Critiques

Kids See Ghosts

Kids See Ghosts

  • Def Jam Recordings / G.O.O.D. Music / Wicked Awesome Records
  • 2018
  • 24 minutes
8
Le meilleur de lca

Il paraît qu’en entrant dans l’œil d’un cyclone les vents cinglants sont remplacés par de douces brises. Un calme relatif alors qu’autour rage une destruction certaine. Si Kanye West est un ouragan qui teste jusqu’à la limite ses fans dans la sphère publique, sa musique semble en être l’œil. Prenant plusieurs par surprise, la Yeezy season 2018 bat toujours son plein. Après la tonne de briques produite pour Pusha T et son propre projet solo, voilà que Kids See Ghosts, l’album éponyme de son duo avec Kid Cudi, paraît. Une saison estivale thématique où chaque galette à 7 pièces et Kids See Ghosts ne fait pas exception.

Longtemps gage de qualité, la relation entre Cudi et West fût houleuse après la sortie de The Life of Pablo. L’amitié triomphe de tout on dirait, puisqu’ils s’épaulent en tentant de trouver une paix intérieure… en moins de 24 minutes. Après plusieurs écoutes, toutes agréables, c’est frappant : Cudi et West offrent le meilleur d’eux-mêmes. Cudi chante des refrains à la puissance intemporelle (Reborn), mais n’hésite pas à jeter les gants avec des lignes musclées (4th Dimension). West transforme sa folie médiatique en un scat frénétique (Feel the Love), qui n’est pas un troll cette fois. Les nostalgiques du « vieux » Kanye seront sûrement ravis de retrouver un rythme instrumental rappelant celui de Jesus Walk dans 4th Dimension avec l’échantillonnage du jazzman Louis Prima.

Kids See Ghosts est un projet réjouissant. Entendre deux artistes proclamés la fin d’un calvaire interne, ensemble, à quelque chose d’attendrissant. Ils semblent vouloir revenir à l’essentiel, sans nécessairement remâcher le passé. Ils laissent transparaître leurs aspirations à devenir meilleurs tout en regardant en face les pièges auxquels ils font face tous les jours. L’anxiété, la dépression et la dépendance hantent les marges de cet album, mais ce qui en est le centre, le cœur, c’est la quête de la positivité. Si vous cherchez une glorification de la dépression, vous n’avez qu’à écouter autre chose.

En clôture du (trop) court album, Stay Strong débute avec quelques accords de guitare solitaires, dont l’enregistrement distant donne une impression de détresse. Des notes brutes qui passeraient inaperçues dans un album de b-sides de Nirvana. Après ses quelques mesures claustrophobes, les synthétiseurs ouvrent l’espace et propulsent Kid Cudi et Kanye West. Vers Dieu ? Vers l’acceptation de soi ? À l’inscription d’un cours de méditation où l’on régresse dans nos vies intérieures ? Qui sait ? Au final, Kids See Ghosts prend la forme d’une thérapie réussie. Le duo nous affirme à plusieurs reprises qu’ils se sentent mieux. De notre côté, on le ressent à travers des pièces de hip-hop juste assez déstabilisantes dans lesquelles se trouvent des refrains addictifs.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.