Critique: Ho99o9 – United States Of Horror - Le Canal Auditif

Critique: Ho99o9 – United States Of Horror

C’est suite à un passage remarqué à l’édition 2014 de SXSW que l’on s’est d’abord intéressé au duo hip-hop ascendant punk formé par theOGM et Eaddy, deux MC’s originaires du New Jersey. S’ils ont réussi à participer à la féria des gens branchés, c’est surtout grâce à la rumeur concernant leurs deux EP, leurs prestations incendiaires et leurs vidéos dérangeants. C’était apparemment très marginal et c’était le fun, pour un peu qu’on soit capable d’en prendre.

D’ailleurs, je vous ai déjà parlé de leur mixtape de 2015.

Fast-forward et nous voilà en 2017 alors que les boys nous proposent enfin un premier véritable album. Ce que l’on remarque juste en feuilletant la pochette de l’album, c’est qu’une dimension très politique semble s’être immiscée dans la musique du duo infernal. On y retrouve des slogans éloquents (YOU ARE NOT BORN A RACIST, YOU ARE TAUGHT TO BE ONE ou encore YOUR CHILD WILL DIE BECAUSE YOU LET IT HAPPEN) et on peut comprendre facilement que la virée qui s’en vient ne sera pas de tout repos.

« I pledge allegeance to the burning flag of the united states of horror and to the deathkult for which it stands».
– U.S.H.

Cette phrase est le début d’un paragraphe récité par une voix de gamine un brin troublante qui laisse rapidement sa place au riff principal de War is Hell, pièce qui nous rappelle Prodigy dans ses moments les plus mordants. Ensuite, c’est Street Power et son habile mélange de trap music et de punk hardcore qui prend la relève. Si vous pensiez pouvoir vous reposer un peu après ce combo brutal, vous rêvez en couleur. L’album est fort probablement à l’image de leur réputation sur scène et on enchaîne avec Face Tatt sur un beat techno jungle produit par le Dave Sitek de TV On the Radio, qui s’avère en connaître un rayon en matière de sonorités bien rugueuses et qui est ici responsable de 4 chansons sur 13. Après un interlude inconfortable, c’est au tour de Bleed War et sa vision dystopienne de l’avenir de la guerre qui vient nous plomber le tympan. Jusqu’à maintenant, disons que le hip-hop n’est pas très dominant. Money Machine et Splash viendront changer la donne avec leurs rimes incendiaires livrées avec hargne et rapidité. La trap est bien présente dans les beats de celles-ci. Elle reviendra sporadiquement tout au long du disque (Hydrolics, la chanson titre), de même que les attaques de guitares et les beats technos tonitruants (Knuckle Up, Dekay, City Rejects, etc.).

Au final, le son des Ho99o9 a évolué pour devenir un habile mélange d’Atari Teenage Riot, DMX, Bad Brains et Prodigy qui conserve une saveur unique. Leur album est oppressant, agressif et addictif. La comparaison avec Death Grips tient de moins en moins la route. Si les deux groupes œuvrent clairement dans le rap champ gauche, les attaques de Ho99o9 sont moins expérimentales et noise mais plus focalisées et moins cryptiques.

*Le duo sera en spectacle pour la toute première fois à Montréal ce mercredi 31 mai. Ça se passe au Turbohaus (5011 Notre-Dame Ouest) avec les crinqués de Injury Reserve en première partie. Faut absolument pas que tu manques ça!

Ma note: 8/10

Ho99o9
United States of Horror
Toys Have Powers
44 Minutes

www.ho99o9.com

Exprimez-vous!

*