Critiques

Greys

Age Hasn’t Spoiled You

  • Buzz Records
  • 2019
  • 48 minutes
6,5

Pas de doute, le quatuor post-punk résident de Toronto est actuellement l’un des meilleurs groupes canadiens. Depuis la parution de l’album If Anything (2014), et plus particulièrement celui de l’extatique Outer Heaven (2016), la réputation du groupe n’est plus à faire. Aux côtés de METZ et Preoccupations, Greys fait partie de la Sainte-Trinité de la nouvelle scène post-punk-noise canadienne.

Après la sortie d’Outer Heaven, la formation a enchaîné les tournées en compagnie de quelques compagnons de route canadiens; White Lung, Japandroids et bien sûr, Preoccupations, pour ne nommer que ceux-là. En côtoyant tous ces confrères et consoeurs, Shehzwad Jiwani (meneur de Greys) a donc eu envie de plonger dans des sonorités différentes tout en ayant le désir de développer de nouvelles habitudes créatives. C’est ainsi qu’il s’est mis à écouter des groupes aussi disparates que The Chemical Brothers, Beastie Boys et Crosby, Stills, Nash & Young (!)

Sur la page Bandcamp du groupe, Jiwani précise la démarche artistique qui a prévalu pour ce nouvel album : « We wanted to push as far away from what our perception of a rock band could be while still remaining certain characteristics that sound like Greys ». Et c’est exactement ce à quoi nous avons droit avec Age Hasn’t Spoiled You.

Greys tente de repousser ses limites créatives, et par moments, c’est totalement réussi, à d’autres, c’est l’ennui qui nous a malheureusement happés. Malgré l’intégration d’ascendants sonores intéressants (krautrock, musique industrielle, jazz, musique ambiante, etc.), de claviers et d’échantillonnages inventifs, le quatuor a oublié d’écrire des chansons cohérentes, particulièrement en fin de parcours. Bien sûr, le penchant bruyant ne disparaît pas totalement, mais il est supplanté par quelques éléments mélodiques plus pop qui parfois amenuisent la force de frappe du groupe.

Par exemple, dans Arc Light, lorsque le groupe revisite son aura « Trail of Dead », on retrouve toute la puissance que l’on aime chez eux, mais c’est quand la formation tente de nous émouvoir que le bât blesse. La mièvrerie mélodique dans Western Guilt agace plus qu’elle ne bouleverse.

Jusqu’à Kill Appeal (5e pièce de l’album), ce disque est assez intéressant. Par la suite, le groupe se perd dans des expérimentations et des mixtures sonores qui empêchent certaines chansons d’atteindre leur plein potentiel. L’incursion malhabile dans le krautrock entendue dans Shelley Duvall in 3 Women est franchement soporifique. En contrepartie, dans Aphantasia, le jeu de guitares fortement inspiré par le son légendaire de Sonic Youth, est particulièrement réussi.

Verdict ? Age Hasn’t Spoiled You est un disque qui souffre d’une certaine fatigue compositionnelle, et ce, malgré les bonnes idées et intentions que cette création renferme. Voilà une production sise « entre deux chaises », comme si Greys n’assumait pas pleinement sa nouvelle identité. Somme toute, ça demeure un bon album, mais qui manque un peu de vigueur.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.