Concerts

M pour Montréal 2017: Franco M SiriusXM / M pour Montréal

Samedi dernier, le rendez-vous musical M pour Montréal s’est associé avec Sirius XM pour donner un après-midi de concert gratuit entre les bars Quai des Brumes et l’Escogriffe. L’événement mettait en contexte des artistes locaux histoire de les faire connaître aux invités internationaux présents dans la salle. On pouvait assister aux performances de Le Couleur, Lydia Képinski, Bad Nylon, Mon Doux Saigneur, les Hôtesses d’Hilaire et Canailles. Votre arpenteuse musicale à lunettes s’est baladée entre les concerts de Mon Doux Saigneur, Lydia Képinski et Les Hôtesses d’Hilaire.

Le folk/rock caverneux de Mon Doux Saigneur

En début d’après-midi, je me suis dirigée au Quai des Brumes pour attraper la formation Mon Doux Saigneur, prévue pour 14h45. Après avoir sorti un disque qui a été chaudement accueilli cet automne, le groupe, finaliste aux Francouvertes 2016, a rodé une très bonne performance. Dans un carré scénique qui pouvait comprendre cinq membres, la musique rendait gloire au disque. Chaque membre grattait, frottait, frappait leur instrument de prédilection. J’avais l’impression que les musiciens allaient au maximum de leur capacité pour enrichir cette symbiose musicale qui se fait de plus en plus remarquer, même après plusieurs spectacles derrière la cravate. L’énergie était si percutante…On jurait avoir entendu les murs du Quai se fracasser. Noté surtout sur Chu tanné d’attendre. Impressionnant moment où la musique de la chanson prenait rapidement tout son sens. La bande de MDS en a sûrement étonné plusieurs cet après-midi là.

Planante Képinski

Au tour de Lydia Képinski de grimper sur les planches de L’Escogriffe vers 15h15. La demoiselle a défendu les plus récents titres de son EP, paru en 2016, avec justesse et simplicité. Sous des éclairages mauves, le rendu musical entendu était magnifique. Sur Andromaque, la jeune chanteuse misait sur des sonorités d’un violon fragile au début, mais cadencé en fin de pièce, accompagné d’une batterie qui s’assurait de donner le ton aux envolés lyriques de l’auteur-compositrice-interprète. En plus de scander des textes poignants, Lydia Képinski fait renaître clairement la chanson française avec beaucoup de franchise et d’honnêteté sur scène. Depuis la grande finale des Francouvertes l’an dernier, il s’en est passé des choses pour la jeune femme. Après une performance comme celle à l’Esco, croyez-moi, c’est loin d’être terminé pour elle.

Le gros rock brute des Hôtesses D’Hilaire

C’était la première fois que je voyais la formation originaire du Nouveau-Brunswick en concert. Honnêtement, la bande nous a donné tout une vitrine. En nous mentionnant qu’ils ont un désir de promouvoir le chiac, le groupe, composé de cinq musicien, a présenté plusieurs chansons de Touche-moi pas là, entre autres. Le meneur de jeu, habillé d’une robe mauve (YEAH!), Serge Brideau a fait résonner les chansons par le biais de sa voix grave. Les instrumentations ornaient chaque vers des textes à la fois humoristiques et percutants. Pour ce qui est du côté brute? C’est surtout l’énergie et la chimie des HH. Les musiciens ont très bien livré la marchandise sous des éclairages colorés et rythmiques. Je dois aussi dire que leur présence scénique y était pour beaucoup. Brideau a lancé quelques blagues bien placées. Ça faisait bien le travail. Un beau sourire était collé dans les binettes des spectateurs. Samedi dernier, le groupe a ouvert beaucoup de portes. Soyez-en sûrs.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.