Death Grips – Bottomless Pit - Le Canal Auditif

Death Grips – Bottomless Pit

Death Grips«Ciboire, kessé ça? On dirait du Darkthrone avec un hystérique qui crie par-dessus!»

Ça, c’est la réaction d’un de mes collègues de travail quand j’ai déposé l’aiguille de la table tournante sur le dernier disque de Death Grips.

C’est également la réaction de beaucoup de gens envers la musique du groupe de Zach Hill, MC Ride et Andy Morin. Death Grips, c’est un peu ce qu’Atari Teenage Riot était à la fin du siècle dernier. Un projet qui devient de plus en plus difficile à écouter avec le temps pour les oreilles un tant soit peu friandes de mélodies. Depuis la sortie d’Exmilitary en 2011, le trio ne cesse d’aller plus loin dans l’exploration des limites de l’agression et l’étiquette hip-hop qui leur a été affublée au tout début de leur existence tire davantage vers l’expérimental à chaque parution.

Mais trêve de bavardage, on a probablement plus beaucoup de temps avant la sortie de leur prochain album.

Après un petit refrain entonné a cappella par une chanteuse et qui consiste en la répétition de son titre, Giving Bad People Good Ideas se déchaîne. Voilà une véritable agression que l’on range automatiquement dans le rayon des pièces les plus intenses de la troupe. Ensuite, ça ne se calme pas trop avec la chaotique Hot Head et ses délires noise frénétiques. De quoi faire flipper pas mal n’importe qui se trouvant dans la même pièce que vous lors de l’écoute.

C’est à partir de Spikes que le groupe se calme légèrement et retourne au son plus traditionnellement hip-hop de ses deux premiers albums. Quoique si on compare le son «traditionnel» hip-hop de Death Grips à ce qui se fait encore aujourd’hui, on est quand même très loin de la proverbiale tradition. MC Ride est toujours aussi délirant et ses paroles tirent davantage du côté de l’abstraction schizophrénique que du commentaire sociopolitique. Mais bon, pour le fan qui s’y connaît un peu, ça fait du bien d’écouter des pièces comme Trash, Eh et Houdini. On oscillera donc entre hip-hop sauce DG et expérimentations intéressantes tout au long de ce 5e album officiel. La chanson titre, qui clôt l’album, est à ranger du côté des essais plus punks du groupe et c’est encore une fois très solide.

Le seul bémol, c’est probablement qu’à ce point-ci, il n’y a plus beaucoup de surprises du côté du groupe, du moins en ce qui concerne la musique. C’est un peu se plaindre le ventre plein que d’affirmer ceci par contre. Parce qu’après avoir «trollé» des milliers d’organisateurs de festivals et de fans au nom de l’art, après s’être faussement séparés et après avoir sorti cinq albums et de nombreux «side-projects» en seulement six ans d’existence, le groupe peut se vanter d’avoir surpris beaucoup plus que la moyenne des groupes jouissants d’une couverture médiatique équivalente à la leur. Mais bon, on aime ou on déteste. Une seule chose est sûre, c’est que personne ne reste indifférent.

Ma Note: 7,5/10

Death Grips
Bottomless Pit
Third Worlds/Harvest
39 Minutes

http://thirdworlds.net

Exprimez-vous!

*