Concerts

CCF 2017 : Loud, Shash’U, Automelodi et Xarah Dion

C’était la deuxième soirée du Coup de cœur francophone 2017, ce vendredi 3 novembre. Au menu? Un arrêt au Club Soda pour Shash’U et Loud qui lançait Une année record pour ensuite filer à l’Esco où Ellemetue, Automelodi et Xarah Dion joueraient successivement.

Une longue première partie

Le choix de mettre Shash’U avant Loud était particulier, surtout avec l’heure de prestation qu’il a offerte. Ce n’est pas par manque de talent, mais avec un concert qui commence avec une demi-heure de retard, une heure de DJ set parfois hyper réussi, parfois qui tombait à plat, une autre demi-heure de changement et finalement Loud qui apparaît sur scène, la patience était mise à l’épreuve. N’en reste que Shash’U est l’un des DJ et sitedemo.caucteur montréalais les plus talentueux de la scène.

Il a alterné entre ses compositions, des remix et quelques chansons plus connues. Cela donnait un set qui était plus adapté à une soirée dansante qu’un Club Soda qui attendait Loud. Cela s’est aussi traduit avec des moments où les gens dansaient avec entrain et d’autres moments où la foule décrochait et parlait de sa fin de semaine. Il aurait été plus judicieux de couper ça à une bonne demi-heure de bon réchauffement tissé serré, il me semble. Mais vraiment, Shash’U, lui a livré avec solidité, lançant au passage des remix de Ça que c’tait d’Alaclair Ensemble et F.P.T.N. de Yes McCan.

Le phénomène surprenant de Loud

Voilà environ une semaine qu’Une année record est disponible pour écoute. Et ça n’a certainement pas pris plus de temps à la foule nombreuse (le Club Soda affichait complet à l’entrée) pour apprendre les paroles. J’ai même été soufflé par l’ampleur du mouvement. Si l’on savait que Loud Lary Ajust avait son public, Loud ne semble pas plus mal pris en solo. Avec ses rimes souples et veloutées ainsi que sa verve intelligente, il a doublement charmé le public présent. Le jeune homme n’a rien à envier aux musiciens les plus établis. Il est arrivé sur la scène en plein contrôle et n’a jamais donné une seconde de répit aux spectateurs.

Il a enchaîné les chansons de New Phone et d’Une année record, dont les deux succès déjà parus Nouveaux Riches et Hell, What a View avec son complice Ajust aux platines surélevés dans les airs du Club Soda. Lary Kidd est aussi venu lui rendre visite, le temps de quelques chansons pour se remémorer le bon vieux temps. Un concert réussi haut la main et qui valait entièrement l’attente.

Musique faite et livrée dans l’obscurité de la nuit

À l’Esco, je suis arrivé à temps pour attraper Automelodi, devant faire mon deuil des dernières chansons de Loud et de la performance de Ellemetue. Paraît que c’était bon selon le public présent. Automelodi, pour sa part, est duo montréalais qui mélange New Wave et musique Dance. La recette fonctionne bien et le duo ne se perd pas dans des méandres de compositions. Les pièces sont envoyées directement et ne s’étirent pas inutilement. C’est intéressant et on gardera les oreilles ouvertes à l’avenir.

C’est surtout pour Xarah Dion que je m’étais déplacé à l’Esco. Avec Fugitive, la jeune femme commence à obtenir la reconnaissance qui lui est due. Cette année, elle a fait la longue liste du prix Polaris avec raison. Elle nous a d’ailleurs livré ses pièces d’électro-pop expérimentales avec une assurance impressionnante. La talentueuse musicienne n’arrête pas un instant sur scène, pianotant par-ci, bidouillant par-là et chantant en prime. C’est ce qu’on appelle du multitasking. Vraiment, Dion a tout simplement offert une performance parfaite et délicieuse de la première à la dernière note.

On se revoit lundi pour les résumés de la soirée occupée de samedi soir!

2 commentaires

  1. Axel Arsenault-Levesque, le 2017-11-05 à 13:19

    À quand la critique d’Une année record???? 😁

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.