Top Albums Archives - Le Canal Auditif

Les grands disparus de 2017 : chronique nécrologique

Pourquoi faire un registre des morts de l’année? C’est un peu macabre, non? Eh bien, parce qu’ils méritent un certain hommage et surtout qu’on se souvient d’eux. Voici donc une liste chronologique des gens (ou des institutions importantes) qui nous ont quittés cette année.

Mars

Chuck Berry : Rare sont les musiciens aillant eu autant d’importance sur un genre complet en musique. Chuck Berry était un être aussi unique que créatif. Ce pionnier du rock’n’roll continuait de jouer dans un restaurant près de chez lui tous les mercredis soirs lorsqu’il n’était pas en tournée jusqu’en 2014. C’était un vrai.


 
 

DEP Distribution : En mars dernier, les actionnaires de DEP Distributions ont décidé de saborder l’entreprise et la mettre en faillite. Cela a laissé des dizaines de personnes sans emplois, de nombreux artistes et petites maisons de disques dans l’eau chaude.

Mai

Chris Cornell : Le chanteur de Soundgarden et Audioslave s’est enlevé la vie dans sa chambre d’hôtel après un spectacle le 18 mai. Cornell s’est battu contre la dépression et ses démons pendant de nombreuses années. Ils auront finalement eu raison de lui.


 
 

Greg Allman : L’un des Allman Brothers s’est éteint des suites de complications dues à un cancer du foie.

Juin

Prodigy : La moitié de Mobb Deep est mort en juin dernier après plusieurs journées passées à l’hôpital. Il était atteint d’anémie chronique.

Juillet

Chester Bennington : Le chanteur du groupe Linkin’ Park s’est enlevé la vie le 19 juillet dans sa demeure californienne.

Août

Le Théâtre de la vieille forge : Le 15 août dernier une très mauvaise nouvelle attendait les habitants de Petite-Vallée à leur réveil. La célèbre salle de spectacle de Gaspésie était prise par les flammes.

Grande désolation ce matin, un trésor national est la proie des flammes. Heureusement, il n'y avait personne sur place….

Posted by Village en chanson de Petite-Vallée on Tuesday, August 15, 2017

 
 

LP Labrèche a eu la chance de participer à certaines des dernières images de cet endroit lors de l’enregistrement de Plaque Tournante en juillet dernier.


 
 

Septembre

Charles Bradley : Charles Bradley aura dispersé l’amour autour de lui jusqu’à la toute fin. Encore pendant le Festival International de Jazz de Montréal, deux mois avant de trépasser, il nous offrait une performance survoltée. Bon repos, monsieur Bradley, vous le méritez.

Pages : 1 2

TOP EP 2017

Je conclus l’année en vous proposant les 25 EP qui m’ont le plus accroché les oreilles cette année. Il faut se dire qu’il s’en fait de plus en plus et que déjà la chronique mensuelle fait un choix éditorial. Vous trouverez donc dans la liste suivante la crème de la crème en ce qui concerne les mini-albums.

 
 
 
 

25. Gramofaune – EP

Gramofaune est un surprenant jeune compositeur de Québec qui a lancé son premier EP. Ça rappelle un peu les premiers pas de Photay, ce qui est franchement prometteur. Un jeune homme que je vais garder à l’œil et à l’oreille dans les prochaines années.

Les EP de juillet

 

24. Anohni – Paradise

Anohni lance un EP qui fait suite à l’excellent Helplessness paru en 2016. Encore une fois, on y trouve des collaborations avec Hudson Mohawke et Oneohtrix Point Never. C’est aussi réussi que l’album et ça continue de jouer dans la critique sociale.

Les Ep de mars

 

23. Holy Fuck – Bird Brains

Holy Fuck, c’est une valeur sûre. Le groupe ne produit absolument rien d’ennuyant et l’EP Bird Brains ne fait pas exception à tout ça. On y trouve même certains des rythmes les plus dansants du groupe. Particulièrement la chanson-titre qui swingue sur un moyen temps!

Les EP de juillet

 

22. Street Sects – Rat Jacket

Le duo texan Street Sects a lancé le très réussi Rat Jacket cet automne. On y retrouve des pièces de rock alternatif expérimental fort intéressantes. L’agressive In Prison, At Least I Had You et la mélodieuse Blacken the Other Eye font le travail.

Les EP de novembre

 

21. CFCF & Jean-Michel Blais – Cascades

C’est le genre de collaborations qui fait saliver avant même d’avoir entendu une seule note. Et malgré l’attente qui m’habitait, CFCF et Jean-Michel Blais m’ont ému avec Cascades. On retrouve le piano nuancé et inspirant de l’un et les arrangements électroniques subtils et audacieux de l’autre. De quoi passer un bon moment.

Les EP de mars

 

20. Emma Ruth Rundle / Jay Jayle – The Time Between Us

J’adore Emma Ruth Rundle et ses chansons habitées d’une sombre mélancolie des jours de pluie. J’aime aussi le groupe de bruyants Young Widows de qui fait partie Jay Jayle. De retrouver ces deux musiciens sur le même EP est en soi quelque chose de plaisant. On y retrouve la réussie The Distance qui nous plonge dans un univers noir et déprimant. C’est magnifique!

Les EP de février

 

19. Millimetrik – Sour Mash EP

Pascal Asselin fait toujours des compositions de qualités et Sour Mash ne fait pas exception à la règle. On y retrouve des tounes inventives sur lesquelles des artistes de la scène locale apportent leur touche. On y retrouve d’ailleurs une deuxième collaboration avec Maude Audet. C’est fort réussi.

Les EP de février

 

18. Ariel Pink / Weyes Blood – Myths 002

Ariel Pink a été occupé cette année entre la sortie de son album Dedicated to Bobby Jameson et cet EP collaboratif en compagnie de Weyes Blood. On y retrouve ce à quoi on pourrait s’attendre de deux créateurs qui ont si peu froid aux yeux. C’est un peu excentrique, mais aussi très mélodieux.

Les EP de janvier

 

17. FELP – Chocolop

Félix Petit a été passablement occupé cette année. Entre ses présences requises avec Van Carton pendant les Francouvertes et ses présences scéniques avec BELLFL0WER, il a trouvé le temps d’enregistrer Chocolop, le premier EP sur lequel on retrouve sa voix. Ça fonctionne très bien.

Les EP de mai

 

16. Louis-Philippe Gingras – La rangée des popsicles

Après son album Troisième rangée paru en 2016, Louis-Philippe Gingras est revenu rapidement avec un EP sur lequel on retrouve cinq nouvelles chansons. Parmi les titres qu’il nous propose, il y a la magnifique Sutton et une toune qui parle de son Rouyn-Noranda natal.

Les EP de juin

Pages : 1 2 3

Top chansons 2017

25 chansons sur la panoplie de simples, EP et albums qui paraissent chaque année, ce n’est pas beaucoup. Voici donc la crème de la crème de l’année 2017 selon les collaborateurs du Canal Auditif.

 
 
 
 

25. Migos – Bad and Boujee ft Lil Uzi Vert

 
 

24. Ghostly Kisses – Empty Note

 
 

23. Spoon – Hot Thoughts

 
 

22. Cri – Keep it Real ft. Jesse Mac Cormack

 
 

21. Camille – Les loups

 
 

20. Halo Maud – Revoir la mer

 

19. Loud – 56K

 
 

18. King Gizzard & the Lizard Wizard – Crumbling Castle

 
 

17. LCD Soundsystem – Tonite

 
 

16. Xarah Dion – Fugitive

 
 

Pages : 1 2 3

Top album 2017 : 25 à 1

Chers mélomanes, c’est la fin de 2017 et comme à chaque année, l’équipe du Canal Auditif s’est réunie pour construire un top 50 d’albums. Nous avons fait des calculs, colligé des données… d’ailleurs, nous nous attendons à recevoir un doctorat honorifique en mathématiques d’Harvard d’un jour à l’autre. Trêve de digressions, voici les 50 albums qui nous ont le plus touchés, émus, fait danser, fait groover et rassasiés en 2017. Joyeux temps des Fêtes et on se revoit pour de nouvelles critiques en janvier!

 

25. Grandaddy – Last Place

« C’est un retour totalement réussi pour Grandaddy. Ils nous offrent un excellent Last Place qui rappelle pourquoi on les aimait, pourquoi nous les aimons et pourquoi nous allons les aimer. Oui, oui, comme dans la toune de Cabrel. » (LP Labrèche)

La critique complète

 
 

24. Eman X Vlooper – La joie

« Un bon exemple que la maturité, ça ne rime pas avec plate. « Mononcle Emmanuel est back » et il est à l’aise dans cette game de jeunes. Je l’annonce, à partir du 25 août, La joie est éternelle. Suffit de la mettre sur replay. » (J. St-Georges)

La critique complète

 

23. Oxbow – Thin Black Duke

« Écouter Oxbow est un peu comme regarder un grand félin ou un boa : même si on peut les observer longuement sans jamais les voir attaquer ou prendre en chasse, on ressent constamment le potentiel de la puissance qu’ils peuvent déployer à tout moment. » (M. Robitaille)

La critique complète

 
 

22. Feist – Pleasure

« Pas de doute, ceux qui avaient adoré Metals continueront de suivre l’artiste avec assiduité. Ceux qui n’en avaient que pour The Reminder ne seront pas rassurés par la trajectoire créative empruntée par la Néo-Écossaise d’origine. En ce qui me concerne, c’est tant mieux. Honnêtement, Feist est une grande auteure-compositrice-interprète. Point. » (S. Deslauriers)

La critique complète

 

21.Slowdive – Slowdive

« 2017 sera donc le grand retour sur disque pour un autre groupe britannique de la mouvance shoegaze. Pour notre grand plaisir, Slowdive est revenu en force avec une suite digne des meilleurs moments des années 90, mais avec une solide production des années 2000. Huit chansons qui feront plaisir aux fans de la première heure, les retardataires (et ils sont nombreux) et une nouvelle génération. » (M. April)

La critique complète

 

20. Power Trip – Nightmare Logic

« Pas de doute possible, Power Trip nous livre un Nightmare Logic qui ne fait pas dans la dentelle ni dans la broderie, et qui est dans la plus pure tradition des albums thrash métal. Un excellent disque à écouter le volume au fond, qui saura plaire à toutes les brutes de ce monde. » (La Brute du Rock)

Le texte complet

 

19. Lorde – Melodrama

« Quoi qu’il en soit, après plusieurs écoutes, Melodrama est une véritable réussite. Lorde se dévoile en écrivant de manière juste et réaliste sur des sujets qui ne sont pas toujours roses. Elle décrit ses tribulations et ses principales leçons tirées de sa propre vie de jeune femme avec profondeur, sincérité et authenticité. » (R. Thibault-Vanasse)

La critique complète

 

18. Philippe B – La grande nuit vidéo

« Dans cet exercice de réflexion sur la fiction et le couple, c’est la maturité et le bon angle de réflexion qui font de La grande nuit vidéo une œuvre particulièrement réussie, et un des meilleurs albums de chanson parut au Québec cette année. L’amour dans sa mécanique quotidienne, brutalement ordinaire, est un sujet trop souvent mal abordé, guetté par le piège de la nostalgie teintée sépia qui tourne à vide. » (J. Roche)

La critique complète

 

17. Leif Vollebekk – Twin Solitude

« Le genre de record qui te redonne foi en l’humanité. Une galette qui te fait vivre des émotions. Leif Vollebekk ne se trompe pas sur Twin Solitude et te donne envie de réparer des pots cassés, de te coller doucement à un autre être humain dans le froid de février pour te rappeler qu’on a tous un petit cœur qui bat. C’est à ton tour de te faire plaisir. Écoute Leif te chanter de belles ritournelles et profite de ces moments de douceur. » (LP Labrèche)

La critique complète

 

16. Chelsea Wolfe – Hiss Spun

« Bref, Hiss Spun est une autre excellente production signée Chelsea Wolfe. Cette fille est une valeur sûre. Elle nous fait visiter son abîme et son mal de vivre avec un abandon qui laisse pantois. Encore une fois, ça se hissera dans les hautes sphères des meilleurs albums de l’année en cours. » (S. Deslauriers)

La critique complète

 

Pages : 1 2 3

Top Album 2017 : 50 à 26

Chers mélomanes, c’est la fin de 2017 et comme à chaque année, l’équipe du Canal Auditif s’est réunie pour construire un top 50 d’albums. Nous avons fait des calculs, colligé des données… d’ailleurs, nous nous attendons à recevoir un doctorat honorifique en mathématiques d’Harvard d’un jour à l’autre. Trêve de digressions, voici les 50 albums qui nous ont le plus touchés, émus, fait danser, fait groover et rassasiés en 2017. Joyeux temps des Fêtes et on se revoit pour de nouvelles critiques en janvier!

 

50. Gord Downie – Introduce Yrself

« Au final, nous voici devant une œuvre dense, généreuse, sans prétention, où la résignation de Downie chavire les pensées de l’auditeur et, le temps de l’écoute, éloigne un peu la mort elle-même.
***
Gord Downie est décédé le 17 octobre dernier, seulement dix jours avant la naissance de son sixième album solo. Il avait 53 ans. » (P.Beauchemin)

La critique complète

 

49. Idles – Brutalism

« Nul besoin d’être particulièrement perspicace pour avancer que la musique d’Idles ne touchera aucunement le grand public. Je n’ai pas plus besoin d’être un prophète pour avancer que Brutalism restera plutôt marginal et qu’il aura un rayonnement plutôt limité. Mais une chose est sûre, c’est que ce disque laissera fort probablement une trace indélébile dans l’ère moderne du punk. » (La Brute du Rock)

Le texte complet

 

48. Jaimie Branch – Fly or Die

« Il se fait peut de jazz du genre, avec une liberté totale et une attitude punk. Jaimie Branch est un ovni dans le monde musical qui mérite qu’on s’y attarde. Prions pour que le Festival de Jazz de Montréal l’invite à nous faire des prouesses et nous parler avec sa trompette en 2018. » (La rédaction)

 
 
 
 

47. Loud – Une année record

« On va se le dire, assez bien, merci! Loud a gardé Ajust à ses côtés et s’est aussi allié à Ruffsound pour la production des trames. Elles sont assez réussies de bord en bord d’Une année record. De plus, Loud brille sous les feux de la rampe. Il aurait pu se sentir un peu perdu sans son acolyte à ses côtés, mais c’est tout le contraire qui arrive. Loud offre des textes intéressants doublés d’un débit nuancé, varié et très efficace. » (LP Labrèche)

La critique complète

 

46. Kid Koala Featuring Emilíana Torrini – Music to Draw to : Satellites

« Kid Koala n’a pas manqué son coup avec Music To Draw To : Satellite. Cet album léger et aérien crée une atmosphère quasi spirituelle avec ses trames bien composées et justement calibrées. Emilíana Torrini qui l’accompagne joue le jeu de la délicatesse et c’est tout à fait séduisant. » (LP Labrèche)

La critique complète

 
 

45. Circuit des Yeux – Reaching for Indigo

« On sent une grande douleur dans l’œuvre de Fohr, un profond inconfort avec les codes sociaux et la confusion qu’ils peuvent créer en elle, mais ce qu’on sent plus que tout sur Reaching for Indigo, c’est l’euphorie d’avoir trouvé une façon bien à elle d’exprimer cette douleur, d’avoir créé un petit univers où elle règne comme une reine. » (M. Robitaille)

La critique complète

 

44. Pierre Kwenders – Makanda, At the End of Space, the Beggining of Time

« Si Le Dernier empereur bantou était plaisant pour les oreilles, Kwenders se permet d’aller beaucoup plus loin sur Makanda. Il n’a pas peur de s’aventurer dans des zones moins faciles et usuelles de la musique, particulièrement pour le Québec. Le résultat est une salve de grooves infectieux et de ritournelles qui nous restent en tête. » (LP Labrèche)

La critique complète

 

43. Catherine Leduc – Un bras de distance avec le soleil

« Synthétiseurs aux sonorités originales, basses bien présentes, guitares tantôt vaporeuses tantôt distordues, on sent que le couple a travaillé les différents arrangements de façon rigoureuse afin d’amalgamer une palette de sons les plus riches et inusités que possibles. » (S. Moffett)

La critique complète

 

42. Loyle Carner – Yesterday’s Gone

« Loyle Carner ne crie pas au monde son mal intérieur sur Yesterday’s Gone, comme on l’entend (trop?) souvent sur la scène rap. Non. Lui, il l’extirpe, le décortique, nous l’offre, calmement, un souvenir à la fois. Et il fait la paix avec ses démons intérieurs. Un album rempli de souvenirs partagés généreusement par l’un des artistes à surveiller de près cette année. Absolument. » (P. Beauchemin)

La critique complète

 

41. Pile – A Hairshirt of Purpose

« Pile manie les codes du punk et de l’indie-rock avec une aisance déconcertante. Sur A Hairshirt of Purpose, le groupe de Boston affirme une fois de plus sa pertinence à coup de riffs réussies et de punk abrasif. » (La Rédaction)

 
 
 

Pages : 1 2 3