Critiques

Kanye West

Ye

  • Def Jam Recordings / G.O.O.D. Music
  • 2018
  • 24 minutes
6,5

Kanye West a monopolisé une bonne partie de l’attention médiatique dans les dernières semaines avec ses déclarations choquantes, notamment que : « les Afro-Americains étaient esclaves par choix »… si un black face a fait un tollé au Rideau Vert, vous imaginez bien qu’une déclaration aussi incendiaire a causé son lot de feux. À l’écoute de Ye, la maxime que le génie est proche de la folie reprend tout son sens. Le problème, c’est qu’on penche plus du côté de la folie que du génie.

Ye est un album, mais on pourrait quasiment dire un EP avec une durée d’environ 24 minutes. On dirait quasiment que la sortie a été précipitée pour une raison qui nous échappe. Peut-être pour cadrer à l’intérieur de ces 5 semaines de sorties chez G.O.O.D. Music. Surtout que certaines chansons ont été écrites, à tout de moins en partie, après les récents événements :

They say, “Build your own”—I said, “How, Sway?”
I said, “Slavery a choice”—they said, “How, ‘Ye? »
Just imagine if they caught me on a wild day
Now I’m on fifty blogs gettin’ fifty calls
My wife callin’, screamin’, say, “We ’bout to lose it all! »
Had to calm her down ’cause she couldn’t breathe
Told her she could leave me now, but she wouldn’t leave

— Wouldn’t Leave

Sur Ye, Kanye West laisse quand même tomber quelques chansons dignes d’intérêt. Violent Crimes, qui clôt l’album, compte sur un clavier simple sur lequel West lance des rimes avec l’assurance à laquelle on s’attend de lui. I Thought About Killing You, première pièce de l’album vaut aussi le détour avec ses paroles d’une honnêteté brutale :

I love myself way more than I love you
And I think about killin’ myself
So, best believe, I thought about killing you today

— I Thought About Killing You

Par contre, par la suite, ça se gâte. Lorsque la chanson change de direction, on se retrouve avec un rap qui manque tout simplement de propos. C’est archimince et West fait du millage en calfeutrant les brèches avec des raccourcis des onomatopées. Dommage. No Mistakes avec un trio d’échantillons qui sont intéressants. D’ailleurs, la production de l’album est moins cahoteuse que celle de Life of Pablo qui possédait de grosses lacunes sur deux ou trois chansons. Ici, c’est plutôt uniforme et West a travaillé avec Mike Dean, l’homme qui était aussi derrière My Dark Twisted Fantasy.

Dans l’ensemble, Ye, n’est pas un désastre (surtout en comparaison aux sorties publiques des dernières semaines), mais ce n’est pas non plus un album incroyable. West a donné de si grandes œuvres que les albums, même plus forts que la moyenne, semblent plus décevants. C’est la rançon de la gloire, comme on dit. Ye possède quelques bons moments et la production en générale est réussie. C’est dans le propos qu’il manque un peu de chaire tout comme dans la durée.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.