Spoon - They Want My Soul - Le Canal Auditif

Spoon – They Want My Soul

spoon-they_want_my_soul-608x6082012. Divine Fits sort un premier album. À l’écoute de ce A Thing Called Divine Fits, deux inquiétudes nous gagnent:

1- L’arrivée dans le paysage musical de la formation composée de Dan Boeckner (Wolf Parade), Sam Brown (New Bomb Turks), Alex Fischel et, surtout, du chanteur Britt Daniel marquera-t-elle la fin de l’autre groupe de ce dernier, Spoon?

2- Est-ce possible que ledit Daniel ait, avec ce projet, atteint sa pleine satiété, musicalement parlant ?

2014. Spoon sort son huitième album. À l’écoute de ce They Want My Soul, deux réponses se dessinent:

1- Le groupe d’Austin, Texas, n’est pas mort et prouve qu’il gagne en maturité, alors que l’arrivée du ci-haut mentionné Alex Fischel dans la formation – aux claviers et à la guitare – ajoute une intéressante touche pop vaporeuse.

2- Britt Daniel est en grande forme et y offre une performance magistrale: sa voix, de plus en plus éraillée, mais toujours aussi juste, placée à l’avant-scène, impose le tempo et trace la ligne directrice; ses textes dédiés aux amours amers et aux regrets possèdent une touche d’ironie bien ciblée, n’abusant pas de ce style délicat.

La conception de They Want My Soul ne s’est cependant pas faite sans heurt. À la réalisation, et pour une première fois, le groupe a eu recours à de l’aide extérieure. D’abord, Joe Chiccarelli (Morrissey, The Strokes) a mis la table à la conception du disque, puis lui a succédé Dave Fridmann (Tame Impala, The Flaming Lips). Ce changement explique peut-être les différents courants exploités par Daniel et sa bande (…ou peut-être pas): du rock à la Rolling Stone (Rent I Pay, pièce d’ouverture), on passe à l’électro-pop (Inside Out, New York Kiss), au blues (I Just Don’t Understand), à la balade électrique (Knock Knock Knock), etc.

À l’écoute, on plonge allégrement dans des ritournelles conceptualisées et accessibles, alors que le rock saccadé au tempo précis et à la guitare nerveuse est toujours la force première de Spoon, bien heureusement!

Tout de même: cette nouvelle sonorité, émanant principalement du clavier et des percussions, s’attache au style musical du groupe avec facilité et tire même celui-ci vers de nouvelles contrées peu exploitées.

Si certains regretteront ce changement musical – majeur pour les admirateurs, mineur pour les autres – il est bon d’entendre Spoon se secouer les puces et s’actualiser. Le résultat est probant: pour notre part, ce disque prend place tout juste aux côtés du vénéré GaGaGaGa, opus par excellence du band.

Ma note: 8/10

Spoon
They Want My Soul
Loma Vista/Republic
38 minutes

www.spoontheband.com

Exprimez-vous!

*