Critiques

Homeshake

Helium

  • Sinderlyn Records
  • 2019
  • 31 minutes
7

HOMESHAKE, c’est le projet débuté en 2013 par Peter Sagar lorsqu’il a quitté la formation live de Mac DeMarco. Longtemps associé à l’auteur de Salad Days, l’ancien Edmontonien est progressivement en phase de devenir la nouvelle coqueluche de la scène montréalaise. Il faut dire qu’il a su s’émanciper de l’aura DeMarco en s’orientant tranquillement vers un style mêlant l’indie au R&B. Ses trois premiers albums, In the Shower, Midnight Snack et Fresh Air ont suscité un intérêt grandissant pour l’artiste. À peine un an après la sortie de son dernier opus, HOMESHAKE est de retour avec Helium.

Les synthés avaient déjà commencé à remplacer les guitares avec l’album Fresh Air, qui dès 2017 marquait un tournant dans la relation entre le montréalais et l’indie pop. En poursuivant naturellement vers la direction empruntée par son prédécesseur, Helium est une déclaration d’amour pour le lo-fi R&B. C’est doux, sensuel et mélodieux comme une comptine qu’on écouterait pour s’endormir.

Ce quatrième opus commence avec Early, morceau instrumental où les cris d’oiseaux se mêlent au son très cheap du synthé posant l’univers rêveur de l’artiste. S’ensuivent Anything At All et le simple Like Mariah, deux chansons au caractère intimiste imprégnées d’expérimentations vocales nouvelles. Sagar s’aventure vers des horizons aux connotations soul et on remarque que sa voix est nettement mieux assumée qu’auparavant. Certes, c’est groovy, mais ce timbre de voix est parfois en décalage avec l’esthétique musicale de certains morceaux.

Si Helium ne devait avoir qu’un seul petit bijou, ce serait sans aucun doute All Night Long. Ici s’assemblent pureté des claviers à une voix limpide et à fleur de peau. C’est synthpop lo-fi à souhait, on se croirait sur un nuage en lévitation dans le ciel. Just Like My s’inscrit dans la même lignée, c’est harmonieux et certaines étranges intonations rappellent le dernier album du génie Connan Mockasin. Sur Other Than, on retrouve avec joie des sonorités propres aux précédentes productions du montréalais. Les guitares remplies de reverb sont de retour et il flotte un air de solitude dans lequel Sagar s’exprime à cœur ouvert.

Côté rythme, l’inventivité n’est pas vraiment au rendez-vous. On s’accorde sur la texture minimaliste de Couch Cushion, sa nostalgie innocente remémore l’effervescence des premiers beaux jours de printemps. On regrettera cependant les sonorités chillwave de (Secret Track).

L’atmosphérique Helium porte donc merveilleusement son nom. En nous embarquant dans son univers lo-fi en constante évolution, HOMESHAKE livre un album débordant de légèreté paradoxalement lourde de réflexions introspectives. Malgré quelques titres en peu trop lisses, Sagar démontre une sincérité touchante en conservant la coolitude de ses premiers jours. Les amoureux de pop planante n’ayant rien contre un R&B au style nonchalant y trouveront résolument leur compte.

1 commentaire

  1. Claudia Gregoire, le 2019-02-26 à 23:41

    L’album Helium de HOMESHAKE

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.