers des pièces émotionnelles. SIA ne fait pas semblant que tout va toujours pour le mieux dans le temps de fêtes. On l’en remercie.

Santa’s Coming For Us lance les hostilités avec une trame faite sur mesure pour les snowbirds qui passent Noël sous le soleil de la Floride. Candy Cane Lane continue avec une bonne dose de pop entraînante. On y entend même de bonnes vieilles clochettes de Noël. Ho Ho Ho se fait aller les cuivres pendant que SIA nous invite à prendre un verre. De quoi appeler Nez Rouge. Il y a aussi Puppies Are Forever alors qu’elle nous rappelle judicieusement que les bébés chiens sont pour TOUJOURS, pas juste pour Noël… Je n’avais franchement jamais fait l’association. Et vous?

Parfois, SIA se fait plus douce, voire carrément emo sur certaines chansons. Sur Underneath the Christmas Lights, elle se lance seule accompagnée d’un piano alors qu’elle nous chante l’amour au temps des Fêtes. Snowman est une ode à ce sympathique bonhomme de neige alors que Snowflake fait un subtil parallèle entre la fragilité du flocon de neige qui menace de fondre à chaque moment et l’amour. Bon, faut lire ici un peu de sarcasme, c’est que plusieurs de pièces de SIA finalement nous parle plus d’amour que de Noël. J’entends par amour, l’amour charnel, celui qui brûle et qui par son fatalisme et sa chaleur fera fondre ledit flocon.

On a souvent l’impression que SIA a maquillé certaines chansons qui n’avaient rien à voir avec Noël pour se plier à la thématique. Ça n’enlève rien au courage de tenter de créer des œuvres sur mesure pour ce temps de l’année dominé par des succès qui comptent plusieurs décennies au compteur. Dans l’ensemble, c’est plutôt réussi même si l’on reste un peu en surface.

Joyeuses Fêtes à tous!

Ma note: 6/10

SIA
Everyday Is Christmas
Warner Music
36 minutes

Site Web

Exprimez-vous!