Critiques

Haelos

Any Random Kindness

  • Matador
  • 2019
  • 58 minutes
7

Bien contente de retrouver la formation anglaise Haelos pour un tout nouveau disque qui s’intitule Any Random Kindness. Le groupe nous a prouvé qu’en 2016, avec Full Circle, il était possible de faire un disque trip-hop ambiant sans tomber dans le trop charger, le trop pensif. Avec leur nouvel album, on revient sensiblement dans les mêmes terres battues, pour être encore plus fort que la galette précédente. Analyse.

D’entrée de jeu, on aime particulièrement Buried in the Sand, seconde piste du disque. Les boîtes à rythmes et la voix gracieuse de Lotti Benardout qui s’ajoutent donnent toutes deux d’agréables textures sonores à l’oreille. Tandis que sur Deep State, on y va d’accords de piano mélancolique et de guitare douce qui permettent de bercer l’auditeur et de tempérer l’espace sonore du projet. C’est très joli. Sur ARK, c’est plus mystérieux et percussif à la fois. La cymbale et le piano sont des instruments de prédilection qui occupent une place importante dans la pièce. Le rythme est plus diffus, ambiant. On reconnaît facilement la signature du groupe. Encore une fois, c’est réussi. Puis, sur Boy Girl, c’est un peu plus hip-hop. On scande des paroles à coup de boîtes à rythmes sous des arrangements électroniques embrouillés. La voix féminine de Lotti se mêle bien à la voix masculine du disque. L’un répond à l’autre. C’est comme si l’auditeur était confronté à une sorte de conversation, de chanson à répondre… mais de qualité, on s’entend ici.

“Oh I thought of you boy

Caught between my heart and eye

Angel in a fist fight

You my paradigm

Oh I thought of you girl

Caught betweem my heart and eye

Angel in a fist fight

You my paradigm”

On est un peu plus en mode jazzy avec le titre Kyoto. Les accords répétitifs au piano, avec des sonorités lounge en arrière-plan, proposent ici un univers de renouveau à la Haelos. Le refrain est quasi une ode aux cerisiers qu’on peut retrouver à Kyoto.

“Cherry blossom, cherry blossom

It’s the air that we breathe

How have we forgotten what it means to be

Cherry blossom, cherry blossom

It’s the world that we leave

Care for what we want, but do we know what we need? “

Dans cette pièce, la voix est utilisée sous toutes sortes de formes. Elle est décomposée, elle est plus forte, moins forte. Ça ajoute un dynamisme particulier et audacieux à Kyoto. Bien joué.

Ceci étant dit, Haelos prouve encore une fois que leur bagage musical est important pour la scène électronique indie de l’Angleterre. Any Random Kindness est fait pour un public avide de curiosité. Tendez l’oreille, vous verrez.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.