Dany Placard - Santa Maria - Le Canal Auditif

Dany Placard – Santa Maria

53363-0077991377892.jpg-2422ace342abfba77ed1b8d559be5cd52584ccb2-optim-460x460La semaine dernière, le barde folk/country/rock keb, Dany Placard, mettait sur le marché Santa Maria; disque qui fait suite au fort prisé Démon Vert (2012). Le Saguenéen d’origine s’est entouré de ses fidèles acolytes Michel-Olivier Gasse (basse), Gullaume Bourque (guitare), Mathieu Vézio (batterie) et a fait appel à Éric Villeneuve à la coréalisation de cette création. Avis aux fanatiques de l’homme, il n’y a pas de mauvaises surprises rattachées à ce Santa Maria.

Écouter un disque de Placard, c’est comme enfiler ses bonnes vieilles bottes de ski-doo afin d’aller «rider» en motoneige. Puisque le musicien maîtrise parfaitement ce folk rock de gravelle, un brin salopé, on est simplement heureux de réentendre l’auteur-compositeur-interprète dans son plus simple appareil. Le programme de ce Santa Maria est assez élémentaire: du country, à certaines occasions des grosses guitares, des tounes de chars et des paroles sincères, sans fioritures, qui vont droit au but. C’est cette simplicité volontaire qui charme à tout coup, malgré le petit penchant bancal de l’affaire.

Colligé en formation intégrale au Wild Studio de Saint-Xénon, on sent réellement le plaisir qu’ont eu les «boys» a joué ces dynamiques chansons merveilleusement imparfaites. Rien de particulièrement inventif, la meute à Placard se contente de donner son 100% en exécutant ces ritournelles sans aucun artifice superflu. Par moment, votre humble scribe aurait aimé être ébahi par une prouesse technique quelconque ou encore par un arrangement musical singulier, mais rien qui a rebuté l’auteur de ces lignes.

Placard est encore une fois mélodiquement souverain. Le groupe qui l’accompagne domestique le genre musical à la perfection et la réalisation est juste assez limpide, tout en conservant le côté rêche toujours nécessaire à ce genre de production. Bref, une conception sonore divertissante qui s’écoute bière à la main et sourire aux lèvres.

Dany Placard nous offre quelques morceaux de choix: le country rock à fond la caisse titré Confucius, la sarcastique Chanson populaire, les abrasives (à la Cracker) intitulées respectivement Robbie et Shop, la très Éric Goulet nommée Au pays des vieux chars, l’inclination Gram Parsons évoquée sur Paradis ainsi que l’émouvante Julie Gagné.

On aurait souhaité une prise de risque plus accrue, mais qu’à cela ne tienne, ce Santa Maria fait encore une fois la preuve que Dany Placard n’a rien à envier aux grands de chez nous. On fait référence aux Stephen Faulkner, Plume Latraverse, Fred Fortin et autres consorts du folk/country/rock made in Québec. Les adeptes de l’artiste seront comblés. Éprouvé!

Ma note: 7/10

Dany Placard
Santa Maria
Simone Records
38 minutes

www.danyplacard.com

Exprimez-vous!

*