Critiques

Thanya Iyer

KIND

  • Topshelf Records
  • 2020
  • 42 minutes
8
Le meilleur de lca

Thanya Iyer a lancé en plein milieu de l’été un deuxième album. Le groupe, qui tire son nom de la chanteuse et violoniste qui le mène, a depuis lancé un mixtape en 2018. Elle propose encore une fois une pop mélangée à du folk avec une propension non négligeable à prendre le chemin vers le champ gauche.

KIND fait parfois penser à Joanna Newsom, surtout dans les mélodies vocales audacieuses et théâtrales. On y retrouve le trio de Thanya Iyer formé de Daniel Gélinas et Alex Kasirer-Smibert qui continue de proposer des pièces de pop alternative. La formation se lance autant dans le chaos que dans la mélodie délicate comme de la dentelle. Pour y arriver, ils ont fait appel à de nombreux autres collaborateurs qui sont venus enregistrer différents instruments.

Look Up to the Light est certainement le titre indispensable de l’album. Avec son introduction musicale digne de Beetlejuice ( pour la dynamique du piano) la pièce part du bon pied. Puis, la voix d’Iyer vient se joindre à l’ensemble, les cordes, puis des cuivres et ça ne finit plus de se bonifier. C’est un moment marquant de KIND.

Ce qui est intéressant avec Thanya Iyer, c’est leur refus de tomber dans un moule. Le métissage musical impose naturellement une mixture des sons qui, de prime abord, n’ont pas d’unité comme le son de piano qui arrive comme un cheveu sur la souple d’Always, Be Together. Il faut dire que toutes les pièces ont deux points d’ancrage imperméables au chaos qui tente de prendre le dessus : les mélodies vocales d’Iyer et les percussions qui gardent une rythmique généralement assez carrée. Le groupe est aussi capable de grooves impressionnants comme dans Bring Back That Which Is Kind to You.

C’est quand même dans les moments plus délicats et aériens qu’excelle Thanya Iyer comme dans les excellentes Into the Water et I Forget to Drink Water (Balance). Les trames se déploient en beauté avec de magnifiques ponctuations qui donne une impression de musique jazz d’avant-garde. C’est franchement émouvant et ça coule de source.

Malgré les excentricités que Thanya Iyer cultive sur KIND, il s’en dégage un sentiment d’unité surprenant. Ce n’est pas de la musique légère, c’est rempli de textures sonores magnifiques et travaillées, de variations prononcées et d’aléas musicaux artsy. Un groupe de Montréal à connaître sans contredit. C’est un bel ovni.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.