Concerts

Festival de la poutine 2022 – Jour 2 : Fredz, Lary Kidd et Les Trois Accords

Je suis de retour au royaume de la poutine une seconde journée de suite pour assister aux spectacles de Fredz, Lary Kidd et Les Trois Accords.

Crédit : Fred Côté

Fredz

Le jeune rappeur de 20 ans Fredz était plutôt attendu par les festivaliers, bien qu’il ait été le premier à jouer ce soir. En arrivant sur place, j’aperçois une foule plutôt respectable pour un vendredi à 18h30. Le vingtenaire a lancé son second album, Astronaute, en mars dernier. C’est ce dernier qu’il a décidé de proposer en grande majorité aux gens amassés devant lui. Il commence avec +1 pour l’artiste, rapidement les langues se délient et chantent avec lui. Si tout le monde n’est pas nécessairement familier avec son matériel, lorsque je promène mon regard sur la foule, je vois quelques groupes qui connaissent toutes ses paroles. Pour sa pièce 3 accords (oui, Fredz a une chanson qui s’appelle 3 accords, qu’il a joué au festival créé par Les Trois Accords, ça a bien fait sourire la foule aussi), le rappeur a demandé à la foule de chanter le dernier refrain. Cette dernière ne s’est pas fait prier.

Comme s’il n’avait pas déjà assez la foule dans sa poche, il lancera vers la fin de sa prestation : « Je préfère votre poutine que celle de Victoriaville! […] Je vais me faire chicaner pour ça! C’est pas grave! » Sur scène, il est accompagné de Sam, son guitariste et claviériste et de Gabriel le batteur qui s’occupe également du drum machine. Cette présence de « vrais » musiciens donne un côté organique à sa performance plutôt agréable. Une chance, cependant, que Fredz fait du rap et non pas de la pop-rock-folk, car avec sa coupe bol et ses chansons qui abordent des amours déçues, on pourrait dire qu’il vole le créneau de Gab Bouchard.

Certes, on peut critiquer ses thèmes plutôt convenus et son accent français alors qu’il est né à Montréal, mais force est d’admettre que ça fonctionne. Le public est déjà conquis. Sa belle énergie et son débit font leur charme. C’est le genre de projet qui ne peut que bien vieillir sous l’œil attentif du grand public. Autre preuve que le public apprécie vraiment le jeune rappeur? Avant même qu’il ne sorte de scène, on lui demande un rappel, ce qu’il fera avec un plaisir évident.

Crédit : Fred Côté

Lary Kidd

C’est avec Lary Kidd que j’ai décidé de continuer ma soirée. Juste avant de m’y rendre, quand j’ai indiqué que je ne l’avais jamais vu en spectacle, une amie croisée par hasard m’a dit : « Tu vas voir, il va donner tout un show! » Je ne peux que confirmer. Lary Kidd est un autre artiste qui redonne l’énergie qu’il reçoit du public au centuple. Très rapidement, les gens dansent et chantent ses paroles très fort. Même moi, qui ne le connais pas vraiment, je me laisse rattraper par l’énergie et je participe aux chœurs avec la foule.

Il ne manquait qu’un L au trio LLA, comme Lary Kidd est sur scène avec son complice Ajust. Leur complicité se répercute dans les interventions des deux artistes qui créent des transitions fluides entre les chansons. « Esti que j’aime ça faire du rap, surtout devant vous », s’exclame le rappeur juste avant de se lancer dans son morceau Lucidité, tiré de son album Surhomme. « Je l’aime bien celle-là », « moi aussi » se répondent-ils juste avant. Vers la fin de son spectacle, Lary Kidd se lance dans ce que je crois être Sac de sport (avec Loud) (mais je ne mettrais pas ma main au feu). Mon meilleur ami, qui assiste au spectacle avec moi et qui connait mieux que moi l’œuvre du rappeur, se penche à mon oreille pour me dire que normalement Loud y pose sa voix.

Crédit : Fred Côté

Au départ, c’est ce qui ressemble à une trame qui reprend la partie de Loud. Puis, qui est-ce qui apparaît sur scène? Simon Cliche Trudeau lui-même! Juste après la chanson, la foule se met à scander LLA! Loud en profite et offre sa chanson On My Life sur laquelle figure Lary Kidd et 20some en temps normal. Évidemment, Lary Kidd assure sa partie, mais Charles-André Vincelette de son vrai nom brille par son absence. En tout, trois chansons collaboratives avec 20some sont offertes : Coupe-vent Columbia, On My Life et 3 saisons. Le membre du groupe Dead Obies sera au festival demain. Peut-être a-t-il décidé de faire le chemin jusqu’à Drummondville qu’une seule fois? Qui sait ? En tout cas, il aurait pu être intéressant de mettre Loud, Lary Kidd et 20some la même soirée pour qu’ils puissent participer à leurs chansons collaboratives. Pour les intéressés, comme il l’a rappelé, celui qui vient de lancer l’album Aucune promesse sera au Festival de la poutine le lendemain. Il lancera à la foule : « À demain guys, sur le même stage! » ce à quoi son complice répondra : « T’es sur l’autre stage, dude! »

J’ai ensuite profité du temps entre le spectacle de Lary Kidd et celui des Trois Accords pour me promener sur le site et manger une nouvelle poutine. Pour comprendre l’ambiance du festival, il faut savoir qu’il y a un espace de jeux pour enfants, des arcades, des références aux Trois Accords (comme une sculpture de poutine avec un mammouth dedans (Gros Mammouth Album Turbo), et des directions vers St-Cyrille, Saskatchewan, St-Bruno et vers beaucoup de plaisir). Les 10 camions des poutiniers servent de limites au terrain du festival. Pour ma seconde soirée, j’ai opté pour une poutine à la viande fumée servie avec un cornichon frit. Pour l’instant, il s’agit de ma préférée!

Crédit : Fred Côté

Les Trois Accords

Retour au programme principal : la musique. Pour comprendre ce qui s’en vient, je dois vous ouvrir mon journal intime. Littéralement. Les Trois Accords est le groupe qui m’a initiée à la musique. C’est d’ailleurs la première formation dont j’ai fait mention dans mon journal intime lorsque j’étais au primaire. À l’époque, lorsque mes amies chantaient du Good Charlotte et du Gwen Stefani, moi je chantais Les Trois Accords. C’est sans conteste mon premier groupe préféré. C’est pourquoi les prochaines lignes ne seront pas impartiales. Comme mon père m’a toujours dit quand je tripe un peu trop sur un artiste à son goût : « il aurait pu chanter le bottin téléphonique que tu aurais aimé ça! » Et c’est vrai ce soir encore.

Les Trois Accords effectuaient leur grand retour à leur festival, « leur préféré », a lancé en blague le chanteur Simon Proulx. La dernière fois que la formation y a joué, c’était il y a cinq ans, alors qu’il célébrait la 10e édition du festival. « On est vraiment contents d’être de retour, ça fait cinq ans qu’on a pas joué », lancera le chanteur rapidement. Il remerciera d’ailleurs à plusieurs reprises la foule qui chante et danse allégrement. Lorsqu’on parlait de l’édition pandémique pendant notre entrevue, le batteur Charles Dubreuil m’avait confié avoir trouver ça difficile de jouer pendant la pandémie (lorsque c’était possible), parce que « quand tu joues de la musique, ta récompense, c’est les gens qui chantent avec toi, qui dansent, c’est l’énergie de la foule. » Les gars peuvent dire mission réussie. Les gens ont dansé, chanté, tapé des mains et crié leur excès de plaisir (leur dernier album Beaucoup de plaisir, la pognez-vous?) tout au long de l’heure et demie de leur performance.

Comme Charles Dubreuil me l’avait confirmé, le groupe a effectivement joué leur nouvelle chanson Piscine Hors Terre. Bien qu’elle soit sortie il y a deux semaines exactement, plusieurs personnes dans la foule ont eu le temps de se l’approprier et de l’apprendre par cœur. Outre cette nouveauté, Les Trois Accords ont offert tous leurs succès tirés de tous leurs albums : Hawaïenne, Corinne, Ouvre tes yeux Simon, Les dauphins et les licornes, J’aime ta grand-mère et Dans mon corps entre autres. Force est d’admettre que cette formation est une vraie poule pondeuse de hits!

À la toute dernière chanson, Saskatchewan, Simon Proulx nous demande de prendre notre voisin par l’épaule et de lui répéter ce qu’il dit. Entre autres, j’ai dû dire à mon meilleur ami : « Ce soir, je vais chanter tellement fort que je vais avoir mal à la gorge. » Je confirme que c’est le cas. Une petite tasse d’eau chaude avec du miel sera de mise pour retrouver ma voix d’ici là.

Crédit photo: Fred Côté