Critiques

Spring in a Small Town

Spring in a Small Town

  • Flau
  • 2020
  • 42 minutes
7,5

Spring In A Small Town est le nouveau projet solo du compositeur et producteur britannique George Cloke, qui a publié dans le passé sous le nom de Team Morale en duo avec Oliver Dewdney. Les inspirations post-rock et ambiant de ses débuts n’ont conservées que la partie atmosphérique, créant de nouveaux espaces à partir de downtempo et de néo-classique numérique. C’est dans cet ordre d’idée que Cloke propose un premier album éponyme sur lequel on remarque immédiatement la qualité du découpage et du montage, reléguant souvent le thème musical à une séquence qui tourne en boucle. On découvre ainsi une palette sonore riche, constituée de fragments de voix et d’instruments acoustiques qui viennent se poser sur des structures à faire taper du pied.

La contrebasse ouvre Luscinia’s Exile en duo avec les crépitements de vinyle, enchaînant sur une boucle rythmique à saveur latine, et évoluant mélodiquement au carillon, bol tibétain et voix. On apprécie le contraste entre le tissage acoustique, les harmoniques et la séquence qui évolue en boucle pour conclure au piano. Village Fates fait suite de façon homogène au piano réverbéré, avec contrebasse et rythme dansant qui augmentent en rapidité, ceux-ci guidés par les fragments de voix échantillonnées. Le pont plus atmosphérique monté à partir de field recording de parc urbain réussit à contrebalancer le segment rythmique. Customs Reunion continue dans la même palette, comme une visite guidée qui passe à une autre section, empruntant cette fois-ci une structure rythmique hip-hop au-dessus de laquelle se déploie un chœur vocal. Le mouvement s’arrête un instant pour présenter la contrebasse en duo avec un dulcimer (ou peut-être une cithare) et repartir rythmiquement avec plus de densité.

Compassion débute sur un duo au piano et guitare qui ponctue efficacement avec les extraits vocaux et les percussions acoustiques. Le pont ramène la pièce à un filament d’instrument à vent pour repartir en boucle sur le motif principal. The Extollagers s’ouvre sur un montage d’échantillons de voix supportée par une trame un peu new age, avec la mélodie qui passe à l’orgue pour former un interlude. Le piano jazz démarre Winter In A Big City en duo avec le crépitement de vinyle, partant ensuite dans une direction downtempo décorée par un motif au xylophone, combinaison très intéressante qui devient un peu répétitive. Hrisey donne suite en fondu enchaîné, cette fois-ci dans une trame chill meublée vocalement de réponses à une entrevue. Le moment semble extrait d’un documentaire passant à un mouvement plus rythmique qui évolue en ballade trip-hop.

Forest Anima utilise des fragments de cordes et de voix échantillonnées pour tisser une séquence à laquelle s’ajoute du marimba, et une atmosphère jungle. Le contraste avec le trio jazz à la batterie, piano et saxophone est particulièrement satisfaisant. Memoria ouvre en duo au piano scintillant et guitare classique trafiquée, créant une pulsation rythmique au-dessus de laquelle les voix féminines sont échantillonnées harmoniquement. Le crescendo aux cordes en deuxième moitié de pièce fait monter le thème à un niveau vraiment planant. Aurora termine en forme de ballade luminescente, avec la guitare réverbérée, les échantillons d’oiseaux et les percussions qui simulent des mouvements dans la jungle. La mélodie évolue en une trame légèrement new age, superposant les notes réverbérées pour créer une impression de brillance infinie.

Spring In A Small Town trace une ligne de départ très intéressante pour le projet solo de Cloke, qui démontre un talent évident pour le découpage et le montage d’échantillons. Cette clarté dans la palette sonore est secondée par une délicatesse au niveau de la production qui lui donne une sonorité de musique de chambre, contrairement à une trame sonore de piste de danse. On remarque néanmoins que les thèmes ne vont pas tellement plus loin que la séquence de départ jouée en boucle, une simplicité tout à fait appropriée considérant la complexité de tout le reste.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.