Critiques

The Claypool Lennon Delirium

Monolith Of Phobos

  • ATO Records
  • 2016
  • 51 minutes
7

The Claypool Lennon DeliriumLes Claypool est reconnu pour son excentricité qui a donné naissance à Primus, ovni de la musique rock aussi fascinant que musicalement solide. Il s’est lié d’amitié avec Sean Lennon qui possède un parcours musical surprenant. Ses chansons en solo, son projet Ghost Of A Saber Tooth Tiger et son travail avec Cibo Matto, tous ces aventures différentes se rejoignent dans un certain psychédélisme musical.

D’ailleurs, ce côté lysergique est le moteur principal du Claypool Lennon Delirium qui porte très bien son nom. Monolith Of Phobos nous fait pénétrer dans le trip musical des deux Américains. On retrouve l’étrangeté de Claypool un peu partout, mais surtout sur la déviante Mr. Wright qui raconte la perversion d’un homme qui pose des caméras dans les appartements de jeunes femmes. Le côté voyeur et pervers des paroles colle à merveille à la trame que le duo a composée. On les sent vraiment dans leur élément. Et que dire du jeu de basse de Claypool! Est-ce vraiment nécessaire d’en faire encore l’apologie?

On peut en dire tout autant de Boomerang Baby qui rappelle le Tame Impala des débuts avec une forte mélodie. L’air particulièrement accrocheur de la chanson sied bien aux deux hommes. Captain Lariat se rapproche beaucoup plus de l’univers musical de Primus. Les tics vocaux de Claypool sortent avec vigueur alors que le refrain nous fait tomber dans le côté psychédélique des Beatles. Ce n’est pas le seul moment où la mélodie s’envole vers les cieux. L’atmosphérique et légère There’s No Underwear In Space est gonflé à l’hélium et vole très haut.

Est-ce que c’est réussi tout le long? Plutôt bien. Mais ce n’est pas très original. On a parfois l’impression d’avoir affaire à Pink Floyd, parfois à Primus, parfois à Tame Impala. Tout ça pour dire que le Claypool Lennon Delirium est un beau projet, mais qu’il ne possède pas une personnalité unique et conséquente.

C’est tout de même intéressant, mais ça ne révolutionne rien. On a droit à plusieurs chansons dont les airs restent avec nous après l’écoute et le plaisir est au rendez-vous très souvent. Le duo semble avoir fait un projet destiné à assouvir leur envie de jouer ensemble. L’harmonie se ressent et on la partage à l’écoute. Un petit projet réussi et facile d’approche.

Ma note: 7/10

The Claypool Lennon Delirium
Monolith of Phobos
ATO Records
51 minutes

http://theclaypoollennondelirium.com/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.