Critiques

Moodoïd

Le Monde Möö

  • Entreprise
  • 2014
  • 49 minutes
8
Le meilleur de lca

Moodoid-Le-Monde-MooL’an dernier, l’importation française qui avait conquis le coeur des mélomanes québécois était Fauve avec sa poésie forte. Cette année, gageons que ce sera le rock psychédélique de Moodoïd. Déjà, aux Francofolies de Montréal, le groupe avait procuré des émotions fortes au public massé devant la scène pour découvrir la formation. À l’époque, le fan n’avait qu’un maxi et le 7 pouces La lune/Les chemins de traverse à se mettre sous la dent. Enfin, les admirateurs pourront vivre leur idylle amoureuse avec tout le matériel nécessaire.

En fait, Moodoïd est le projet de Pablo Padovani qui, du haut de ses 24 ans, pourrait faire rougir de jalousie bien des musiciens d’expérience; celui-ci propose un pop rock électro psychédélique. On reconnaît l’influence de Morning Star, un peu de Tame Impala ici et là ainsi qu’un lointain rappel des débuts de Pink Floyd pour la folie et le côté progressif de l’affaire.

Padovani est appuyé par quatre femmes qui apportent voix et corps à la musique du jeune français. La Lune le démontre bien. Cette pièce à la mélodie cannabisante, à la guitare claire comme de l’eau de roche et le rythme plus cool que John Travolta dans Pulp Fiction, nous amène en apesanteur pendant six minutes jouissives. Dans la même lignée, Les chemins de traverse offre un Padovani qui rappelle Sébastien Tellier avec sa voix sensuelle et profonde alors que la voix féminine, elle, fait penser à la Louise Forestier de Lindberg.

Moodoïd se permet aussi des transitions audacieuses. Les oiseaux démontre la facilité de Padovani à passer d’un rythme à l’autre rapidement sans toutefois égarer nos oreilles. La violence n’existe pas dans l’antre d’amour et de paix que représente le Monde Möö, car ce qui se fait de plus agressif est Heavy Metal Be Bop 2 qui rappelle plus M qu’autre chose. On est très loin de Sepultura.

Padovani se permet des moments plus rythmés dont l’accrocheuse Bongo Bongo Club (comme quoi il n’y a pas qu’Arcade Fire qui s’amuse avec les bongos!) et Machine métal qui fait une incursion dans le new wave. N’en demeure pas moins que les atmosphères éthérées font loi sur Le Monde Möö; Bleu est le feu est un autre exemple probant.

Sur ce premier album, Padovani arrive avec un Monde Möö qui saura combler l’amateur de musique psychédélique et tout cela en français; chose plutôt rare. Oui, vous pouvez sauter sur l’occasion, car cette musique est belle et bien tissée.

Ma note: 8/10

Moodoïd
Le Monde Möö
Entreprise
49 minutes

www.facebook.com/Moodoid?fref=ts

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.