Chroniques

Top album 2018 : 50 à 26

40. FouKi – Zay

« C’est rare au Québec de trouver des rappeurs qui ne font pas qu’absorber le parler du hip-hop américain. »

– Louis-Philippe Labrèche

Lire la critique

 

 

39. Cloud Nothings – Last Building Burning

« Exécuté avec brio par un groupe rodé au quart de tour, réalisé intelligemment, interprété avec une rage authentique et mélodique quand il le faut, ce Last Building Burning est une réussite totale. »

– Stéphane Deslauriers

Lire la critique

 

38. Robyn – Honey

« Huit ans, c’est long. Mais ça valait amplement l’attente. »

– Louis-Philippe Labrèche

 

 

 

37. Les Hôtesses d’Hilaire – Viens avec moi

« Avec un quatrième album au concept abouti, une idée complètement folle poussée à son paroxysme, Les Hôtesses d’Hilaire atteignent les sommets de leurs ambitions. »

– Émilie Rioux

Lire la critique

 

36. Jet Black – L’ère du vide

« …et croiser mes doigts pour que rien n’empêche ce quatuor de continuer à faire ce qu’il sait le mieux faire: transcender ses influences en assaisonnant son nihilisme de beauté, d’espoir et de distorsion. »

– Charles Laplante

Lire la critique

 

35. Young Fathers – Cocoa Sugar

« C’est un autre album réussi pour Young Fathers qui n’a pas encore déçu dans leur jeune carrière. »

– Louis-Philippe Labrèche

Lire la critique

 

 

34. Thou – Magus

« Pour avoir une idée précise du son du groupe sans l’écouter, pensez à Eyehategod qui remplace la drogue par la motivation ou encore à Electric Wizard en plus fâché… »

– Charles Laplante

Lire la critique

 

33. Arctic Monkeys – Tranquility Base Hotel & Casino

« Arctic Monkeys nous présente un album de chansons lounges qui donnent l’impression d’être chantée par un joueur de piano alcoolique en complète déchéance… »

– Louis-Philippe Labrèche

Lire la critique

 

32. Kali Uchis – Isolation

« Sa pop mélange des influences soul, R&B, de merengue, de samba, de hip-hop et j’en passe. C’est un album qui a des relents du passé sans avoir l’air dépassé…»

– Louis-Philippe Labrèche

Lire la critique

 

31. Snail Mail – Lush

« Indéniablement inspirée du rock indépendant des années 1990, Snail Mail est un mélange du style de Cat Power (Deep Sea), Courtney Barnett (Full Control) et même Sonic Youth… »

– Camille Goulet

Lire la critique

Pages 1 | 2 | 3

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.