Critiques

Morgan Delt

Phase Zero

  • Sub Pop Records
  • 2016
7

Morgan DeltAu printemps 2014 paraissait le premier album homonyme de Morgan Delt; disque qui malaxait habilement le folk rock californien des années 70 au rock britannique des sixties. Une belle bouillabaisse de poteux qui avait été très bien reçu par la critique. Ce graphiste de formation réduit ses apparitions publiques au strict minimum (entrevues et autre fla-fla marketisés) afin de se concentrer pleinement sur ses créations visuelles et auditives. Une très bonne chose.

Voilà qu’était révélé la semaine dernière Phase Zero; premier disque à paraître sous la maison de disques dont la réputation n’est plus à faire: Sub Pop. Et puis? Eh bien, ce nouvel opus se tient en équilibre entre le rêve éveillé et quelques délires lysergiques contrôlés. La voix de Delt, toujours campée en arrière-plan, est bourrée d’effets disparates qui donnent l’impression d’écouter une musique irréelle/immatérielle. Et c’est l’une des raisons pour laquelle j’embarque dans la proposition du bonhomme.

Cependant, il faut aimer la surenchère d’effets et la musique hypnotique pour triper sur Delt. Les chansons de Delt sont divertissantes parce qu’elles sont réalisées dans le seul et unique but de faire «planer» l’auditeur. Quoique sur ce nouvel album, il s’efforce pour être plus intelligible. Sans se transformer en un mélodiste hors pair, le songwriter est plus accessible que sur l’homonyme.

Ce deuxième album de Delt est le genre de disque à écouter quand même à petites doses afin de découvrir lentement ce qui se cache sous ces nombreuses couches «cannabisantes»… mais dans cette période très nostalgique où beaucoup de musiciens tentent de moderniser (souvent sans grand succès) le rock psyché des 60/70, l’offre du musicien/graphiste a le mérite de se démarquer par ses constructions chansonnières parfois atypiques, par des percussions subtiles et surtout par l’utilisation astucieuse de claviers qui en ont fumé du bon.

Par contre, Delt perd cette fois-ci quelque peu de son originalité en ce qui concerne ses constructions chansonnières. Elles sont beaucoup moins labyrinthiques, moins «folles» alors que sur Morgan Delt, le délire était beaucoup plus senti. Pour obtenir ma pleine adhésion, notre homme devra trouver l’équilibre entre le folk rock vaporeux de Phase Zero et les moments hallucinogènes du précédent effort… mais bon, le songwriter réussit encore à nous garder captifs.

Quelques pièces se démarquent: la pop psychédélique Sun Powers, la menaçante Mssr. Monster, la guitare «velvetienne» dans Escape Capsule ainsi que l’entrée en matière I Don’t Wanna See What’s Happening Outside. Mais Phase Zero doit être écouté d’une seule traite et sans interruption pour être parfaitement immergé dans le monde «absorbé» de Delt.

Bref, c’est un bon deuxième disque. On pourra évaluer la réelle valeur de Morgan Delt lors de la prochaine parution. Mais d’ici là, chers poteux, ne boudez pas votre plaisir, il vous fera léviter de belle façon.

Ma note: 7/10

Morgan Delt
Phase Zero
Sub Pop
40 minutes

https://www.subpop.com/artists/morgan_delt

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.