Drake - Views - Le Canal Auditif

Drake – Views

Drake-Views-From-The-6-coverL’année dernière Drake avait fait paraître l’excellent If You’re Reading This It’s Too Late… qui était sans contredit le meilleur rap de sa carrière. C’était glauque, un peu plus audacieux. Le rappeur canadien y était allé de vers inspiré. Puis, il y a eu le succès d’Hotline Bling (et de sa dance) qui promettait un album qui dépasserait encore le succès de Nothing Was The Same.

Eh bien… c’était de bien beaux espoirs. Views n’arrive pas à la cheville de l’un ou de l’autre. On retrouve un Drake qui a laissé de côté la pop savoureuse dont lui seul connaît la recette. S’il l’avait fait au profit d’une prose forte et inspirée comme sur le dernier mixtape, on aurait pu comprendre. Malheureusement, il semble avoir pris le pire des deux albums pour nous concocter un Views qui s’étire et s’étire et s’étire… 81 longues minutes laconiques qui sont ponctuées ici et là d’une bonne trame ou d’un bon tube. Même que son meilleur simple, Hotline Bling ne fait même pas officiellement partie de la galette.

Il y a quand même quelques chansons qui valent le détour. 9 est correcte et donne un peu envie de battre la mesure de la tête, mais ses vers sont si distanciés les uns des autres qu’on a l’impression de manger un gruyère avec plus de bulles d’airs que de fromage. Weston Road Flows possède une belle prose et une trame correcte. Controlla est correcte, si l’on fait abstraction du bout semi-jamaïcain un peu pas rapport en plein milieu. Grammys est bien, mais on aurait pu retrouver cette collaboration avec Future sur l’album que les deux ont fait paraître l’année dernière. With You est accrocheuse et possède un peu l’effet mélodique plaisant que Hold On We’re Going Home sur Nothing Was The Same. C’est un des meilleurs moments de Views.

On chapitre des ratés, ce n’est pas le choix qui manque. Tout d’abord, commençons avec la pléthore de phrases pas rapport que nous livre le rappeur. À peine une minute après le début de l’album, sur Keep The Family Close, il nous lance sur un «off-beat» affreux: «Always saw you for what you could’ve been ever since you met me/Like when Chrysler made that one car that looked just like the Bentley».

Sur Weston Road Flows, il nous parle de la santé de ses intestins: «You number one and I’m Eddie Murphy we Trading Places/Lookin’ in the mirror I’m closer than I really appear/Creepin’ like Chilli without the Tender, Love and Care».

Il nous parle aussi de ses problèmes conjugaux avec grande poésie: «Why you gotta fight with me at Cheesecake? You know I love to go there». OK, je vous promets d’arrêter, mais en voici deux de plus pour la route: «Got so many chains call me Chaining Tatum». Et l’excellente: «That pussy knows me better than me»

Disons que le manque d’inspiration semble être partout sur Views. Ce qui est encore plus décourageant c’est de voir qu’un nombre impressionnant de collaborateurs ont participé aux paroles et personne n’a pensé lui dire un moment donné que ce n’était vraiment pas des bons vers de rap. Bref, tout ça pour vous dire que Views ne vaut pas le détour. C’est un rap tout ce qu’il y a d’ordinaire largement en deçà de ce qu’est capable d’offrir Drake. Ce n’est pas seulement au niveau des paroles que ça achoppe. Musicalement, ce n’est pas cohérent, il se lance dans tous les sens. La qualité à laquelle il nous avait habituées est ici absente.

Ma note: 5/10

Drake
Views
OVO Sound
81 minutes

http://www.drakeofficial.com/

Exprimez-vous!

*