Alaclair Ensemble - Les Frères Cueilleurs - Le Canal Auditif

Alaclair Ensemble – Les Frères Cueilleurs

Alaclair EnsembleAlaclair Ensemble est depuis plusieurs années l’un des groupes de rap parmi les plus intéressants au Québec. Ses chansons qui fricotent toujours avec l’humour et les jeux de mots savants et divertissants ont permis à la «gang de minces» de se tailler une place enviable dans le cœur des mélomanes. Les deux derniers albums, Toute est impossible et surtout Les maigres blancs d’Amérique du noir, avaient été des bouffées d’air frais dans le paysage musical québécois.

Les frères cueilleurs voit le collectif revenir à une approche plus conventionnelle du rap. C’est un album qui reste plus concentré sur des trames qui font écho au «old school». Il y a toujours des jeux de mots délicieux, mais dans un format plus classique. Et ce n’est pas déplaisant du tout, car les membres de la troupe écrivent excessivement bien.

Le premier extrait, Alaclair High, est un bon exemple de ce qui attend le mélomane sur Les frères cueilleurs. Kenlo est en pleine forme, Ogden toujours aussi en verve, Eman en forme, Bégin mélodieux à souhait et Maybe Watson, funky comme à son habitude: «Alaclair High, en l’an 13/On est officiellement rendu dans la gang des mononcs/Mais connais-tu un autre groupe de scélérats québécois/Qui jamais n’a à dire, mononc/Avant j’étais bullied/Maintenant c’est moi qui fais les tire-totons».

Les productions du très capable Vlopper sont encore actuelles, intelligentes et pertinentes. La chicane montre à quel point il est capable de composer des trames tripatives qui viennent chercher le côté viscéral du hip-hop. Ça que c’tait est une pièce aux influences trap bien marquées détenant un refrain intoxicant et efficace. On retrouve même (en tout cas, j’en suis pas mal certain) un Claude Dubois qui parle de Mellow Raggae à Ghislain Poirier sur Sauce Pois. Dubois, avec la voix un peu plus rapide, c’est très près d’un Chipmunk… Ce qui ramène à l’humour de la bande. Autre bonne pièce, l’entraînante DWUWYWYL (Do What You Want With Your Life) possède un refrain fort et rassembleur et des paroles un peu folles empreintes d’un certain positivisme qui n’est pas déplaisant.

Alaclair lance encore un album réussi. Le collectif semble imperméable aux erreurs. Il choisit intelligemment et crée de manière intègre tout en osant aller là où ils veulent. Si vous trouviez les babouins trop éparpillés sur les deux derniers, vous trouverez un réconfort total avec Les frères cueilleurs qui est beaucoup plus «focusé» sur une esthétique classique du hip-hop. Cependant, la troupe ne devient jamais plate ou conventionnelle pour autant.

Ma note: 8/10

Alaclair Ensemble
Les frères cueilleurs
Disques 7e Ciel
51 minutes

http://alaclair.com/

Exprimez-vous!

*